Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

12 articles avec voyages

V : Népal Tibet 2013

Publié le par bruno henri

Une page vient d'être crée pour le "Nepal Tibet 2013" qui reprend tous les articles parus dans la partie blog.

      Page qui va se compléter au fur et à mesure de la parution des articles

 

 

 

 

A peine arrivés à Katmandou, nous déambulons dans le quartier de Thamel : le vieux Kamandou.

 

Aucune rue piétonne ! 

Sans commentaire !

Observez bien !

 

P1060008

 

P1060010

 

 

P1060009

 

 

P1060005

 

 

P1060012.JPG

 

 

 

P1060024.JPG

 

 

 

 

P1060023.JPG

 

 

 

 

P1060025.JPG

 

 

 

P1060027.JPG

 

 

 

 

Copie-de-P1060052.JPG

 

 

 

Copie (2) de P1060021

 

 

P1060003

 

 

 

 

P1060013

 

 

P1060016

 

 P1030152.JPG

 

 

P1060020

 

 

 

 

 

P1060014

 

 

        ThamelP1060022

 

 

 

 

 

        P1030145

 

 

 

Comme partout, beaucoup de touristes  chinois au Népal P1030146

 

 

 

P1030148

 

 

Encore beaucoup de couturier avec des machines à pédale

P1030158

 

 

 

P1030161

 

 

 

P1030166

 

 

 

P1030167

 

 

 

P1030170

 

 

 

P1030175.JPG

 

 

 

 

 

 

A droite de la photo le guide Lonely planet du Népal dans les mains de Yves qui nous sert de guide cette après midi, nous sommes à la recherche du bouda debout (très rare) . Nous l'avons trouvé à droite du réparateur de Télé 

 

 

P1060029

 

 

P1060028

 

 

Et comme les pérruques de fils dans les rues, ça va marcher !

P1060030

 

 

Beaucoup de femmes en amazone sans casque sur les motos....

P1060031

 

 

 

 

P1060032

 

 

Un trafic démentiel de vélos, motos, voitures et piétons avec le bruit des klacsons, la pollution et la poussière !

 

 

P1060034

 

 

 

 

P1060036

 

 

 

P1060035

 

Beaucoup de bois sculté partout !

P1060038

 

 

P1060039

 

 

 

 

 

P1060040

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1060043

 

 

 

 

P1060044

 

 

 

 

 

 

 

queues de yak

P1060045

 

 

 

P1060047

 

 

 

P1060049

 

 

 

 

P1060050

 

 

 

 

Détails en dessous des fenètres

Copie de P1060051

 

Katmandou : Thamel vers Durbar square

P1060059

 

 

P1060061

 

 

 

 

 

P1060064

 

 

 

P1060067

 

 

 

 

 

P1060068

 

 

 

 

 

P1060069

 

 

 

 

P1060070

 

 

 

P1060071

 

P1060074

 

 

 

P1060073

 

 

 

P1060075

 

 

 

 

P1060076

 

 

 

 

 

*P1060077

 

 

 

Copie de P1000575

 

 

P1030186

 

 

      Malgré ce tas de sable et de briques , ça circule !Copie-de-P1000549.JPG

 

P1060081

 

 

P1060082

 

 

 

P1060086

 

 

 

 

P1060088

 

 

 

P1060090

 

 

 

P1060091

 

 

 

P1060092

 

 

 

P1060095

 

 

 

P1030195

 

 

 

 Copie de P1000625

 

 

 

 

P1030196

 

 

Katmandou : Durbar Square

 

 

 

 

P1060096

 

 

 

 

P1060097

 

 

 

 

P1060098

 

 

 

 

P1060099

 

 

 

 

 

P1060100

 

 

 

P1060102

 

 

 

 

P1060103

 

 

 

 

P1060104

 

 

 

 

 

P1060105

 

 

 

 

 

P1060106

 

 

 

 

Copie de P1000621 

 

 

 

 

Copie-de-P1060112-copie-1.JPG

      Durbar Square

P1060107

 

 Copie-de-P1000631.JPG

 

P1060108

 

 

 

P1060109

 

 

 

 

 

 

P1060110

 

 

 

 

P1060111

 

 

 

 

Copie-de-P1000593-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

En retournant vers le centre 

Excellentes petites bananes comme en Afrique !

Copie-de-P1000656.JPG

 

 

 

 

 De Katmandou à Lukla !!!

  3 octobre 2013

Lever 4h30 pour prendre l'avion seulement à 10h car mauvais temps sur Lukla . Il faut que le temps soit clair car la piste ne fait que 500 m de long ! 2 scrath depuis 2008

 

 

 IMG

On attend que le temps s'améliore pour décoller ....

 

Copie-de-P1000662.JPG

 

 

 

Ohhh là là ...on embarque , pourtant il ne fait pas beau !

Copie-de-P1000666.JPG

 

 

Copie-de-P1000668.JPG

 

P1060118

 

On arrive : impressionnant  !

Copie-de-P1000678.JPG 

 

3/4 d'heure de vol entre Katmandou et Lukla .Quelques secondes avant l'atterrissage !

 

      La piste a une pente de 12% et  au bout de la  piste le rocher et un batiment !

 

P1060123

 

 

 

 

 

      Notre atterrissage

 
 

 

 

De Lukla à Phakding

 

3 octobre : début du trek vers le camp de base de l'Everest.

 

Lukla 2750m se situe à 5 ou 6 jours de marche de la dernière route.

De Lukla,  suivant les marcheurs il faut encore 8 à 12 jours pour atteindre le camp de base de l'Everest.

 

Après le vol, nous partons pour Nachtpang .

 

 

Mes séances 03-10-2013

 

C'est parti !

P1000691.JPG

 

 En attente de chargement ....

Copie de P1060128

 

C'est parti : le temps n'est pas terrible !

Copie de P1060137

 

 

Tout est transporté !

Copie de P1060156

 

 

Copie de P1060159

 

 

Tous les porteurs ont un baton comme celui qui est dans la main droite.

Il sert pour poser la charge et se reposer

Copie de P1000717

 

Comme sur cette photo et aussi ...

Copie de P1000698

 

 

 

....et aussi de répondre au portable !

 

Copie de P1000699

 

 

Mur Mani : plaque de granit sculptée

Copie de P1030213

 

 

 

Copie de P1060157

 

 

 

 

 

De Lukla à Phakding suite

 

 

 

 

 

Mes séances 03-10-2013 am

 

les gamins fabriquent (pas des voitures ni des motos qu'ils n'ont jamais vus) mais des hélicoptères qui passent à longueur de journée au dessus de leur tête pour aller au secours des marcheurs qui montent trop vite et qui ont le mal des montagnes...

Copie de P1060163

 

 

Copie de P1060178

 

Boucher au coin d'une rue !

Copie de P1060183

 

 

 

P1030207

 

 

 

 

Vers Jorsale 2850 m

 

 

 

4 octobre 2013

 

Mes-seances-04-10-2013.png

 

 

 Non , ça ne fait pas que monter, ça descend aussi ! avec beaucoup de marches

Copie de P1030222

 

 

Tout ce qui n'est pas transporté est fait sur place !

Copie (2) de P1060197

 

 

 

 

 

Copie de P1060198

 

 

 

 

 

Copie de P1060203

 

 

 

Copie de P1060206

 

 

 

Attention de ne pas se faire coincé !

Copie de P1060210

 

 

Deux jeunes mères transportent leur bébé

Copie de P1060212

 

 

 

Nombreux ponts suspendus aujourd'hui !

Copie de P1060215

 

 

Copie de P1060216

 

 

 

 

Copie de P1060223

 

 

 

 

Copie de P1060224

 

 

 

Namche : alt 3500 m

 

 

5 octobre 2013

 

 

 

Mes séances 05-10-2013

 

 

 

Nous allons traverser sur celui du haut 

Copie de P1060229

 

 

 

Copie de P1060233

 

 

 

Il pleut toute la journée et ne sortons guère les appareils photos

Copie de P1060235

 

 

Nous arrivons à Namche alors que c'est le jour du marché

Copie de P1060238

 

 

Copie de P1060241

 

 

 

Copie de P1060242

 

 

 

 

Copie de P1060245

 

 

Les petits cubes sont du fromage de yak séché.

Copie de P1060247

 

 

 

Copie de P1060250

 

 

 

 

          6 octobre 2013

 

Le temps s'améliore comme prévu ...

Nous restons à Namche pour nous acclimater à l'altitude.

Petite balade au point de vue pour voir L'Everest, mais c'est encore bouché... 

 

Mes-seances-06-10-2013.png

 

 

 

La pluie d'hier a mis de la neige jusqu'à 5400m env.

2013-10-06 06.50.17

 

 

 

 

2013-10-06 06.51.22

 

 

 

Copie de P1060266

 

 

 

 

 

 

 

Copie de P1060273

 

 

Copie de P1030237

 

 

Cet ancien porteur d'expédition qui parlait un excellent anglais (très souriant comme tous les népalais) continue ....

Copie-de-P1060292.JPG 

....le ramassage des crottes de yak

Copie-de-P1060293.JPG

 

 

 

 

Copie de P1060291

 

 

 

 

 

 

Copie de P1060294

 

 

 

 

Que font ces femmes ?

Copie de P1060302

 

 

 

 

Elle ramassent d'excellentes pommes de terre !

Copie de P1030249

 

 

Pendant que les enfants jouent à coté

Copie de P1060304

 

 

 

 

Nous nous promenons aux environs de Namche , mais en début d'après midi le ciel se couvre à nouveau ...

Mes-seances-06-10-2013-2.png

Copie (2) de 2013-10-06 11.11.17

 

 

 

 

 

 

Le chemin du trek du camp de base de l'Everest est relativement propre .... Mais comment sont collectées et traitées ces poubelles qui jalonnent ce chemin ?

Nous reparlerons plus tard de la pollution...

 

Copie de P1060307

 

 

 

Copie de P1030256

 

 

 

 

Copie de P1060316

 

 

 

      Gentianes bicolores

Copie de P1030258

 

 

 

 

 

Copie de P1030250

 

 

 

 

 

      Le granit est déterré puis fendu sur place au dessus de Namche avant d'être descendu à Namche pour construire de nouvelles guest houses.

Copie de P1060308

 

 

 

 

 

 

 

Copie de P1060309

 

 

Il vient de décharger ses 100kg ! Copie de P1060333

 

 

Pour grossir les tas !

Copie de P1060334

 

 

Transport vers l'hopital de Lukla

Copie de P1060311

 

 

 

 

Copie de P1060315

 

 

 

 

 

 

Copie de P1060318

 

 

Vers Khumjung

Lundi 7 octobre 2013

Ce matin : grand beau !

 

Copie de P1060337

 

 

 

On commence par le point de vue audessus de Namche 

 

Mes séances 06-10-2013

Copie de P1060358

 

 

Copie de P1060360

 

 

 

Copie de P1060362

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  L'Everest est presque sorti des nuages !

Copie de P1060351

 

 

 

 

Copie de P1060356

     

 

 

 

 

 

Puis nous prenons la direction de Khumjung

Mes-seances-07-10-2013.png

 

Nous pouvons constater sur cette photo un programme de  re-plantation de pins

Copie de P1060364

 

Le deuxième monastère de Namche

Copie de P1060366

 

 

 

 

 

Copie de P1060370

 

Dans la nouvelle plateforme on ne peut plus transférer les articles dans les pages autrement que par des liens : vive le progrès !

 

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

U : Maroc 2004

Publié le par bruno demoury

De la pointe d'Imsswane à Essaouira

 

26 décembre 2004

 

Tagine pour prendre des forces avant le départ de la rando

 

459

 

C'est parti pour 5 jours le long de la côte Atlantique !

464

 

 

 

 

463

 

 

 

La cote est très haute jusqu'à 300m

465

 

 

 

Les chèvres grimpent dans les arbres !

467

 

 

 

 

 

 

Côte très sauvage et très peu peuplée

 

 

468

 

 

476

 

 

479

 

480

 

 

 

 

 

481

 

 

 

482

 

 

Les seuls personnes rencontrées sont des familles entières qui vont et viennent à la pêche aux moules.

le plus souvent ces molues sont cuites et décortiquées sur la plage car la côte est haute et abrupte

483

 

 

 

484

 

 

 

 

489

 

 

490

 

 

 

492

 

 

 

 

493

 

 

 

 

494

 

 

 

495

 

 

 

 

 

496

 

 

 

498

 

 

499

 

 

 

 

500

 

 

 

502

 

 

503

 

 

 

504

 

 

Sur le plateau qui longe la mer , nous sommes chaleureusement accueillis dans une famille berbère.

 

505

 

508

 

 

 

Le village de Tafdana

 

Cette nuit nous dormons dans un gite car le vent est fort et froid

 

 

509

 

 

 

 

511

 

 

512

 

A nouveau ,nous redescendons vers les plages désertes

513

 

 

 

514

 

 

 

 

 

    Cueilleurs et préparateurs de moules.

518

 

 

 

 

517

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre campement après ce troisième jour de rando

 

Un des 2 dromadaires qui effectuent le portage en passant directement sur le plateau

521

 

 

 

 

 

Ce soir avec les chameliers et notre guide : c'est la fête !

524

 

 

 

 

Ce matin , le départ est plutôt "frisquet" !

527

 

 

 

 

 

 

 

 

 

528

 

 

 

 

 

531

 

533

 

 

 

 

 

 

 

 

534

 

 

 

 

535

 

 

 

 

 

536

 

 

 

 

 

 

 

Sidi n'Barek : quatrième bivouac

537

 

 

Après la rando : le seul moyen de se laver , un bon bain de mer, bien que nous soyons fin décembre

540

 

 

542

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

549

 

 

  De Sidi M'barek à Sidi Kouaki

 

550

 

 

 

Notre petit groupe sympa dans un décor de rêve ....!

 

551

 

 

 

 

 

552

 

 

 

 

 

 

 

 

 

553

 

 

 

 

555

 

 

 

 

556

 

 

 

 

 

558

 

 

Essaouira

 

559

 

 

 

 

 

 

560

 

 

 

562

 

 

 

564

 

 

 

 

565

 

 

574

 

 

 

Complètement fasciné par l'activité débordante de ce port de pêche !

575

 

 

 

Regardez l'état du poste de soudure juste derrière la cariole de glace et de quand date-il? et ça fonctionne toujours!

576

 

 

577

 

578

 

 

 

 

 

579

 

 

 

 

581

 

 

 

582

 

 

 

 

 

 

583

 

 

 

 

 

 

586

 

 

 

 

 

 

584

 

 

 

 

587

 

 

588

 

 

 

 

 

 

 

 

 

589

 

 

 

 

 

 

 

 

590

 

 

 

 

592

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

593

 

 

 

 

 

594

 

 

 

 

 

Marrakech

 

596

 

 

 

 

 

 

Jardin Majorel

601

 

 

 

Le "bleu"  Majorel

 

605

 

 

 

606

 

 

 

613

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

E : L'Afrique du Sud

Publié le par bruno demoury

Mercredi 2 octobre 1974 : L’AFRIQUE DU SUD ou SOUTH AFRICA
cart rsa
(Suite de la Namibie)       

  Nous venons de traverser le fleuve  Orange qui en a vraiment la  couleur 

Après avoir grimper les 500m de falaise, nous sommes à nouveau sur un plateau désertique. C'est le Namaqualand.

Après quelques dizaines de kilomètres, il commence à se clair semer de petites fleurs : Ce  sont  des marguerites de toutes les couleurs.

 

cartrsa.jpg

 

 

rsa1

 

 

 

 

 

 

rsa4

 

 

 

 

rsa2

 

 

 

 Plus nous descendons vers le sud, plus il y en a. Leurs couleurs changent, nous prenons beaucoup de photos. C’est magnifique.

Nous avons de la chance, car le vieil Anglais rencontré à Luanda qui est venu plusieurs fois depuis le Kenya pour admirer ce désert en fleurs, ne l’a jamais vu... ça n’arrive en moyenne que tous les dix à quinze ans.

 

rsa18

 

Après le déjeuner, nous ralentissons un peu les photos. Après Springbok les fleurs sont fanées alors nous décidons de faire demi-tour et remontons vers le nord sur 50 Km pour faire à nouveau des photos c’est tellement étonnant ! ! ! Entre les villages marqués sur la carte il n’y a rien que des fleurs, pas une habitation, à peine une ferme de temps à autre.


Mercredi 2 oct 1974 : Afrique du Sud
 

Nous sommes entre Garies et Bitterfontein. A 19 heures, la nuit tombe, nous nous arrêtons dans un « lay by ». Il fait plus frais et plus humide.

Il va falloir éviter de dormir sur le bord de la route car la circulation nous paraît  importante et nous empêche de dormir. Ce sont surtout  les énormes camions américains qui font  vibrer l’air, le sol et secouent la voiture. Et puis c’est interdit.
            Mais dés que la nuit est installée c’est le grand calme du désert…
(Je ne sais pas si aujourd'hui j'oserai?)rsa21


Au loin à nouveau une petite forêt comme en Namibie (Kokerboomwood)
rsa25
rsa9
rsa5

Jeudi 3 oct 1974 : vers Cap Town
 

Nous nous levons quand le soleil commence à réchauffer la voiture qui dégouline d’humidité et fume à la chaleur matinale. Il y a longtemps que nous n’avions vu cela. Nous prenons notre petit déjeuner au soleil par une température idéale. Une voiture ou un camion commence à passer de temps en temps. On les voit et on les entend arriver de loin car les lignes droites sont à nouveau démentielles.  Cette région est vraiment calme et reposante.

 

rsa11

 

Puis nous reprenons la route à travers ce désert en fleurs. Elles sont de plus en plus hautes sur tiges. Nous dépassons Bitterfontein.

rsa17

 

 

rsa23





rsa14



rsa22




rsa3





rsa7




rsa13

On dirait des rocailles composées sur des dizaines de km
rsa15

rsa12


rsa8


rsa20


rsa19
 

Vers 14 h, nous pique-niquons rapidement car nous sommes à nouveau dans une région désertique ou le soleil cogne dur.

Vers 16 h, nous sommes à Clanwilliam. Le paysage change et devient plus verdoyant et plus cultivé. De superbes mimosas et acacias bordent la route. Apparaissent bientôt les premières plantations de citronniers et d’orangers. Nous achetons un sac de 10 kilos d’oranges pour 0,7 Rand soit 4,90F ! !...Puis nous traversons des plantations de pommiers, poiriers pêchers et de grandes cultures de fleurs jaunes qui sentent la crème Nivéa, sans doute un oléagineux quelconque ?

Les odeurs changent, nous retrouvons celles des pays tempérés et les parfums du printemps. Il y a beaucoup de conifères dans la région de Citrusdal. Nous décidons de nous arrêter là ce soir dans un terrain de camping. Michelle trouve que la région ressemble à l’Autriche.

Le soir nous dînons par une température de 20°C. C’est très agréable après toutes ces chaleurs. Nous regardons les cartes car j’aimerais bien aller à Saldanha avant d’aller à Cap Town. Quelqu’un nous a souligné cette ville sur la carte, il doit y avoir quelques curiosités dans ce coin là ? Mais Michelle préfère descendre au Cap directement pour avoir des nouvelles de ses parents... Dommage…
rsa32




rsa28



rsa26


rsa31



rsa27




Vendredi 4 oct 74 : vers Cap Town
 

 Nous descendons du plateau vers l’immense plaine cultivée du Cap. Les fermes sont énormes. Les champs de céréales font des centaines d’hectares comme dans la Beauce et la Brie française. Les bâtiments de ferme sont tous peints en blanc, très « clean ».

 

rsa30 

 


           
rsa33




rsa34


Cap Town et la montagne de la table
cap3 0017 (13)
           Nous sommes vite au Cap. J’appréhendais la circulation à gauche dans une grande ville inconnue, mais elle est très fluide grâce à la priorité dans les ronds points qui existait  déjà à l’époque  et depuis longtemps.

Le centre de Cap Town  qu’on appelle la « City» est très petit, mais très « chouette » et visiblement très affairiste avec ses grands gratte-ciel à l’Américaine. Nous allons récupérer des cartes routières au centre d’information touristique, changer de l’argent. Puis nous allons chez le Suisse rencontré à Sa Da Bandeira. Nous comptions sur une invitation mais non... Nous filons dans un camping de la banlieue, à Belleville, mais nous sommes entassés et c’est vraiment moche... Il faut dire que depuis notre départ, nous nous sommes habitués aux grands espaces.


Samedi 5 oct 1974 : Cap Town
 

Nous sommes un peu dépités et peut être angoissés par la grande ville ? Nous avons rempli notre premier contrat : rejoindre le Cap. Alors cela vaut bien un bon restaurant, pour 6,71 rands soit moins de 49F : Bouillabaisse, sole meunière arrosée d’un excellent petit vin blanc du Cap, café.

Nous retournons voir notre Suisse. Il nous emmène au point de vue de la ville. La ville est vraiment belle. Avec le recul c’est pour moi la plus belle « City» d’Afrique. Le vent souffle fort et la mer est déchaînée, l’air est clair et pur, le climat a l’air vraiment sain.

Nous décidons d’aller camper à « sweet valey » situé au sud de la ville du Cap à une vingtaine de kilomètres en  allant vers le cap de Bonne Espérance tout près de Muizenberg. La route pour nous rendre à ce camping est bordée de luxueuses villas.

Nous nous installons sous des mimosas en fleurs non loin d’immenses pins. Nous sommes frappés par les fleurs et les arbres immenses des alentours du Cap. Le camping est très calme et malgré les 2 rands par jour (14F), nous allons visiter un peu  la région.

carte de la péninsule du Cap
peninsule.jpg
cap3 0017 (3)
cap3 0017 (80)


Le quartier Malais
cap3 0017 (39)


Protéa, fleur emblème de l'Afrique du sud.
(Pour vous donnez une idée de la taille : bras d'un adulte à droite)
cap3 0017 (48)

Protée cynaroide
cap3 0017 (49)
Depuis la montagne de la Table.
A gauche, la dent du lion.
L'île en mer, est celle où fut emprisonné Nelson Mendela
cap3 0017 (4)

Depuis la montagne de la table, en regardant vers le sud donc vers le Cap de Bonne Espérance
cap3 0017 (22)



Dimanche 6 octobre 1974 : Le Cap


Lessive, mise en ordre mécanique de la voiture, et cahiers de bord personnel et voiture.
Il ne fait que 18°C, et en milieu d’après midi nous allons marcher pour nous réchauffer. Le printemps est frais... Le soir nous entendons la pluie tomber sur la tente, c’est la première fois depuis notre départ de Libreville. Mais ce n’est pas désagréable du tout.

cap3 0017 (9)

Cap Town
 

Lundi 7 oct 1974 : Nous passons la matinée à écrire aux parents pour leur faire partager nos découvertes et nos impressions sur l’Afrique du sud.

L’après-midi, nous faisons des courses. Comme nous trouvons des cartouches bleues de camping gaz partout nous rachetons un petit camping gaz pour remplacer celui qui a explosé à Luanda. Cela nous permettra de cuisiner avec deux feux et d’avoir un peu plus de confort. Nous faisons un colis avion avec les photos et un grand et beau panier en vannerie acheté en Owamboland au nord du Sud Ouest Africain ainsi que des livres et des papiers souvenir.

 

Mardi 8 : Nous décidons d’aller au Cap pour expédier notre colis. Le prix d’expédition est trop cher par avion. Alors nous passons la matinée à refaire un colis bateau solide et un colis avion avec uniquement les pellicules diapositives.

L’après-midi nous allons voir le Français qui travaille chez Land Rover. Il nous donne un lave glace électrique pour remplacer le vieux lave glace manuel HS et un bon de réduction de 25% pour des pièces détachés. Après, nous allons chez Citroën et là : déception ils n’ont même pas le catalogue de la 2CV, et donc aucune pièce... A cette époque aucune 2CV n’était sortie avec conduite à droite et aucune 2CV ne circulait dans les pays anglophone. Cela veut dire que nous ne trouverons aucune pièce de rechange avant la république Centrafricaine. C’est à dire qu’il va falloir traverser toute l’Afrique du sud, la Rhodésie, la Zambie, la Tanzanie , le Kenya, le Soudan et tout l’est de la république Centrafricaine avec les quelques pièces en réserve que nous avons... ! Inch Allah !

 

Mercredi 9 : nous restons au camping. Je monte le lave glace car pour rouler sur la piste je ne pars jamais sans avertisseur à dépression et sans lave glace.

Comme il a l’air de pleuvoir  pas mal dans la région du cap au printemps et que les côtes sont très raides je raccourcis les chaînes à neige de DS que j’ai emmenées, ça pourra servir dans la boue... .

 

Jeudi 10 : Nous faisons nos comptes pour constater que nous pouvons aller sans problème j'usqu’au Kenya si nous continuons à vivre et dépenser de la sorte.

L’après-midi nous commençons à rouler sur la plus longue corniche du monde, « dixit les Sud Africains », en tout cas elle est  vraiment fantastique. Je ne sais si c’est la plus grande mais c’est la plus belle que j’ai vu jusqu'à maintenant, la mieux préserver , la plus propre.

 

La montagne de la table est à plus de 1000m, donc la corniche est impressionnante  et difficile à rendre en photo , car on est obligé d'utiliser des objectifs avec des grands angles ce qui déforme la réalité.

 

cap3 0017 (11)

 

 

Hout Bay 

cap3 0017 (10)

 

  vers le Cap de bonne espérance

cap3 0017 (7)

 

 

Vendredi 11 : J’allège la voiture de quelques kilos en supprimant le plateau en aggloméré très lourd de la table de camping acheté en Angola et en le remplaçant par la planche qui sert pour le lit.

Nous visitons « Groot Constancia » l’un des plus beaux et des plus réputé chai d’Afrique du Sud : Tout est très « clean » et vraiment impeccable dans ces vieux bâtiments du 18ème   siècle.

cap3 0017 (16)

 

 



Dimanche 13 oct 1974 : de Cap Town au Cap de bonne espérance

Nous nous levons sous la pluie mais décidons de maintenir le programme pour la journée, à savoir : se rendre au Cap de Bonne Espérance. C’est sous la pluie que nous arrivons au « Cap Point » et c’est avec les cirés que nous montons jusqu’au rocher qui se dégage pour nous laisser prendre des photos.


Le Cap de bonne espérance, sur la mer entre la Cap et le voilier, d'énormes algues dans lesquelles un voilier ne doit pas être à l'aise...?
cap3 0017 (12)

Nous pique-niquons dans la voiture car il fait froid. Puis nous rentrons en faisant toutes les routes qui mènent à toutes les criques qui sont plus belles les unes que les autres, sauf bien sûr celles marquées « non whites », où nous n’avons pas le droit d’aller.

cap3 0017 (75)

 Nous marchons sur les plages et allons voir les épaves de bateaux rejetés par la mer qui est réputée dangereuse autour de cette péninsule.
Les énormes algues et les épaves...
cap3 0017 (25)

Nous rentrons au camping par le coté Est qui est beaucoup moins grandiose.


un babouin contemplatif
cap3 0017 (8)

Lundi 14 oct 1974 : le Cap
 

Après avoir changé un bon paquet de dollars, nous achetons  un bon stock de pellicules diapositives, et nous allons déjeuner dans notre premier fast food : un wimpy, à l’époque il n’y en avait pas en France.

Après nous visitons les vieux monuments de la ville : vieilles maisons, musées etc.

 

Un musée

09

 

  Le Cap :double bus

04

 

Après, nous  rentrons au camping par la corniche sous des cieux qui nous font prendre des photos magnifiques des à pic du bord de mer, des pins gigantesques, des fleurs, des protéas et des lys...

 

 

cap

 

 

 

 

01

 

 

 

 

cap3 0017 (66)

 

 

Comme les manguiers cet arbre est en même temps en fleurs et à fruits

012

 

 


Mardi 15 oct 1974 :
 

Nous visitons encore la « City» : l’intérieur du château est somptueux avec ses parquets de « yelow wood » et son mobilier simple et trapu d’Afrique du sud.

 

 

Remarquez la longueur et la largeur des lames de parquet !!

03

 

Nous traînons toute la journée. Nous découvrons le quartier malais avec ses usines de pierres semi-précieuses.

Nos rentrons au camping, payons, car demain nous levons l’ancre pour d’autres horizons. Nous vendons le plateau de la table 2 rands... 14F

 

Mercredi 16 : au Cap nous visitons encore un vieux moulin, l’université le « Rhodes Memorial » et le « National botanical garden ». Ce n’est qu’à 16 heures passées que nous prenons la route de Paarl.

A Paarl, nous sommes étonnés de lire sur l’hôtel de ville la devise en français :  « Bouter en avant ».

cap3 0017 (38)

 

 

Nous prenons les petites routes pour nous rendre à Wellington. Nous admirons les belles fermes et exploitations viticoles avec des vignes immenses. Nous aurons dans cette région des couchers de soleil fabuleux.

cap3 0017 (57) 

 

 

 

 

vigne2

 

 

 

08 

 

cap3 0017 (14)

 

Vers 19 heures nous nous engageons vers le col de Bains’kloof, la nuit tombe et nous trouvons un «lay by » qui tombe à pic.

A peine sommes-nous couchés qu’il se met à pleuvoir avec un vent violent.

 


Jeudi 17 oct 1974 :
 

Il n’a pas cessé de pleuvoir depuis hier soir. Nous attendons un peu pour nous lever mais en vain... Nous prenons le petit déjeuner dans la voiture et faisons la vaisselle avec le ciré. Il fait froid et le vent souffle toujours. Les joues d’ailes sont enlevées et le moteur est complètement inondé. Il ne va sûrement pas démarrer ?

010

Effectivement impossible de démarrer. Heureusement nous sommes à mi-pente du col  et nous poussons la voiture dans la descente, mais il faudra plusieurs kilomètres avant que le moteur commence à tousser... Après un demi-tour nous montons au col où nous arrivons sous la pluie et dans le brouillard, tant pis pour la vue... Nous descendons sur Ceres. Quel vent, mais il nous pousse.

Les petites villes sont très propres et les vieilles maisons blanches font riches et cossus.

05

 

Nous reprenons la route du col de «Mitchell-pass» toujours sous la pluie et partons sur Worcester où nous visitons la vieille demeure de Beaufort  transformée en musée.

beaufort

 

Puis nous allons au Karoo garden. Il est très défleuri mais nous prenons quand même une photo car dans le fond sur les sommets des montagnes nous apercevons quelques congères de neige.(à droite)

 

06

Nous roulons maintenant vers Robertson, Montagu, Swellendam. Nous sommes dans le petit Karoo et nous prenons des superbes photos de cette très belle région. C’est une vallée riche bordée de montagnes dénudées. Les giboulées de printemps nous donnent des cieux encore une fois impressionnants. Les fermes sont coquettes, propres et bien fleuries.

cap3 0017 (26)

A 19 heures, nous nous installons dans un camping plein de rocailles magnifiquement fleuries. Il ne pleut plus, mais il fait plutôt «frisquet».

cap3 0017 (73)

 

En déballant nos duvets qui étaient sur le toit nous nous apercevons qu’ils sont trempés, il faudra donc se contenter de la couverture. Les coutures du sac en ciré qui contient nos duvets ne sont pas étanches. Encore un détail auquel nous n’avions pas pensé.

 


Vendredi 18 oct 1974 : région du Cap

 Le camping est tellement mignon et calme que nous décidons de rester une journée. Il fait beau et Michelle fait une lessive. Pendant ce temps, je fais l’entretien de la voiture : changement des caoutchoucs de cardans, qui pourtant étaient neufs au départ de Lbreville et n’ont que 3 mois, inspection des vis pour remplacer toutes celles perdues  un peu partout, comme sur les carters en tôle des  cylindres ou la  tôle de protection. Je m’aperçois qu’il y a une fuite d’huile à la pompe à huile : à suivre...

A 16 heures, nous allons faire un tour à pieds dans la campagne environnante

cap3 0017 (27)

 

et revenons nous faire un plantureux repas avec des steaks sud africain de 250gr.

 

Samedi 19 : après la visite du musée, nous nous rendons au Bontebok park. C’est une petite réserve où les Sud Africains essayent de protéger le Bontebok, une très belle gazelle pratiquement disparue. Nous avons appris depuis que lorsqu’on isolait une espèce sauvage dans une réserve assez restreinte pour la protéger, cet animal à tendance à dégénérer. Mais depuis ils l’ont réintroduit dans d’autres réserves. Il y a aussi des élans du Cap qui sont les plus grandes antilopes.

C’est le printemps et nous assistons à des combats de Bonteboks mâles qui sont vraiment violents. Nous admirons la danse amoureuse de deux autruches puis l’accouplement. Nous photographions un magnifique aigle serpentaire au nid.

cap3 0017 (70)

 

 

 

cap3 0006

 

 

 

elan

Nous nous rendons au Cape Agulhas  ou Cap des Aiguilles, le point le plus au sud de l’Afrique. Il porte bien son nom, les rochers ont vraiment la forme d’aiguilles inclinées et plantées  dans la mer. La piste est dure. Il y a des cailloux pointus plantés dans la latérite et je pince une chambre à air et nous crevons.

 

Notre dernier coucher de soleil sur la mer, car après nous remontons sur la cote est

cap3 0017 (68)

 

 

Nous remontons sur Caledon dans une région très vallonnée et très cultivée par des «coloured». Nous essayons de dormir dans une belle ferme car la nuit tombe. Nous sentons que l’Africain a peur et que s’il en a envie comme nous, il sait comme nous que si nous nous faisons prendre par la police, il aura des ennuis et nous serons reconduits à la frontière. Alors il ne vaut mieux pas créer de problèmes à ce fermier et nous n’avons pas envie de déguerpir d’Afrique du sud. Il n’y a pas de « lay by ». Nous tombons en panne d’essence quelques km avant d’arriver au camping de Caledon. Mais c’est le week end et nous avons nos réserves... le camping n’est pas cher mais pour une fois pas très propre.


Dimanche 20 oct 1974 :
           Sous une pluie bâtante, nous quittons Caledon  pour Hermanus. Ce petit port aux allures très écossaises, est transformé en musée. La mer est d’un gris à faire peur.

cap3 0017 (32)

 

Le musée d'Hermanus : chaque barque a son tableau d'honneur avec le nombre de personnes sauvées !

cap3 0017 (34)

 

Puis nous remontons sur Franschhoek.

Arrivée sur Franchhoek, c'est le prinptemps, le temps est très changeant...

rsa1 0011

 

 

Nous traversons une région de vergers. Nous nous arrêtons pour acheter des pommes, mais elles ne sont vendues qu'en carton de 18 kg pour seulement 10F.

Alors nous achetons  500gr de fraises pour 3 F et 10kg d’oranges pour 5F.

A Franschhoek, nous visitons le musée Huguenot et le cimetière où presque toutes les pierres tombales ont des noms bien français. Nous sommes dans la région des Huguenots et je regrette un peu aujourd’hui que nous ne nous soyons pas attardés dans cette région et ayons essayé de trouver d’anciens Huguenots avec qui échanger et qui parlent peut être  un français différent.

 

 

Le plus grand musée huguenot : Intérieur magnifique, mais interdit de photos...

cap3 0017 (35)

 

 

A Stellenbosch, nous demandons le chemin du Camping à un jeune étudiant. Il n’y en a pas.

Il nous invite chez sa « girl friend » pour boire un verre et discuter du pays et de la France. Nous arrivons dans une assemblée de 5 étudiants entrain d’écouter de la musique. Ils sont très contents de pouvoir nous dire qu’ils sont contre l’apartheid, qu’il faut le dire en France, que ça va changer, que la majorité des étudiants dans la région du Cap sont comme eux. Nous sentons qu’ils sont vraiment sincères et qu’ils en ont assez de ce "développement séparé des races". A l'époque, il y avait en France des campagnes anti apartheid placardées où l'on voyait une tête d'enfant noir sur un presse orange ... C'est pour cette raison que nous étions bien accueuillis chez les étudiants et très mal reçus par les vieux africanders.

Nous sommes invités chez un des garçons dont les parents sont Belges Flamants installés en RSA depuis 23 ans. Ils sont contents de nous accueillir pour parler le français et nous parler de l’Afrique du Sud dont ils sont très fiers comme presque tous les blancs immigrés de ce pays. 

Nous échangeons beaucoup de points de vue sur l’Afrique entière. Les «vrais» Sud Africains où Afrikaners, ceux qui sont là depuis le début, (lequel ?), ceux la, nous n’aurons aucun contact, surtout en temps que Français.

Une après-midi  intéressante et une soirée chaleureuse qui permettent vraiment de se forger des opinions sur un pays visité. Mais ces opinions sont quand même faites avec des idées d’immigrés blancs accueillants, chaleureux et  étudiants certainement judéo chrétiens. Nous sommes bien obligés de reconnaître que l’Afrique du sud est de loin le pays le plus développé .Quelques noirs ont un  niveau de vie élevée, mais à quel prix ! ! ! Mais  la grande majorité des noirs vivent dans des ghettos cachés à l’écart des grandes villes et sous les vents dominants ou dans les Bantoustans, ces régions réservés aux « natifs ».

 

Lundi 21 : Christine et son ami nous emmènent  pour voir la ville. Nous découvrons de très belles maisons et de gigantesques plantations de pin.

 

cap3 0007

Couloir de la maison ci-dessus

cap3 0017 (36)

Nous prenons la route de Strand et montons à Sir Lowry’s pass. Puis nous rentrons au Cap. Là nous allons boire un pot chez les gens qui ont fondé un club Citroën. Puis nous allons chez le Français de Land Rover et nous discutons sur l’Afrique pendant de longues heures. Discussions fortes intéressantes. Puis nous rentrons  à Sweet valley.

  A l'époque, La population d'Afrique du Sud est de 22 100 000 habitants. Ils sont répartis comme suit: 3.750.000 blancs, 16 millions de Bantous, 2 millions de métis et 650.000 asiatiques. La superficie est de 1 221 037 km² soit deux fois et demi la France. L’Afrique du Sud produit 80% de l’or du monde, et la majorité de ses diamants. D'autres produits d'exportation importants sont l'uranium, la laine, le maïs, les fruits, le sucre, le vin et le poisson.

 

 

Mardi 22 :

Nous partons pour la « city ». 

Le restaurant de fruits de mer que l'on nous a indiqué est fermé..., alors ce sera : plage, il fait très bon et même chaud. Nous rédigeons nos cahiers de bord.

Après la plage, nous allons voir le sud africain que nous avions rencontré à Uis-Mine. Celui qui nous avait donné de l'essence d'avion.

Il nous invite à dîner et nous offre une chambre pour rester chez lui au temps de temps que nous le souhaitons. Si nous avions su, nous serions venus plus tôt. Mais notre tente nous attend à Sweet valley, alors nous rentrons. Dommage...

 

Le marché aux puces de Cap Town

puce cap

 

: Mercredi 23 : Avant de quitter le Cap, nous allons encore chez Citroën pour voir Peter, il ne peut nous donner de pièces avant 18 heures. Cela  nous obligerai à rester une nuit de plus, nous décidons de partir. Il nous montre sa DS raccourcie avec laquelle il fait du rallye cross. Quel travail ! Il faut que ce soit un "crazy" de 2CV cross pour se reconstruire une telle voiture !

Puis nous filons d'une seule traite pour Caledon

 

Dans les villes des environs du Cap, une multitude d'églises de confessions différentes, protestants, baptistes, anglicans etc.. amenées par les huguenots, les anglais et les hollandais.

cap3 0016

 

 

 

cap3_0017--23--copie-1.jpg

Presbytère transformé en musée

02

 

 

 

 Jeudi 24 :  Vers Montagu. Nous traversons un paysage de cultures très riches et très étendues. Il fait une température relativement agréable comme depuis deux ou trois jours. Le vent du sud-est nous pousse. Jusqu'à  Ladismith, le paysage est le même.

Après, les cultures disparaissent très vite, car nous entrons dans le petit Karroo. C'est un paysage qui s’apparente au Namaqualand, il reste quelques fleurs rouges.

cap3 0009

 



cap3 0017 (28)

      Avant d'arrivée à Calitzdorp, nous trouvons un camping-site, camping sauvage en bord de route. Nous décidons d'y passer la nuit. Nous avons fait 300km ça suffit pour aujourd'hui. Nous trouvons là une belle dalle en ciment.  Quelques minutes plus tard, nous trouvons une meilleure place. Nous décidons de nous déplacer, et je m'aperçois que j’ai perdu de l'huile en quelques minutes. Il va falloir réparer cette pompe à huile.

 

  Vendredi 25 oct 1974 : vers Mossel bay

 

         cart rsa-copie-1

 

       J'ai sorti 3 fois le moteur de la voiture pour rien.  La fuite d'huile est toujours là.  La patte à joint acheté au Cap ne tient pas. Les couvercles de ces pompes à huile n’avaient pas de joint torique et se montait au plastex, si seulement j'en avais. Je décide d’aller en stop à Calisdorp pour aller chercher un joint en papier.  Le stop ne marche absolument pas du tout. Je fais les 10 kilomètres à pieds.

 

 cap3 0017 (45)

 

 

Samedi 26 : Nous  visitons une ferme d'élevage d'autruches.

aut

 

 

 

 

après la visite : une petite course d'autruches

autru

 

 

course-autru.jpg 

 

 

Un thé avec des petits gâteaux avant et après  la visite sont les biens venus. Nous goûtons de l'Autriche séchée. Ce n'est pas terrible...

cap3 0017 (1)

 

Puis nous allons à Mossel bay sous une pluie battante. Après un petit arrêt en haut de la ville où nous piqueniquons,  le temps se dégage pour nous laisser prendre une photo et admirer le paysage.

 

 

cap3 0017 (29)

 

 

 

 

 

cap3 0017 (30)

            Nous allons à Georges et nous nous arrêtons à Victoria Bay où nous devions aller car c'est soi-disant magnifique, mais nous sommes un peu déçus. Le soir nous nous arrêtons dans un caravaning privé. C’est très bien et nous avons droit à des sanitaires particuliers.

       Les Sud Africains se déplacent toujours avec un livre de voyage où ils notent leurs impressions et leurs rencontres. Ils sont très fiers de  nous le faire remplir quand ils voient d'où nous venons...

Le lendemain matin nous devions avoir une douche chaude mais il n'en est plus question... Notre «car» doit faire trop pauvre...

fleu

 

Dimanche 27 oct 1974 : vers Humansdorp et Port Elizabeth

 

 

 

Nous essayons de prendre la petite route par Woodville mais la voiture ne veut pas monter, une côte est trop raide. Alors nous reprenons la "garden road"  (c'est la route qui longe la côte de Mossel bay à port Elizabeth)

 

 

La "garden road"

cap3 0017 (31)

Une très belle arrivée sur Knysna. Nous déjeunons au bord de la  lagune.

 

            Nous nous dirigions vers Kinsvalley pour trouver les arbres millénaires. Nous roulons sur des petites pistes mais nous grimpons encore de grands cols. Nous allons voir la très belle chute de Braken hill falls.

cap3 0017 (72)

 

Nous avançons sur la «garden road». Mais nous sommes un peu déçus.  Nous sortons encore de la route principale pour aller visiter une station balnéaire Plettenberg. Cette garden road nous paraît être une suite de campings. Le plus beau reste les très belles plantations de pins et de yellow wood et d'eucaliptus. Nous faisons encore un détour par Nature valley. Nous nous arrêtons à Stromriver  dans la « forêt réserve » de Tsitsikama.

 

 

A chaque entrée de parc, un livre d'or où l'on écrit ses impressions

rsa25.

 

            Lundi 28 :  La mer est splendide. Nous reprenons la route. Nous sommes  toujours aussi contents de découvrir ces magnifiques paysages.

rsa2

 

 

   Nous voulons entrer à quelques  kilomètres de là, pour voir un arbre de 2000 ans soit disant ? Mais sur les papiers que nous trouvons à l'entrée il n'y a que des arbres de cinq cents ans,         

Puis nous filons sur Humansdorp. Nous décidons d'aller déjeuner au Cap saint Francis, endroit idéal pour le surf. Nous ne voyons pas de surf car le temps est mauvais. Toutes les maisons de cette magnifique station balnéaire sont couvertes avec des toits de chaume. La piste jusqu'à  Humansdorp est vraiment mauvaise. Après nous filons sur Port Elisabeth.

Nous avons finalement encore un beau coucher de soleil sur la mer, cette fois c'est vraiment le dernier car après nous serons sur la côte est, mais nous aurons les levers de soleil et de lune sur la mer qui sont aussi beaux !
rsa26

 

Mardi 29 oct 1974 : Port Elizabeth

 

Nous  décidons d'aller  au musée. Il est gratuit et très intéressant. Il y a beaucoup à découvrir.

            Puis nous allons en ville. Nous la trouvons  sale et très noire, sans doute à cause des trains qui circulent encore au charbon et du chauffage au charbon. Le centre est très anglais, nous visitons le fort construit par  messieurs les Anglais en 1799.

     Après les régions habitées par les Huguenots, nous visitons celles habitées par les Anglais. Le fort n'est pas très intéressant

cap3 0017 (46)

 

 

Port Elizabeth

cap3 0017 (47)

 

 

Nous prenons la route vers Cradock situé dans le grand Karroo . C'est le même paysage que dans les environs de Calisdorp. 
        Il y a dans cette région, une petite réserve pour les zèbres des montagnes et nous voulons la visiter.     
      Comme il est tard, nous décidons pour gagner une quarantaine de kilomètres d'aller coucher à Somerset East ou nous avons une adresse. Nous commencerons demain par la vallée de la désolation. À notre arrivée à Somerset East nous nous renseignons sur l'adresse. Mais c'est une ferme qui se trouve à 50 miles soit 80 km la ville. Nous reculons devant  ces quatre-vingt kilomètres de piste à faire à la tombée de la nuit et il a beaucoup plu. Aujourd'hui je regrette un peu de n'y être pas aller pour rencontrer et discuter avec ces sud-africains. Mais une piste ou un chemin à repérer la nuit au bord d’une autre piste est presque impossible à trouver.

Nous demandons pour dormir près d'une ferme indigène , mais le fermier nous fait sentir très poliment qu'il ne veut pas. Nous le comprenons car nous savons que nous sommes suivis très discrètement par la police comme nous l’ont dit Jerry et Christine ainsi que les Belges. Une nouvelle tentative dans une autre ferme est sans succès et nous nous arrêtons à 10 kilomètres de Alsthom dans un Lay-by. 

 Toutes les routes et pistes sont limitées à 80 km par heure. Les automobilistes respectent les limitations, les camions roulants à la vitesse limite, nous n'avons jamais besoin de doubler qui que ce soit.

 

 

Mercredi 30 oct 1974 : Valley of Desolation

 

Après une très bonne nuit, nous nous levons de bonne heure. Et à 9h30 nous partons en direction de Graaf Reinet et la vallée de la désolation.

 

Nous sommes maintenant à droite de la carte

cart rsa

 

Le temps est couvert. Mais quand nous arrivons à Graaf Reinet, il fait beau et nous prenons aussitôt la piste pour nous rendre au point de vue. Mais nous n'allons pas très loin. En effet les pentes sont très raides et la voiture refuse de monter. Malgré un essai en marche arrière, les roues patinent, nous renonçons car la piste est vraiment mauvaise. Alors nous partons à pieds et ne regrettons pas les 5 kilomètres pour arriver au sommet. Nous avons une vue exceptionnelle sur ce paysage aride. Contrairement aux sud-africains, nous aimons beaucoup ce coin très sauvage.

Nous  pestons un peu, car deux filles montent avec une vieille voiture pourrie  et se moquent de  nous qui  marchons à pieds et suons... D'ailleurs c’est Michelle qui est le plus en colère car je suis content de marcher un peu et de prendre l'air. Quant nous arriverons en haut je m'aperçois que je n'ai plus de photos dans mon appareil et pour le coup c’est moi qui suis de mauvaise humeur.

 

 

Valley of Desolation

 

rsa23

 

 

 

rsa29

Nous avons également une très belle vue sur  Graaff Reinet, rues à 90° et oasis de verdure au milieu de ce désert.

rsa27

 

 

 

 Graaff Reinet

cap3 0017 (33)

 

 

 

 

            Nous redescendons à Graaff Reinet et après quelques courses nous repartons en direction de Cradock et de Mountain Zebra Park.
Le plus petit des zèbres, mais ils pleut et ils ont très sauvages

rsa28

             Sur le bord des routes les Africains qui marchent s’arrêtent et les enfants sont souriants et nous font de grands bonjours, comme en Angola. Ce qui n’était pas le cas dans les pays de forêt comme le Gabon ou le Congo.

 

 

vers East London : 

 

Vendredi 1 novembre 1974

De Mountain Zebra Park nous filons sur Cradock, Adelaide, Alice, King William Town

 

 

0337

 

 

Tous les trains sont à vapeur et les locomotives sont très bien entrenues. Attention pas de barrière : stop obligatoire !

cap3 0017 (53)

 

Puis nous nous dirigeons vers  East London.

A notre arrivée, nous allons voir la bourse lainière .

 Après, nous visitons un très beau musée dans lequel il y a beaucoup d’oiseaux, de gazelles, de papillons, d’insectes, de poissons, de coquillages, de cailloux. Nous découvrons également tous les habits et costumes, ustensiles, et divers objets de la vie des peuples du Transkei. Et pour finir de l’époque Victorienne, qu’ils ont l’air d’apprécier et de regretter. Il y a beaucoup de photos de la fin et du début du siècle faites avec des appareils à plaques : ces photos sont vraiment très  belles et d’une très grande qualité. Nous avons passé près de deux heures dans ce musée. On découvre que cette ville est très active et depuis fort longtemps.

Nous prenons la route d’Umtata,  et rentrons dans le Transkei : une région réservé aux noirs et où nous ne pouvons dormir.


Quand nous arrivons à Umtata, la nuit tombe. Nous cherchons le camping. J’arrête  un blanc qui transporte dans sa voiture une bonne soeur. C'est  le missionnaire de la ville. Il est très sympa et très dans le vent. C’est un allemand qui vit ici depuis quatre ans. Il nous invite et nous passe des photos jusqu’à une heure du matin. Ce sont des photos sur les coutumes,  la  circoncision, les danses et bien sûr : les animaux à Kruger Park. Tout cela est bien intéressant et de très bonne qualité.

 

 

vers Port St John

 

Samedi 2 novembre 1974 :

Lever de bonne heure car à 7 heures 30 on ne tient plus dans la voiture, il fait trop chaud. Malgré la fatigue nous nous levons. Nous quittons la mission.

Avant de quitter cette ville nous prenons des photos sur le marché où des mamas vendent de la médecine locale sous forme de petits tas d’herbes, de bout de bois, etc.

 

 

Le marché :  médecine localeumtata02

 

sur le marché

rsa22

 

rsa24

 

Nous discutons avec un Africain qui fait du stop, et nous dirigions vers Port saint John. Le paysage est très vallonné. Ces petits villages que nous découvrons au fil des virages et des cols sont très verdoyants. Les maisons sont rondes et à toit de chaume. Cette région est de loin la plus peuplée depuis Libreville. (A part les grandes villes)

 

 

Transkei

cap3 0017 (56)
cap3 0017 (54)

 

Sur la piste de Umtata à Port St John  les enfants vendent des vanneries pour deux fois rien. Hélas nous n'avons pas de place. Cette route est fort belle à tous points de vues. Nous avons le vent dans le dos alors qu'hier nous l'avions dans le nez : les vents sont très changeants dans ce pays... Beaucoup d'hommes se déplacent à cheval. Les femmes sont en costume traditionnel. Certaines ont les seins nus. Trois garçons sont entièrement nus et se sont passés du blanc sur tout le corps pour faire croire  à une circoncision mais ils  n'ont  pas l'âge, et dés que nous ralentissons pour regarder, ils commencent à demander de l'argent et à courir après la voiture, nous avons compris... C'est un piège à touristes.

            Cette région du Transkei est un Bantoustan, c'est-à-dire une région où les noirs sont chez eux. Elle devrait devenir indépendante dans quelques années... Mais ... Cela me rappelle qu'hier soir, nous avons vus des photos sur les villages où la police blanche  ramène dans ces bantoustans les noirs qui n'ont plus de permis de travail... Tout cela est bien triste.

Nous dépassons des plantations de bananiers, il y a aussi des flamboyants et les arbres à fleurs violettes, les Jacarandas ou palissandre, que nous avons déjà vus en Angola et au Sud-ouest africain sur les plateaux. Nous arrivons à Port St John  et nous nous installons au camping.
          Nous ne pouvons pas coucher avant Port Edouard dans le Natal à 250 km d'ici, car nous devons traverser un autre bantoustan alors que nous sommes dans une zone blanche : alors stop... je n’ai pas envi de rouler la nuit. Demain, s’il fait beau nous resterons peut-être une journée. Le bord de mer a l'air plutôt sympathique. En France la grève des PTT continue d'après radio France internationale. Non je ne suis pas pressé d'arriver à Durban car nous ne trouverons pas de lettres  et Michelle sera de mauvaise humeur. Et puis nous avons beaucoup roulé depuis le Cap : 2500 km. Alors il faut se reposer un peu.

 

La suite c'est : 

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

N : Le Nigeria et le Niger

Publié le par bruno demoury

Vers le Nigeria

 

 

 

 Mercredi 7 mai 1975 : Les Suisses nous quittent vers 6 heures alors que nous nous levons tranquillement. Malgré les quelques gouttes de pluie tombées ce matin il fait déjà très chaud. Nous aurions aimé une bonne tornade pour rafraîchir l'atmosphère. La nuit fut encore médiocre, peut-être la fatigue ?

La piste n'est pas trop bonne jusqu'à Maroua et nous nous arrêtons pour discuter avec les blancs qui font la route goudronnée. J'ai en effet un copain de Douai du nord de la France qui travaille dans les TP au  Cameroun. Mais non, ils ne connaissent pas.

Nous repartons donc pour Maroua. Nous changeons de l'argent dés notre arrivée. Nous ne trouvons pas de correspondants de la BNP, ce qui nous pose des problèmes. Après nous allons au marché ou tout est terriblement cher car ils nous voient venir comme de bons petits touristes... Nous commençons à être fatigués de discuter toujours les prix. Nous prenons le temps quand même de boire un pot car il fait très chaud et nous sommes contents d’être à nouveau seul

A peine sommes-nous assis qu'une foule de marchands nous entourent pour nous proposer des souvenirs. Nous arrivons à baisser les prix jusqu'à dix fois mais malheureusement nous n'avons pas le temps et nous avons besoin d'argent. Nous achetons quand même un joli jeu de douze brochettes avec de jolies têtes de biche en bronze coulé, un métier à tisser des bandes, ainsi qu'un cache sexe de petite fille.

Et puis finalement, nous prenons un repas au restaurant. Nous faisons les pleins d’essence et d’eau et nous cherchons la route pour  la frontière

 

cameroun 0055

 

 

cameroun 0056

Alors que la végétation est très sèche et que cet arbuste paraît mort, si on casse une branche un liquide blanc comme du latex s'écoule de suite.

cameroun 0059

 

cameroun 0058

La piste est très mauvaise comme souvent entre deux postes frontières, après Nora, nous passons la douane sans problème, puis la frontière puis à nouveau la douane et  la « custom » nigériane. Nous n'avons pas problème, ils nous demandent juste si nous avons des antiquités. Aussitôt la frontière nous trouvons une piste qui est un véritable terrain d'aviation nous roulons  rapidement pour gagner Maiduguri et essayer d'aller dans une " rest house".

 

 

cameroun 0061

 

 

cameroun 0067

 

 

 

Nous trouvons le macadam un peu avant Bama. A 20h, nous sommes à Maiduguri. C'est une grande ville grouillante, nous demandons un hôtel pour l’équivalent de 40 francs. Nous allons à la « rest house ». Ils ne veulent pas attendre demain pour payer et nous demandent l’équivalent de 100 francs pour une chambre non climatisée.

 Comme nous n’avons pas d’argent nigérian, nous reprenons la route et nous couchons dans la brousse. Nous avons perdu encore une heure. Vers 22 heures nous stoppons à une trentaine de kilomètres après Maiduguri. Nous nous couchons à minuit mais nous ne sommes pas rassurées et sommes constamment réveillés par le moindre bruit et les énormes camions qui font bouger la voiture. C'est un des seuls soirs où nous avons roulé la nuit et dormi au bord d’une grande route. Je ne le referais pas aujourd’hui connaissant mieux ce pays aujourd’hui… c’était très risqué… Dieu quelle journée !       

 

 

 

Jeudi 8 mai 1975 : après une très mauvaise nuit de quelques heures seulement nous nous levons à 5 heures 30 il fait frais et nous voulons rouler à la fraîche et de bonne heure car je ne veux pas repasser une nuit au bord d’une grande route. Nous démarrons à 6 heures 30. Nous roulons dans un brouillard mauve orangé où le soleil voilé essaie de percer.

 

nigeria-et-niger 0060

Le paysage est semi-désertique, quelques arbustes et de gros baobabs. Ce brouillard indigo par 35°C est vraiment très surréaliste. Il a du pleuvoir, il y a quelques jours car l'humidité est importante.

 

nigeria-et-niger 0066

 

            Il fait 45° dans la voiture toutes vitres ouvertes. Nous souffrons de la chaleur.

À 10 heures nous nous arrêtons pour grignoter et boire du thé. Après Damaturu, nous avons une strip-road jusqu'à Kari. Les camions ne bougent absolument pas de la bande goudronnée centrale et nous devons entièrement sortir du goudron et même nous garer sur le bas côté.

 

nigeria-et-niger 0063

Les villages ressemblent à ceux du nord Cameroun. Ils sont entourés d'un genre de futaie séchée impénétrable pour la vue et sans doute aussi pour le vent du désert. Il doit faire une chaleur étouffante dans les cases.

 

nigeria-et-niger 0062

 

 

 

 

À Kari, nous retrouvons une superbe route  goudronnée et ce jusqu'à Kano. Nous prenons de l’eau dans un puits au bord de la route mais un Haoussa  vient et veut nous faire payer...

 À une heure , après le " lynch ", nous reprenons la route et il nous reste encore à 258 km jusqu'à Kano. C’est long aujourd’hui…

À 15 heures  nous sommes à Birnin Kudu, nous arrêtons à la  « rest house » car j’en ai assez... Comme c'est très cher et qu'ils ne veulent pas de nos travellers cheques nous décidons d'aller jusqu'à Kano.

Arrivés à Kano, il nous faut près d'une heure pour trouver le Kano club où nous avons rendez-vous avec les Suisses. Vers 19h, ils arrivent et nous nous couchons encore tard. Je suis un peu fatigué par la chaleur et le nombre de kilomètres parcourus depuis deux jours. Et surtout de la mauvaise nuit passée au bord de la route.

Le Nigeria est peuplé à l'époque de 56.5 millions d’habitants pour une superficie de 923 768 km². C’est le plus peuplé des pays d’Afrique et le deuxième producteur de pétrole.

 

 

Vers le Niger et Zinder

 

 

Vendredi 9 mai 1975 : après avoir mal changé nos dollars car nous sommes fatigués de discuter, nous allons à la Poste où nous trouvons des lettres. Après une ou deux courses, je répare les roues crevées et nettoie le coffre des outils où un bidon d'huile de  freins s’est renversé, quel chantier !

Nous ne sommes pas très nerveux, et commençons à être fatigués par ces foutues voitures qui sont de plus en plus souvent en panne. Mon vilebrequin est en train de lâcher et de faire de plus en plus de bruit. Peter a encore tordu ses deux bras de suspension et sa direction est complètement usée. Nous nous couchons encore tard.

 

 Samedi 10 : en se levant ce matin, mon tea shirt a disparu ainsi que certains bouchons de jerricans…Nous perdons du temps à tourner en ville pour rien. Nous ne trouvons ni tissu, ni marché aux légumes, rien. Cette ville est un vrai caravansérail. Les voitures klacksonnent  et comme  la priorité dans les ronds-points est à gauche et que nous n'avons pas l'habitude... En effet au Nigeria ils roulent à droite depuis un an seulement. Mais ils ont gardé la priorité des ronds-points anglais et nous évitons de justesse quelques graves accidents. Nous rentrons  au camping toujours aussi abrutis par la chaleur, la circulation, et les Haoussas.

Nous déjeunons, je redresse une jante et vérifie la mécanique. Puis nous nous reposons en écrivant nos cahiers et des lettres. Les Suisses sont partis à la piscine.

 

 Dimanche 11 mai : avant de partir, nous achetons des oranges très chères, mais ce sera bon pour la route car nous sentons que nous allons avoir très chaud.

Nous prenons la route de Zinder. Le paysage est toujours le même, les arbustes se raréfient au fur et à mesure que nous montons vers le nord. Les villages sont toujours identiques.

Nous passons la frontière sans aucun problème : douaniers et gendarmes sont très aimables.

 

nigeria-et-niger 0064

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0065

Dès que nous sommes au Niger, les habitants nous font de grands bonjours. Nous sommes à nouveau contents de retrouver un pays francophone. Nous sommes vite à Zinder. C’est une petite ville qui a l’air très calme et très mignonne. Mais comme c'est dimanche, tout est fermé. Nous verrons demain.

Pour une fois, beaucoup de 2CV de 3 CV Citroën dans le centre ville…! C’est bien rare depuis notre départ. Il y a même un grand garage Citroën en arrivant. Nous verrons demain ce qu'ils ont comme pièces et si je change mon vilebrequin avant le désert.  

 

 

Zinder

 

 

Lundi 12 mai 1975 : après la Poste et la banque, je tourne en ville pour trouver des échelles de sable ou du métal déployé pour les fabriquer. Nous faisons réparer le siège par un petit cordonnier pour 200 francs CFA soit 4 FF, mais ce n'est pas très bien fait. Nous achetons encore des souvenirs à des Haoussas. Je vais voir Peter qui travaille sur sa direction.

Nous avons trouvé un petit campement très sympathique nous dormons dehors sur des petits lits en bambous sans matelas.(A droite de la porte AR de la "deuche")

nigeria-et-niger 0068

 

 

 

Vers midi, un africain me propose des plaques pour 15 heures 30. Nous ne sommes pas très nerveux, il fait réellement chaud et la nuit n'a pas été fraîche du tout, et nous avons mal dormi.

À 15 heures 30, j’achète les plaques qui sont très bien. Elles me coûtent 2000 F CFA soit 40 francs. C'est simplement du métal déployé, ce n'est pas trop lourd, c'est parfait. C’est nous  qui devront les prendre sur la galerie…Encore du poids supplémentaire...

Je rentre à nouveau au campement, je change bougies et rupteur. Je passe beaucoup plus de temps que prévu car je « foire » la vis de réglage. Et je dois bricoler encore…

 

 

Vers Tanout

 

 

Mardi 13 : avant de quitter Zinder, j’achète un vilebrequin.135.734 francs CFA soit  2.700 francs français. Mais  je pars tranquille. Nous ne quittons Zinder qu'à 10 heures 30 sur une piste très très ondulée, très dure.

A 1 heure, nous nous nous arrêtons et pique-niquons dans la voiture malgré les 47°C. Quand nous sortons de la voiture, nous avons l'impression qu'il fait encore plus chaud. Nous avons mis les rideaux sur les fenêtres de coté, à l'arrière et n'avons plus que le pare-brise pour voir la route.

nigeria-et-niger 0069

 

 

À 14 heures 20 nous sommes à Tanout. Nous stoppons et nous nous reposons dans un garage. Puis nous allons demander de l’eau. Mais nous nous enlisons dans le sable.

" Devant ", " derrière ", crient les Africains en se moquant de nous.

 Nous allons à la gendarmerie pour demander où se trouve le puits. Nous discutons un moment car le chef arrive... Il est accompagné de très belles et grandes femmes sans doute des Peules. Auprès du puits toute une foule de femmes et d’enfants s’affairent et jouent. Après notre plein d'eau, comme il fait meilleur, disons moins suffocant, nous décidons de continuer et d'aller jusqu'au début du sable. Nous pourrons l’attaquer de bonne heure et de bonne humeur demain matin. Nous faisons bien de continuer car la piste est une terrible tôle ondulée que nous devons prendre à 20km par heure à cause des 70 l d’eau que nous avons pris chacun

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0070

 

nigeria-et-niger 0072

 

 

Nous dépassons beaucoup de puits entourés de troupeaux et de chameaux. Les gens nous font de grands bonjours et n’ont pas l’air de voir beaucoup de touristes. La plupart des voyageurs à cette époque  prenaient la route de Tahoua, In Gall, beaucoup moins sableuse que Tanout Agadez, mais beaucoup plus longue. La police d’Agadez déconseille même aux gens qui descendent de passer par Tanout… Nous verrons bien demain…

 

nigeria-et-niger 0073

 

 

 

Vers 17 heures nous traversons un oued... Je suis en tête. Un passage de sable est en vue, je ne prends pas assez d'élan et je m'ensable. Nous dégonflons les pneus, en poussant un peu, ça repart... puis nous roulons encore en 5 ou 6 km et nous stoppons, il commence à y avoir des pistes parallèles, alors ça suffit pour aujourd'hui.

 

nigeria-et-niger 0071

 

 

Alors que nous cuisinons, nous buvons à deux, 10 litres dans la soirée. Après s'être reposés, nous regonflons les pneus pour demain. Si demain nous devons pousser nous boirons facilement nos 10 litres par personne.

 

Vers la falaise de Tiguidit

 

 

 

Mercredi 14 mai 1975 : je me réveille avec le lever du soleil, et sonne le clairon pour tout le monde.

 

 

A droite ou à gauche ? On prend où la pente est la moins forte pour faciliter la tache du petit moteur des 2 CV , donc à gauche toute...

nigeria-et-niger 0074

 

 

Dés que nous sommes partis, après 2 km, Peter se plante. Nous avons du mal à le sortir malgré les échelles de sable.

 

 

Je prends le maximum d'élan en première, je tourne à 40 km/h à 7500 tours. Je passe sans problème, mais jamais le moteur ne tiendra à de tel régime et par une telle chaleur jusqu'à la fin du Sahara ?

Pendant 20 kilomètres nous tournons à plein régime et nous nous plantons 9 fois : 6 pour moi, 3 pour Peter. Il faut dire que ma première saute et si j'oublie de la tenir, je suis sûr de m'ensabler.

Peter prend de l'avance et s’amuse comme un fou… il va encore casser du matériel…

Nous devons maintenant nous sortir de nos mauvais pas tout seul. Nous mettrons deux heures pour faire les 20 premiers kilomètres. A 11 heures 30, nous n’avons fait que 40 km.

 

 

 

À midi Peter crève.

nigeria-et-niger 0076

Dés que nous nous arrêtons, des nomades arrivent d'on ne sait où ?

 

Nous en profitons pour pique-niquer. Nous faisons du thé car nous avons déjà bu 3 litres chacun depuis ce matin.

Comme il fait meilleur à rouler, nous continuons. Nous discutons avec des allemands qui descendent en Unimog.

À 15 heures 30, nous arrivons à Aderbissinat. Un très beau village où je regrette de ne pas avoir dormi.

 

 

Aderbissinat

nigeria-et-niger 0078

 

À 16 h, nous trouvons une piste impeccable après 134 kilomètres de sable sans interruption. Nous sommes à la falaise de Tiguidit à 18 heures.

 

nigeria-et-niger 0079

 

 

Le site est grandiose et nous décidons d'y passer la nuit. Nous prenons une bonne douche en gardant trente litres de réserve pour demain, on ne sait jamais...

Cette fois le paysage est vraiment désertique. De temps à autre nous apercevons quelques chameaux. Et aussi quelques troupeaux de vaches qui ont l'air de se très bien portées. Nous doublons deux caravanes de chameaux et quelques ânes montés. A la falaise, nous donnons de l'eau à des touaregs.

Nous passons une nuit tranquille et dormons car nous sommes complètement épuisés. Pendant les deux heures qui ont suivi le repas, nous ne faisons que boire du thé et de la menthe.

Nous avons pris de l'exercice aujourd'hui, car il faut ramener à la voiture les plaques de désensablages qui à la longue deviennent lourdes.

Après la douche, nous sommes presque frigorifiés à cause de l'air beaucoup plus sec. Comme nous nous couchons, il fait encore 38°C dans la voiture.

 

Agadez

 

 

 

Jeudi 15 mai 1975 : à 10 heures nous sommes à Agadez.

nigeria-et-niger 0080

 

 

Nous avons fait 450 km entre Zinder et Agadez au lieu de 471 marqués sur la carte... Il faut dire qu’à certains endroits, il y a tellement de pistes, que nous avons du prendre des raccourcis ? Nous passons les formalités de douane et de police. Nous avons à nouveau des problèmes à la banque pour changer les travellers BNP ... Nous faisons un tour en ville. Puis nous allons à la Poste. Nous nous installons dans le camping où nous restons tout l'après-midi.

 

 

Le camping est bien ombragé

nigeria-et-niger 0010

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0081

Je travaille un peu sur la voiture. Nous allons au restaurant du camping et savourons un bon repas. Nous avons un petit vent de sable vers 22 heures.

 

 

 

Vendredi 16 mai 1975 :

Au milieu du camping, il y a une piscine. Elle n’est guère engageante... Mais nous nous baignons quand même. Comme nous en sortons, l'air chaud et sec du désert nous glace. Mais cela ne dure que dix minutes. Après nous étouffons à nouveau.

 Agadez, la perle du désert !   Nous allons faire un tour en ville , retournons à la police et à la gendarmerie, pour régler d'autres formalités. Ils sont très aimables.

Nous en profitons pour faire un tour de marché, nous trouvons tomates séchées, pommes de terre et menthe séchée.

 

 

nigeria-et-niger 0004

 

 

 

nigeria-et-niger 0001

 

 

 

nigeria-et-niger 0003

 

 

 

nigeria-et-niger 0005

 

 

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0006

 

 

 

nigeria-et-niger 0007

 

 

 

nigeria-et-niger 0009

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0008

Le Niger à l'époque, est peuplé de 4.13 millions d’habitants pour une superficie de 1 267 000 km². Principale richesse : l'uranium à Arlit.

 

 

 

 Samedi 17 mai 1975 : nous allons faire des photos en ville, du marché, et surtout de la très belle mosquée. Aujourd'hui, il est paraît-il interdit de la photographier ? Nous retournons au marché pour faire des provisions de vivres frais. Il y a des touaregs magnifiques.

nigeria-et-niger 0002

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0083

 

 

nigeria-et-niger 0085

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0086

Nous allons à l'hôtel de l'Aïr, pour remettre une lettre qu'on nous avait confiée à Garoua au nord du Cameroun. Puis nous faisons les pleins d’essence et rentrons au camping : piscine, repos. Des Suisses arrivent avec une Torpedo. Puis d'autres arrivent avec une 2CV.

 Le camping est complètement clos par de hauts murs pour se protéger des vents de sable et des vols. Je fais des photos dans le camping de petits touaregs entrés sans autorisation et qui font les poubelles. Ils se cachent derrière les poubelles faites avec des fûts de 200 litres et ramassent des sacs pleins de pain laissés par des camions de touristes et s'en vont en courant.

 

 

Camions de touristes allemands

nigeria-et-niger 0011

 

 

 

aga pou

 

 

Malgré l'uranium, le Niger reste l'un des pays les plus pauvres de la planète...

nigeria-et-niger 0012

Nous dînerions bien ce soir encore au petit restaurant du camping, mais nous n'avons plus d'argent à cause de ces sacrés chèques BNP que nous n'arrivons pas à changer. Je suis furieux. J'appréhende un peu, pour l'Algérie, le Maroc et l'Espagne.

 

 

 

Vers Arlit

 

 Dimanche 18 mai 1975 : nous prenons la piste  à 7 heures car nous avons perdu du temps pour tirer l'eau au puits. Nous partons avec 60 l chacun.

 

nigeria-et-niger 0075

 

Nous roulons évidemment tout doucement car la tôle ondulée est terrible 20 à 25 km/h pas plus. Le début est très beau avec les montagnes de l’Aïr.

 

nigeria-et-niger 0013

 

Il y a quelques oueds asséchés.

 

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0015

 

 

 

De temps en temps quelques petites parties de piste un peu meilleures.

 

 

 

nigeria-et-niger 0020

Des passages de sable comme du talc. Cela fait une poussière terrible. Peter se plante une fois et disparaît dans un nuage de fesh fesh.

 

 

 

Je suis devant et suis passé à gauche de la photo de justesse dans un nuage de sable comme du talc.

je m'arrêtte pour faire signe à Peter de passer à gauche , mais non, il veut passer tout droit et voila le résultat.!!!

nigeria-et-niger 0014

 

 

nigeria-et-niger 0017

 

 

 

nigeria-et-niger 0019

 

 

 

 

nigeria-et-niger 0023

 

 

 

nigeria-et-niger 0016

 

 

Le bois pour la cuisine

nigeria-et-niger 0024

 

 

nigeria-et-niger 0018

 

 

 

 

Un peu avant Arlit: la piste est tellement mauvaise que nous préférons rouler à coté, même si c'est plus mou

nigeria-et-niger 0027

 

 

 

nigeria-et-niger 0021

 

À 16 heures, nous sommes à Arlit. Nous n'avons pas de problème pour trouver la piste de demain. Nous nous arrêtons à la police. Il faut revenir à 19 heures...

En attendant, nous essayons de trouver de l'essence. Il faut repasser aussi. Nous allons donc boire un pot au « club français » de l'usine d'extraction d'uranium. Nous sommes autour d’une très belle piscine, des femmes arrivent en botte de cuire alors qu'il fait une chaleur incroyable. Nous avons envie de nous baigner mais les blancs ne sont vraiment pas sympas et ne nous le proposent pas... Et les enfants qui se roulent dans la boue avant d'aller se jeter dans la piscine, sont vraiment d'une éducation remarquable… ?

Après un moment, nous allons avec Peter à l'essence. Il n’y a toujours personne à la pompe. Nous décidons d'aller à l'usine de traitement du minerai d’uranium. Nous roulons sur une superbe autoroute pendant 7 km : personne évidemment à l'usine. Nous rentrons à Arlit et essayons de trouver de l’eau pour le lendemain. Je demande à nouveau à des blancs du cercle, pour dormir. Ils nous envoient  je ne sais où , et finalement nous nous installons sous des arbres pas très loin du club.

Vers 18 heures nous commençons à boire litres après litres : thé, menthe et eau, c’est incroyable il n’y a pas moyen de calmer la soif. Ce doit être terrible de mourir de soif… ?

Nous prenons la douche de bonne heure, déjeunons et nous couchons car nous voulons partir à la fraîche demain matin. Un jerrican en plastique  nous "abandonne" à nouveau (fendu).

 

 

 

  D'Arlit à Assamaka

 

 

 Lundi 19 mai 1975  : nous ne nous levons pas trop tôt puisque l'essence n’ouvre qu'à 7 heures. Nous « poirotons" à la pompe jusqu'à 8 heures. Quant celle-ci ouvre, nous sommes contents d’apprendre qu’elle est vide. Le pompiste nous donne des bons pour récupérer de l'essence à l'usine d'uranium.

Nous devons encore récupérer nos passeports et après nous filons donc à l'usine.   Mais là c’est le compteur de la pompe qui est en panne. Il faut donc remplir les jerricans de vingt litres pour ne pas se faire avoir. Et ensuite se les re-transvasés dans les réservoirs. Bref, il est près de 9 heures 30 quand nous commençons à rouler vers Assamaka. Cette piste n’est même pas marquée en pointillés sur notre carte…

 

 

  21258360.jpg

 

21258886.jpg

Tout de suite des étendues immensément plates à perte de vue s'offrent à notre regard.

arlit-assamaka 0026

 

Plus nous avançons, plus il y a des milliers de traces parallèles. Chacun fait sa route. Nous roulons  vite car c’est plat et sans tôle ondulée. C’est un des meilleurs souvenirs du Sahara. 

arlit-assamaka 0028

 La piste est très bien balisée.

 

Tous les km, un fût de 200 L surmonté d'une petite pancarte indiquant les km !

 

arlit-assamaka 0032

 Nous allons donc de balise en balise en essayant de trouver les meilleurs passages.  

 

Le ciel est mauve à certains moments.

arlit-assamaka 0035

 

 

 

De temps en temps il y a des passages de sable. Nous devons dégonfler les pneus.

 

arlit-assamaka 0022

 

 

Mais pour l'instant ça passe très bien et au bout d'une heure nous avons déjà fait 50 km. Nous croisons deux combi WW. Ils ont 55°C à l’intérieur car ils n’ont pas d’isolation.

 

 

 

Le paysage nous plaît beaucoup sur notre droite nous avons de grandes dunes.

 

arlit-assamaka 0030

 

 

 

Au bout de deux heures nous avons déjà fait 100 km : pas un seul ensablement. 

Nous croisons deux 404 dont une est enlisée. Nous allons leur donner un coup de main mais une plaque de sable m'arrache le genou, alors ça va bien. Nous arrêtons de les pousser. Ils ont beaucoup plus de difficultés que nous.

À quelques kilomètres de là, nous nous « plantons » tous les deux. Mais grâce au plaques de sable et en dégonflant encore plus nous arrivons à nous sortir de ce mauvais pas. À midi nous nous arrêtons pour le pique-nique. Nous restons dans la voiture. Car il fait 49°C quant nous roulons. Pendant le repas la température redescend à 45°C.

 

arlit-assamaka 0029

À un moment les traces disparaissent sous une dune, il faut donc l’escalader. En prenant beaucoup d’élan, nous arrivons à passer. Quelques minutes plus tard, une autre dune un peu plus haute. Mais nous passons encore une fois. Ces milliers de pistes parallèles, c'est vraiment impressionnant... 

 

arlit-assamaka 0036

 

De temps en temps, nous sommes obligés de prendre des jumelles pour trouver la balise suivante. Car des mirages nous font apercevoir  des arbres de la même  tailles que les bidons… Et nous avons des difficultés à trouver les bidons au milieu des mirages qui font vibrer les objets et les arbustes fictifs que nous voyons.

Tous les point noirs à l'horizon, disparaissent au fur et à mesure que nous avançons.

arlit-assamaka 0039

 

 

Une fois que nous sommes "déplantés", il faut ramenerl es plaques à la voiture en les  trainant dans le sable brulant...c'est épuisant et surtout assoiffant !

 

 

arlit-assamaka 0031 

 

 

 

 

À 15 heures 30 nous sommes à Assamaka. Droit devant nous, le fort et ses quelques arbres

 

  11.jpg

 

 

Nous arrêtons là pour aujourd'hui car il fait vraiment trop chaud : 50°C dans la voiture en roulant. Nous commençons à sentir la déshydratation et le besoin de boire. Pendant que nos passeports et les carnets de passage en douane se font viser aux postes militaires, nous nous baignions dans un puit artésien. Il y a une forte odeur de souffre. Non loin du petit fort, un petit jardin avec quelques arbres. Nous décidons de dormir là cette nuit. Pourvu qu’ils ne voient pas qu’il manque une page au carnet de passage en douane ? …C’est la première fois qu’on nous le substitue…

 Après avoir bu nos 15 litres par personne, depuis notre arrivée nous n'avons fait que ça....Jamais je n'aurai cru qu'on puisse boire autant.

Nous essayons de dormir dans  la voiture. Nous faisons bien, car vers 22 heures , nous sommes obligés de fermer les portes à cause d'un vent de sable. Quelle chaleur... !

Avec tout le thé et la menthe que nous avons bu : impossible de dormir !

 

 

  La suite : 

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

K : Le Kenya et la Tanzanie (les réserves)

Publié le par bruno demoury

Tsavo

 

 

 

7135.jpg 

 

 

 

Mardi 4 février 1975 : Nous devons aller à Mombasa pour changer de l'argent. De retour à Tiwi, nous allons marcher sur la plage. Puis je repeins les jerricans qui commencent à être très rouillés et un peu négligés.

 

Mercredi 5 : nous restons à Tiwi. Je fais une deuxième couche de peinture aux jerricans, et je passe la matinée à restaurer un peu la voiture, car la traversée d'est en ouest ne va pas être facile...?Après : plage. Nous dînons et nous couchons tôt pour une fois.

 

Jeudi 6 : la matinée est consacrée à écrire. Ensuite j’emmène un Suisse pour faire réparer sa direction. J’en profite pour ressouder moi-même les divers endroits de la voiture qui en ont besoin. Je fabrique aussi une pince à glace, car les accroches glace sont avec la tôle ondulée cassés depuis quelques temps déjà. Ensuite retour à Tiwi et nous profitons à nouveau de la plage.

 

Vendredi 7 : repos, plage, bain. 

 

Samedi 8 : Il faut quand même quitter ce coin de paradis. Nous sommes reposés et la route nous « démange » à nouveau…Quelques courses à Mombasa et nous prenons la route de Nairobi. Il fait une chaleur épouvantable. Le paysage est complètement desséché par ce soleil de plomb. Il souffle un vent d’ouest extrêmement sec. Plus nous nous éloignons de la côte plus il devient sec. L’hygrométrie diminue, malgré la chaleur nous sommes moins dégoulinant de sueur qu’au bord de mer.

Nous remontons à nouveau sur un plateau. Nous sommes relativement vite à Tsavo et nous payons pour l’entrée : 20 Shillings chacun, 10 pour la voiture et 10 pour le camping. A ce prix là le camping ne doit pas être terrible. Effectivement il n'y a aucune protection et nous ne nous risquons pas à monter la tente. Il nous faut chercher de l’eau et prendre la douche à 2 km de cette aire de campement où  nous sommes seuls.

Nous en profitons pour faire un petit tour et nous voyons des éléphants et des buffles rouges.

Ce n’est pas une illusion, non ils sont bien rouges à cause de la terre.

tsavo.jpg

 

 

 

 

 

kenya-2 0005

 

 

Nous rentrons au camp et allumons un feu dont nous nous serions bien passés vu la chaleur mais comme nous sommes seuls, il vaut mieux éloigner les animaux sauvages… Après la tombée de la nuit, dés que le feu se meure nous nous couchons. La nuit devient fraîche et bien ventée ce qui nous permet de récupérer des grosses chaleurs de cette journée.

 

 

Ce campement n'est pas très rassurant ! Encore une nuit à dormir sur une oreille seulement !

kenya-2 0007

 

 

 

 

 

 Dimanche 9 février 1975 : nous tournons dans le parc pendant toute la matinée. Vers midi nous apercevons un léopard et une lionne pas très loin l’un de l’autre. Nous nous risquons hors de la piste, ce qui est interdit, mais nous voulons prendre des photos de plus près. Nous pique-niquons en regardant ces deux fauves qui s'observent. Bien évidemment nous restons à l'intérieur de la voiture. Un buffle et un bubale de Cobe arrivent pour venir boire dans une marre. Que va-t-il se passer ? Et bien il ne se passe rien. La lionne et le léopard doivent être repus.

Nous allons à Mziza springs. Ce sont des sources résurgentes où l’eau est très claire et les Anglais ont installé un aquarium souterrain. Nous pouvons y observer les poissons et les hippopotames de la rivière.

Puis nous prenons la piste pour Amboseli. Alors que nous sortons de Tsavo, nous voyons notre premier rhinocéros. Au loin nous apercevons déjà le Kilimandjaro mais il est couvert de son petit chapeau de nuages. Nous parcourons rapidement les 80 km entre les deux parcs malgré une très mauvaise piste. Nous traversons des champs de lave très noire et complètement inculte. Nous commençons à monter un peu sur les premiers contreforts du Kilimandjaro et dépassons beaucoup de Masai qui marchent le long de la piste, et nous doublons aussi leurs villages très spéciaux avec des cases très basses. Le toit est en terre et l’ensemble se noie dans le paysage. Ces villages sont complètement entourés d'épineux pour se protéger des grands fauves. Après un arrêt photos, impossible de redémarrer… Que se passe-t-il ? Après quelques temps ça repart ?

kenya-2 0006

 

 

troupeau de buffles nous observant , impressionnant !

kenya-2 0008

 

 

kenya-2 0011

 

 

nous traversons des champs de lave

kenya-2 0009

 

 

 

Et bientôt , nous apercevons le Kilimanjaro

kenya-2 0012 copier

 

 

 

 

Amboseli

 

 

 

 Il commence à se faire tard, et nous devons trouver le campement. Je roule vite car la tôle ondulée et sévère. Et comme la fatigue se fait sentir,  j'évite de justesse un impala. Nous arrivons au seul campement. Nous nous apercevons qu’il n’y plus d'eau. Les gardes ne nous ont rien dit. IL faut ressortir du campement et aller au pied du Kilimandjaro pour trouver l'eau d’une source. Nous y allons car Michelle veut absolument prendre une douche. Quant nous revenons la nuit est tombée.  Nous sommes encore seuls dans ce campement sans aucune protection. Mais quel décor ! 

 

 

Il y avait en 1975 encore beaucoup de neige sur le Kilimanjaro

kenya-2 0013

 

 

Village Masai

kenya-2 0017

 

Masai

kenya-2 0015

 

 

Lundi 10 février  1975 : nous nous levons avec  le soleil à 6 heures. Michelle est couchée derrière et je l'emmène voir le lever de soleil sur le Kilimandjaro, qui ce matin est complètement dégagé dans un ciel rougeoyant.

kili10r.jpg

 

 

 

 

kenya-2 0019

Nous faisons de très belles photos d’animaux avec en arrière plan les neiges roses du Kilimandjaro.  Nous montons sur les pentes du Kili pour prendre de la hauteur et avoir une vue plus aérienne. Nous apercevons des éléphants et un rhinocéros. Nous les localisons, prenons des repères, redescendons et nous approchons de ceux-ci à moins de 10 m. Le rhinocéros recule devant les éléphants. Comme hier un léopard est devant un buffle sans bouger.

kenya-2 0024

 

 

 

Alors que nous observons un autre rhinocéros, et que je veux reculer, car je le trouve un peu trop près, 3 ou 4 m, je m'aperçois que derrière moi il y a trois éléphants vraiment très près. Que faire ! Nous ne pouvons plus ni avancer ni reculer. Alors il n'y a plus qu'à attendre que les éléphants aient fini de paître et s'en aillent plus loin car je ne peux plus avancer…

kenya-2 0018

 

 

Coincés entre Rhino et éléphants

kenya-2 0020

Après toute une série de photos, nous quittons Amboseli pour Nairobi. Nous traversons un petit désert où la tôle ondulée est terrible.

kenya-2 0027

 

Nous n'avançons pas vite car nous avons le vent dans le nez et la route grimpe car Nairobi est à 1.660 m d'altitude. L’air est de plus en plus pur. L’hygromètre indique 40%. Grâce à l'évaporation, l’eau dans la gourde en toile est vraiment bien fraîche. Comme nous montons la vue et de plus en plus dégagée et nette! Nous apercevons les pentes du Kilimandjaro. Malheureusement dans la journée il accroche sa couronne de nuages.

Nairobi est une ville assez neuve grande et propre. Certainement l'une des plus belles d’Afrique avec les villes du Cap et d’Alger. Il y a beaucoup de voitures et de circulation.

 

 

 Puis nous allons nous entasser à " city parc ". Après deux journées très belles à Tsavo et Amboseli, nous avons du mal à nous ranger comme dans un parking dans ce petit camping bourré uniquement de voyageurs. C'est vraiment une faune très spéciale ici… Impossible de monter la tente.  Il n'y a pas assez de place.

kenya-2-0028.jpg

 

 Nous nous couchons de bonne heure car je suis mal fichu. Nous écoutons France-Inter que nous captons très bien. Il fait très frais et nous endurons les pulls en soirée. La nuit, une bonne couverture est la bienvenue.

 

 

 

 

 

Nairobi

 

 

 

 

 Mardi 11 février 1975 : nous tournons une bonne partie de la journée dans Nairobi pour essayer d'avoir des informations sur le Zaïre et obtenir un visa. Il nous faut également faire venir de l'argent de France car nous n'en avons plus assez pour faire la traversée d'est en ouest. Après quelques courses au marché, nous rentrons au camping à 15 heures.

 

Nairobikenya-2-0063.jpg

 

Michelle n'est pas très en forme et ne veut pas m’aider, ce n'est pas facile de se diriger dans ces villes inconnues en consultant les plans et en conduisant...

De retour au camping, je change les pneus car l'armature métallique est visible à certains endroits. Après une douche glacée, nous discutons beaucoup avec tous les campeurs pour essayer de trouver une route vers le nord soit par le Soudan et l'Égypte soit par  le Soudan et la république Centrafricaine ou alors prendre un bateau pour les Indes et revenir par Kaboul, Bagdad, Istanbul…    

 

 Mercredi 12 :  La nuit portant conseille, nous allons sûrement opter pour le Soudan, la République Centrafricaine etc… Et nous commençons nos démarches dans les différentes ambassades, pour le visa du Soudan puis le visa de Tanzanie. Nous allons la Poste. Et nous passons près d'une heure à chercher un autre camping. Nous le trouvons et nous y pique-niquons, il est vraiment très chouette et très calme. Nous revenons en ville pour faire quelques courses et changer de l'argent puis nous rentrons à " City park ".

 

 Jeudi 13 : nous retournons à nouveau à l'ambassade du Soudan nous passons plus d'une heure à remplir des papiers nous voyons l'attachée d’ambassade qui  nous explique qu'il faut un visa pour la voiture. Mais tout peut s’arranger très vite si nous trouvons un autre véhicule pour faire la route avec nous. N’oublions pas, que depuis de nombreuses années il a la guerre entre le nord et le sud Soudan. Mais comme nous restons seulement dans le sud, que nous n'allons pas dans le désert du nord, tout devrait se passer sans trop de problèmes. Puisqu’il faut attendre tous ces visas pendant plusieurs jours et que nous avons obtenu un nouveau visa pour la Tanzanie nous reprenons la route vers le sud.

Le vent nous pousse et nous sommes très rapidement à la frontière. Elle se passe sans trop de problèmes. Nous roulons jusqu'à Arusha par une route plus étroite que celle du Kenya mais très correcte. Nous sommes dans une savane vallonnée. Avant d'arriver à Arusha, nous voyons le mont Meru qui culmine à 4.565 m. Malgré une bonne giboulée, nous pouvons voir le sommet qui n'est pas recouvert de neige.

Nous nous installons au camping et dormons sous la tente où nous endurons le duvet plus une couverture.

           

La TANZANIE

 

 

 

Manyara

 

 

Vendredi 14 février 1975 : nous trouvons une assurance pour la voiture d'une durée de deux mois pour l’Ouganda, le Kenya et la Tanzanie. Le prix est raisonnable 65 shillings.

    Nous quittons Nairobi , puis nous prenons la route de Moshi, et filons jusqu'au départ des ascensions du Kilimandjaro à Marangu. Il y a seulement deux hôtels et pas de camping. Nous nous reposons un peu dans l'un des hôtels, et demandons pour un camping. Celui de Moshi est fermé. Nous redescendons donc et demandons à Moshi pour plus de sécurité mais il est effectivement fermé. Nous décidons donc d'aller voir Kilimandjaro west, mais après 20 km nous rebroussons chemin à cause de l'état de la piste. Nous essayons d'aller à Meru lodge, mais à nouveau après 10 km de piste vraiment très mauvaise, la voiture refuse de monter une côte et comme il est déjà 18 heures, nous n'avons plus qu’à retourner au camping d’Arusha. Nous dormons dans la voiture cette fois, car il est tard et je n'ai pas le courage de monter la tente.

Aujourd'hui je regrette vraiment de n'avoir pas fait cette ascension du Kilimandjaro.

 

Samedi 15  : nous avons fait hier 330 km pour pas grand chose. Nous refaisons le marché ce matin et nous ne trouvons pas d'œufs ni de viande. Nous n'avons mangé que deux fois de la viande depuis les chutes de Victoria, ce n'est vraiment pas beaucoup.

Puisque nous sommes à nouveau en Tanzanie, nous décidons d'aller voir le lac Manyara. Nous avons une très belle route à travers la savane. Je commence à me faire un peu de souci avec la boîte de vitesses qui siffle de plus en plus et claque aux passages des vitesses. À Makuyuri, nous prenons la piste de Manyara. Il y a vraiment de gros blocs de pierres au milieu de très grandes ondulations de tôle ondulée.

À l'entrée de la réserve, nous payons 40 shillings chacun, 10 pour la voiture, plus 40 pour le camping soit 90 shillings par jour. C'est vraiment cher dans ce coin. Nous déjeunons au camping en réfléchissant à ce que nous allons faire dans les jours qui viennent. Nous rédigeons nos cahiers. Et nous allons à l’hôtel qui domine toute la plaine et le lac de Manyara, la vue est magnifique. Le prix d'une chambre est de 380 shillings il y a là des pilotes d'avions encore en uniforme qui n'ont pas l'air contents de leur sort : boissons, chambre ou autres ?

 

pa028

Nous redescendons dans la réserve et dans le camping et nous sommes complètement seuls à nouveau. Alors que nous arrivons sur l’aire de camping, nous voyons une mère lionne avec ses deux petits lionceaux.

 

Dans cette réserve beaucoup d'arbres sont ainsi abimés par les défenses d'éléphant.

kenya-2 0004

 

 

 

kenya-2 0021

 

 

  Ngorongoro crater

 

 

 

 

 Dimanche 16 février 1975 : quelle nuit ! Malgré le feu qu'il a fallu ranimer à 23 heures, les éléphants n'ont fait que tourner autour de la voiture. Comme nous étions dans une forêt, ça n'a été que craquements de branches d'arbres, de rugissements. Nous ne nous sommes endormis qu'à une heure du matin. Nous nous sommes réveillés à 5 heures. Et nous nous levons de bonne heure pour être dans le parc. Nous ne voyons pas grand chose d’intéressant. Nous roulons très lentement car la multitude d'arbres rendent l’observation difficile...

La particularité de cette réserve est de voir assez souvent les lions dans les arbres. Malheureusement nous n'en voyons pas. Mais que d’arbres morts, ou abîmés par les défenses d'éléphants. Le lac de Manyara est dans une cuvette, il fait une chaleur étouffante. Nous retournons au camping pour pique-niquer à l'ombre des arbres. Puis nous faisons une petite sieste avant de repartir pour le cratère de Ngorongoro. Le paysage est très desséché, la  piste mauvaise, nous croisons très peu de voitures.

 La piste commence à monter. Nous arrivons dans une forêt très verte où il fait plus frais. À la sortie de cette forêt, nous nous retrouverons dans d’immenses champs de céréales cultivées aux tracteurs et à la moissonneuse batteuse.

kenya-2 0029

Puis nous arrivons sous les pentes du cratère et ce sont maintenant d’immenses plantations de café très propres à flanc de coteaux. La terre est très très rouge, la lumière violente.

 

kenya-2 0026

Nous arrivons à la porte d'entrée de la réserve du volcan. Nous perdons un peu de temps car le camping est fermé. Décidément en Tanzanie en ce moment, nombreux sont les campings qui sont fermés. Il faut dire que février n'est pas une période très touristique. Nous prenons un permis pour vingt-quatre heures : 50 shillings. Nous continuons à grimper et nous arrivons sur la crête du volcan. Une très belle vue s’offre à nos yeux. Le diamètre du cratère  fait près de trois miles.

 

Le plus grand crater de volcan

kenya-2 0030

Nous voyons que nous sommes en altitude, alors que le soleil se couche et la température est déjà très fraîche. Nous allons voir les trois hôtels car il est interdit de coucher  dans les voitures près des hôtels.

Après nous allons au départ des Lands Rover qui font la navette entre la crête du cratère et le fond. Un type sympa  nous indique un coin où il y a une belle vue et où nous pourrons dormir dans la voiture. Nous y allons quant nous arrivons nous voyons des africains qui sont d'accord pour nous laisser dormir pour 30 shillings mais le chef  arrive et ne veut plus alors nous retournons au village où se trouvent les hôtels. En discutant nous arrivons à obtenir l'autorisation d'aller dormir dans le camping. Mais il est tard et nous sommes un peu crevés alors nous décidons d’aller au « crater lodge » pour 202 shillings avec repas et petit déjeuner. Un séchellois nous offre un café, puis nous discutons…

Après un excellent repas, nous apprécions l’excellent lit…Sans doute aussi car nous dormons l’esprit libre sans être aux aguets des bruits suspects ? …

 

 

Dans le cratère de Ngorongoro

 

 

 

 

 Lundi 17 février 1975 : bonne nuit un peu courte... Nous nous levons de bonne heure. Il fait froid, neuf degrés seulement. Après un excellent petit déjeuner, nous allons tout de suite à l'arrêt des Land Rover. Nous essayons de trouver 4 personnes pour remplir une Land Rover. Mais il nous faut retourner dans les hôtels pour trouver une personne. Vers 9h30,  nous prenons enfin le chemin du cratère pour la « modique somme » de 120 shillings. Nous commençons d'abord par longer la crête du cratère et nous avons une superbe vue sur la plaine de Serengeti. Puis c’est la descente très abrupte. Et nous sommes très vite dans le fond du cratère. Avant de sillonner le fond du volcan, le chauffeur nous arrête  pour un arrêt « pipi ». Déjà des zèbres sont à quelques mètres de nous…

Durant trois heures , les animaux se succèdent. Nous voyons d'abord trois rhinocéros puis deux autres

kenya-2 0031

et encore des lions dont un couple vient de chasser et la femelle vient vers nous, avec dans la gueule, le bébé gnou qu’elle vient de tuer.

kenya-2 0039

 

 

kenya-2 0037

 

Les lions frôlent la Land Rover car le chauffeur les excite quand ils dorment au milieu de la piste.

 

 

kenya-2 0038

 

 

 

 

Troupeau de gnous

kenya-2 0032

 

 gnou

kenya-2 0034

 

 

 

 

Gazelle de Thomsonkenya-2 0033

 

 

 

 

 

hyène

kenya-2 0036

 

 

 

kenya-2 0035

 

 

 

kenya-2 0040

 

 

 

 

Comment allons-nous faire pour ne pas payer une journée supplémentaire ? Michelle trouve une solution nous allons ressortir coté Arusha et essayer  de trouver à camper dans une ferme et pendant deux heures nous tournons, un cultivateur est d'accord mais son « manager » n'est pas là et nous n’osons pas rester. Nous retournons à la porte de la réserve, et les gardiens plus sympas que les gamins qui viennent de nous lancer des cailloux, nous proposent de dormir à la porte. « Si le chef arrive, vous n'aurez qu'à dire que vous avez un problème avec la voiture » nous disent-ils...

Nous faisons nos cahiers jusqu'à 19 heures 45 et la nuit se passe sans problème. J'espère avoir pris assez de photos de tous les animaux que nous avons vus ? …

 

 

Serengueti

 

 

 

Mardi 18 février 1975 : après avoir pris trente litres d'eau, nous reprenons la route des bords du cratère. À peine un kilomètre et nous crevons. L’essence est très mauvaise et  le moteur cliquète très fort.

        Quelques kilomètres le long du cratère et nous descendons vers la plaine de Serengeti. Nous avons de très belles vues plongeantes sur des villages Masai en contrebas. Nous nous arrêtons, car nous avons rattrapé un camion qui fait une poussière effroyable.

Après quelques minutes d'arrêt, nous redémarrons tranquillement  car nous avons un fort vent de coté qui fait voler la latérite et nous envoie de la poussière par la fenêtre. Il fait très chaud, le paysage est très plat et très sec. La piste est étroite avec de la tôle et surtout beaucoup de cailloux. En plus à certains endroits il y a une grosse bute de cailloux au milieu de la piste. Lors d’une glissade, un caillou projeté, sans doute, me crève le pneu arrière gauche et me casse la collerette du pot d'échappement. Décidément aujourd'hui ça va mal. À midi et demi seulement, nous sommes à l'entrée de Serengeti. Nous n'avons pas roulé vite.

 

kenya-2 0041

 

 

 

Nous déjeunons et je répare un des pneus crevés avant d’entrer, puisque je n'ai plus de roue de secours. Alors que nous pénétrons dans la réserve, l’herbe devient plus verte et un peu plus haute.

Pendant que je répare ces oiseaux viennent regarder.

 

kenya-2 0043

 

Nous commençons à voir des animaux des chacals et des antilopes et des gnous. Vers 15 heures nous arrivons à Seronera. Nous nous arrêtons à la première mare d’eau et ne voyons à cette heure chaude de la journée qu’un très beau héron.

Nous venons de nous arrêter pour un besoin pressant, et repartons alors qu'à quelques dizaines de mètres nous voyons 5 lions vautrés sous un arbre. Nous n'étions vraiment pas très loin…

 

 

kenya-2 0051

 

Après nous allons au camping et je retourne dans un garage situé près des hôtels pour faire gonfler la roue de secours réparée tout à l’heure. Je n'avais pas de pompe à main pour gonfler les roues de secours mais utilisais  une bougie de gonflage, qui se mettait à la place d'une bougie. L'inconvénient de ce système, et qu'il fallait démonter une bougie et en plus si j’accélérais, le moteur envoyait de l'essence dans la chambre air. Donc j'ai évité au maximum d'utiliser ce système. J'essaie également de trouver de l'eau distillée car avec les fortes chaleurs je consomme un peu d'eau  dans la batterie.

Arrivés au camping, je rafistole mon pot d'échappement.  Je regarde de plus près l'état de mes deux pneus coupés sur près de 5 cm. Nous écoutons les nouvelles sur RFI. Nous sommes lents dans tout ce que nous faisons. Nous devons être fatigués par les fortes chaleurs de la journée…Nous nous couchons de bonne heure car nous sommes encore seuls dans le campement et je n’ai pas envie de ramasser du bois et de faire du feu…

 

Réparation crevaison !

0001

 

 

 


Mercredi 19 fevrier 1975 : nous nous levons tôt ce matin pour photographier le lever de soleil sur la savane qui est vraiment magnifique.

kenya-2 0023

Nous passons par le garage où je fais gonfler ma deuxième roue de secours que j'ai tant bien que mal réussi à réparer en introduisant à l’intérieure plusieurs épaisseurs de chambre à air pour boucher la grande déchirure et éviter une hernie. Puis nous partons dans la réserve et tombons sur des lions. Nous voyons d'immenses troupeaux de gnous en migration qui courent et martèlent le sol en y soulevant un nuage de poussière énorme : vraiment impressionnant.

 

kenya-2 0044

 

 

 

 Avant que les lodges soient envahis par des hordes de touristes, à 11 h nous allons prendre un super lunch en self service. Cela nous fait tout drôle et nous pensons à un film de Jacques Tati quand nous voyons débarquer tous les touristes à 12 h alors que nous quittons les lieux…

Aujourd'hui nous avons un peu honte d'être français, car les seuls français que nous voyons, sont vraiment très bruyants et ne se font pas remarquer de façons intelligentes.

Des jeunes sympas nous demandent si nous avons vu le léopard dans l'arbre et nous indiquent où il se trouve. Nous prenons donc la route pour essayer de le trouver. Il est à plus de 100 m de la piste. C’est grâce à sa queue qui pend de la branche. Nous sortons de la piste et allons nous poster juste sous l'arbre. Il dort et ne semble pas dérangé par notre arrivée. Pendant que les touristes déjeunent et qu'il n'y a plus de circulation nous décidons de rester sous l’arbre et d’attendre...

 

kenya3 0007

 

 

 

 

 

Les nuages s'effilochent et le soleil apparaît. Cette fois nous allons pouvoir le photographier sur fond de ciel très bleu.

 

kenya3 0006

 

 

kenya3 0011

 

 

Et nous avons la surprise qu'il se réveille, baille s’étire et comme un gros chat, descend de son arbre et passe à moins de 2 m de la voiture.

 

0002

 

 

 

 

 

0006

 

 

 

Il descend....

 

kenya3 0012

 

kenya3 0009

 

 

 

 

 

kenya3 0015

 

 

 

kenya3 0014

 

Nous avons une chance extraordinaire aujourd'hui. Alors qu'il disparaît derrière la voiture je me dépêche de faire un demi-tour pour continuer de le photographier. Mais  juste derrière la voiture,  il y a un petit ruisseau où il disparaît  le temps de la manœuvre et nous ne le voyons plus et pourtant, il est là, caché à quelques mètres de nous...

Vers17h30, nous passons à l'immigration et l’essence, mais tous deux sont fermés et nous rentrons au campement où après un repas frugal nous faisons nos cahiers de bord et nous nous couchons. 

 

 

 

 Jeudi 20 février 1975 : Nous quittons notre campement pour l'immigration, les policiers nous disent qu'il faudra s'arrêter à Lobo lodge. Nous prenons donc la route vers le nord avec un peu de regret, mais le prix de cette réserve et vraiment exorbitant.

Ce matin nous avons à nouveau de la chance et nous voyons un vieux lion solitaire tout près de la route avec son buffle éventré.

kenya3 0005

 

 

 

 

Nous roulons très lentement et nous arrêtons souvent pour admirer les animaux.

 

Le jaribu

kenya3 0001

 

 

Gnous et Zèbres

kenya3 0002

 

 

kenya3 0003

 

 

 

 

Cobe

kenya3 0004

 

 

Phacochère

kenya3 0008

 

 

kenya3 0010

 

 

 

Retour à Nairobi

 

 

 

kenya3 0013

 

 

kenya3 0017

 

 

 

 

kenya3 0020

 

Aigle serpentaire

kenya3 0019

 

 

 

 

A Lobo, nous trouvons un superbe hôtel construit autour de rochers, nous faisons pointer nos passeports. Puis nous reprenons la piste à travers un paysage toujours constellé d’animaux et passons d'une réserve à l'autre en même temps que d’un pays à l’autre sans aucune formalité... Bizarre… Le paysage est à nouveau plus vallonné.

 A 13 h 45, nous arrivons au lodge de Keekorok. Il est trop tard pour le lunch qui se termine à 13 h 30. Mais à force de palabre nous réussissons à pouvoir déjeuner quand même. Ce buffet est très copieux, très bon et pas cher et nous nous en mettons plein la pense...

 Nous reprenons la route vers le nord. La piste est large mais très dure. A Naroc, nous achetons du pain. Nous retrouvons du goudron, après une semaine de piste cela nous semble bon. Nous traversons la très belle et très grandiose vallée du Rift. Cette faille qui joint les grands lacs et qui tente de couper l’Afrique en deux.

 

kenya3 0023

 

 

 

 

kenya3 0022

Après deux arrêts de police, nous arrivons à Nakuru et nous retrouvons la grande route de Nairobi à Kampala en Ouganda. Il y a beaucoup de circulation et nous décidons de « pédaler » jusqu’à City parc.

Nous arrivons à 20 heures 30 dans le camping toujours aussi surcharger. Nous rencontrons la première voiture de français depuis sept mois que nous sommes partis. Nous sympathisons tout de suite. Et combles du hasard nous tombons sur le fameux « Jeannot ».

 Malgré la fatigue nous discutons tard et mangeons tous ensembles. Il y a également un couple de très jeunes français pas plus de 18 ans qui arrivent d'Ethiopie et d'Égypte. Nous discutons jusqu'à une heure du matin. Jeannot est toujours aussi délirant… Ses nouvelles expressions qu’il met à la fin de chaque phrase sont «  cool » et « pas possible ». Il est toujours aussi souriant et communicatif. Mais qui était donc ce Jeannot que nous connaissions de longue date ?  C'est le fils d'une grande famille bordelaise. Il était à l'époque un peu plus âgé que nous et devait avoir la trentaine. Nous l’avions connu au Gabon . C'était un routard de l'époque qui avait été jusqu'à katmandou et avait silloné toute l'Afrique dans des conditions très dures...

 

Nairobi

 

Nairobi

kenya3 0058

 

Vendredi 21 février 1975 : « la fatigue est dans le corps », comme disaient les gabonais, nous nous levons pour aller en ville faire tamponner nos passeports, puis changer à la banque, la poste, les courses, le marché, et nous allons chez Citroën pour voir s’il y a des pièces de boite de vitesse car il faut absolument que je regarde cette boite qui claque de plus en plus. Il n’y a aucune pièce évidemment.

 Nous rentrons à city parc vers 14 heures et nous discutons avec Jeannot, Nous fêtons les retrouvailles et commençons à « refaire » l’Afrique en de grandes discussions sympathiques autour d'une bouteille de whisky.

Comme je commence à cuver, les Suisses arrivent. Et c'est reparti pour un tour, nous nous couchons encore très tard.

 

Samedi 22 : je suis fatigué et me lève avec un « casque » plus que colonial. Nous ne faisons rien de la journée que de discuter avec Jeannot. Il veut monter en Ethiopie avec les Français.

Les Suisses sont à l'ambassade du Soudan sans résultats et sont d’accord pour faire le Soudan avec nous… Nous passons encore une nuit à city parc.

 

Dimanche 23 : J’attaque la boîte de vitesse. Il y a des écrous de desserrer et de la limaille un peu partout. Le roulement arrière de boîte est complètement fichue. Je nettoie tout pour être prêt à remonter demain. L'après-midi, nous assistons à une vente aux enchères dans city parc, ce n’est pas triste. Tout à chacun essaie de se débarrasser de ses « merdes ». Le soir nous nous couchons tôt.     

 

Lundi 24 : je pars de bonne heure en ville pour essayer de trouver un roulement. Jeannot nous abandonne et à décider de partir seul. Il trouve que les Français sont vraiment trop " foutoir ". Il est quand même plus conscient qu'il n'y paraît…A l'aide des bus  je vais à la Poste puis chez Citroën où il n'y a pas de roulement évidemment... Ensuite je trouve SKF et SNR où j’achète un roulement qui ressemble et que je vais essayer d'adapter. En rentrant, je prends un mauvais bus et me perds dans Nairobi. Je rentre à pieds en me payant une bière et un cornet de frites. À 14 heures je suis à city parc mais un peu crevé. Après un litre de thé, je commence à remonter la boîte de vitesse… à 17 heures tout est remonté… Peter Springlie et sa 2CV viennent d'arriver. Il m’emmène acheter de l'huile et  nous commençons à chercher des pneus.

De retour une fois le plein d’huile fait, la boîte de vitesse marche nettement mieux mais siffle encore plus. En effet le fait d'avoir remis un roulement  neuf, il n’y a plus de jeu axial et la boite ne claque plus. Mais les pignons sont maintenant revenus en place et comme ils se sont usés de travers, la boite est devenue encore plus sifflante. Normalement cela devrait tenir un moment. Il m'a fallu limer le circlips qui se trouve à l'extérieur du roulement pour qu'il  veuille bien rentrer dans le chapeau de boite. Le roulement d’origine était un roulement à épaulement, j’espère que le circlips sera assez solide pour reprendre les efforts axiaux…

Les Suisses ce soir sont un peu dépités car ils n’arrivent pas à avoir de visas pour le Soudan... Je me couche de bonne heure car je suis vidé.

 

 Mardi 25 : Nous allons en ville pour voir si notre argent est arrivé à la banque. Il n'est toujours pas là. Puis nous allons chez Citroën où je trouve un support moteur, des caches poussières de cardans. Nous déjeunons d'un épi de maïs bouilli. Peter a déjà cassé sa caisse de 2CV et la ressoude chez Citroën. Après nous cherchons des pneus et ne trouvons que des 145 x 15. Pendant ce temps Michelle discute à city parc.

 

Le campement de Jeannot à City park

kenya3 0064

 

Mercredi 26 février 1975 : nous décidons d’aller dans l'autre camping qui est beaucoup plus calme car les nuits de city parc sont très agitées. Nous pourrons faire la lessive, étendre de linge dans des conditions plus favorables. L'après midi pendant que Michelle fait la lessive, je monte mes pneus neufs. Dans ce camping nous avons réussi à mettre la tente dans un petit bois très sympathique. Mais un singe impressionnant avec deux énormes canines à la Dracula et très méchant nous épie sans cesse et nous surveille constamment pour nous voler nos vivres frais

 

kenya3 0021

 

Jeudi 27 : je m'aperçois que j'ai pris 5 jours de retard dans mon cahier de bord et cette fois je m’y mets. Je n’ai pas vu le temps passé à Nairobi. Les Suisses arrivent vers 17 heures au camping. Ils en ont assez aussi de city parc. 

    

 Vendredi 28 :  nous partons en ville pour trouver un câble de grosse section pour faire des essais de soudure avec deux batteries en séries. Nous soudons un support d'amortisseur cassé. Ça marche mais ça demanderait un peu de perfectionnement. Enfin cela peut nous être utile dans des coins difficiles… ?

 Nous nous couchons de bonne heure, car aujourd'hui c’est au tour de Michelle d’être mal fichue.

 

 

 

Vers le mont Kenya et Samburu

 

 

 Samedi 1 mars : nous restons au camping à bricoler et à préparer notre futur départ. Entretien de la 3cv, affûtage des machettes, etc. Une visite  un peu plus sévère de la voiture.

 

Dimanche 2 : nous allons à Nairobi, et partons après diverses courses vers la région du mont Kenya. Nous prenons encore de l'altitude et alors que nous arrivons sur les contreforts du mont Kenya, nous traversons des cultures de maïs, de blé, d'orge et de toutes les céréales de nos pays tempérés.

 

kenya3 0025

 

 

 Le temps se couvre et nous ne voyons pas le mont Kenya qui est dans les nuages. Nous devons être tout près car nous avons beaucoup monté et sommes à près de 3.000 m. Nous apercevons pendant une minute un petit bout du mont Kenya à travers les nuages. Mais au loin devant nous, vers le nord s'étend la grande plaine où se trouvent les réserves de Samburu et de Marsabit.

 

kenya3 0026

 Nous roulons maintenant vers Isiolo où nous achetons du pain et faisons le plein d’essence après le troisième contrôle de police depuis ce matin. Nous arrivons à la porte du parc de Samburu à 18 heures 30 et juste le temps d'aller au camping.

Comme nous sommes seuls, il nous faut nous dépêcher de ramasser du bois avant le coucher du soleil. Malgré la forte chaleur, il nous faut faire un grand feu car nous sommes entourés derrière par des éléphants et de l'autre côté de notre campement nous voyons passées des girafes dans le coucher de soleil. Comme il y a pas mal d'arbres et d’épineux autour de ce campement, la vue n’est pas très dégagée et pourquoi n'y aurait-il pas des lions ou diverses bêtes moins paisibles que ces très belles girafes en contre jour ?

 

kenya3 0046

 

 

kenya3 0052

 

 

Alors que la gamelle chauffe , les éléphants sont juste derrière!!!

kenya3 0051

 

 

 

 

 

kenya3 0050

 

 

 

kenya3 0049

Nous regardons le feu depuis la fenêtre de la voiture alors que nous sommes couchés mais quelle chaleur ! Avant minuit malgré le feu, une civette vient tourner autour de la voiture et fouiller dans notre poubelle. 

 

 

kenya3 0055

 

 

Samburu

 

 

 

 

Le lundi 3 : après une nuit agitée à cause de la chaleur  et des animaux qui tournent autour de la voiture, une fois le feu éteint, nous ne nous levons pas de bonne heure.

Nous commençons à tourner dans la réserve qui est vraiment très belle. Très peu d'herbe et beaucoup de très grands pins parasol, on voit très bien les animaux.

Nous sommes venus dans cette réserve uniquement pour les girafes réticulées, celles qui ont une peau marron uniforme cerclée d'anneaux blancs. Pour admirer également les antilopes girafes que nous n'avons pas encore vues et qui sont très élégantes également. Et nous venons aussi ajouter à notre palmarès le plus grand des zèbres qui a de toutes petites rayures bien parallèles et bien dessinées : c’est le zèbre de Grévy. Nous voyons rapidement ces trois espèces et les photographions sous toutes les coutures.

À 12 heures 30, nous sommes au lodge au bord de la rivière. Le prix de la journée est de 300 schillings tout compris… Les lodges du Kenya sont quand même plus classes que celles de Tanzanie (à l'époque). Nous prenons un pot et demandons un autre camping.. Quelle vue sur la rivière éclairée la nuit !

Après notre petit pot, car nous n'avons toujours pas notre argent de France et un coup d’œil sur le magnifique buffet... Nous allons voir l'autre camping. Nous nous faisons sortir proprement par un anglais des plus « sympa »... Un espèce de néo-colonialiste qui avec plusieurs tentes et serveurs en livrée bleue, doit sans doute gérer l’accueil de quelque gros "richard" venu dans les réserves à qui on veut faire croire qu’il est seul au bout du monde...

Nous retournons au lodge pour y pique-niquer. Car l'autre camping est très loin. Nous nous arrêtons en chemin pour photographier des pintades vulturines avec une crête en os sur la tête et que nous n'avons également jamais vues.

Pintade et écureuil de terre

kenya3 0034

Nous retournons au camping par une autre piste et nous devons faire un grand détour. Soudain la route est barrée… Alors que je fais un demi-tour dans les épineux, nous crevons encore une fois et je perds une joue d’aile qui était attachée sous le châssis par un caoutchouc qui a dû être arraché pendant la manœuvre et nous n’arrivons qu’à 18 heures 15 au campement...

Juste le temps de ramasser du bois avant le coucher du soleil … Mais où sont les touristes comme nous, il n’y en a vraiment pas beaucoup...

Aujourd’hui nous avons aidé un papy et une mamy avec une vieille jeep qui n’avait pas l’air en pas très bon état ? Ils ont l’air d’avoir des ennuis de moteur et de freins et nous les avons trouvés un peu paniqués et fatigués.

 

 

Aujourd'hui le mont Kenya esr dégagé !

 

kenya3 0029

 

 

 

Giraffe réticulée à 3 cornes

 

kenya3 0030

 

 

 

 

 

kenya3 0035

 

 

 

Oryx

kenya3 0036

 

 

 

Bébé ne sait pas encore boire avec sa trompe

kenya3 0033

 

 

 

 

Antilope giraffekenya3 0037

 

 

 

 

kenya3 0038

 

 

 

 

kenya3 0039

 

 

 

 

kenya3 0040

 

 

 

 

 

  Voici comment nous dormions

 

li02

 

 

 

Nous sommes aussi venu pour admirer un zèbre que nous n'avons pas encore vu : le zèbre de grévy (avec ses petites rayures et sa grande taille)

 

kenya3 0042

 

 

kenya3 0043

 

 

Oryx

kenya3 0041

 

 

Antilope giraffe

 

kenya3 0044

 

 

 

Marabouts et cobes à croissant

kenya3 0048

 

 

Migrations de gnous et zèbres

kenya3 0047

 

 

 

Le mont Kenya

kenya3 0032

 

 

 

 

kenya3 0016

 

 

 

Vers le lac Rudolf

 

 

 

 

Mardi 4 mars 1975 : après une nuit agitée, car Michelle m’a réveillé plusieurs fois à cause des animaux qui rôdaient autour de la voiture, nous partons pour la sortie de la réserve et nous nous arrêtons au « Buffalo springs » où nous discutons avec un jeune allemand qui parle un petit peu le français, nous discutons des 2cv. Puis nous sortons sans payer la deuxième nuit de camping. Nous n'avons vu personne, il n’y a ni sanitaires, ni eau vraiment rien du tout. À Archer’s post, nous nous arrêtons pour acheter des cigarettes et demander la route du lac Rudolf. Cet endroit est paraît-il très aride et le plus chaud du globe : plus de 50°C à l'ombre ? Et nous avons envie de voir cela, en plus il est très beau.

Je dépanne un indien qui a crevé, en lui vendant une rustine Tip Top. Après quelques kilomètres, nous doublons la voiture des papy et mamie suisse rencontrés hier. Elle est en contrebas de piste et a fait plusieurs tonneaux. Comme il n'y avait pas d’arceau de sécurité, Ils sont très gravement blessés et dans un triste état. Nous sommes complètement retournés…La piste étant très dure, peut-être ont-ils éclaté un pneu et perdu le contrôle du véhicule sur cette tôle ondulée démentielle. J'ai moi-même beaucoup de mal à tenir la voiture en ligne droite. En plus il y a de gros cailloux.

Les 125 km entre Leisamis et Archer’s post sont très bien tracés mais vraiment quelle tôle ! ! ! On voit qu'il pleut peu dans cette région. Il fait très chaud et le paysage est archi-sec : uniquement des épineux. La lumière est très violente.

À la sortie d’un village, nous trouvons la piste de la carte pour le sud du lac Rudolf. Après quelques kilomètres de sable, nous nous arrêtons et déjeunons. Après 10 km nous nous arrêtons pour contempler et choisir une route dans un passage très sableux de plusieurs centaines de mètres que des hommes sont en train d'aménager. Ils nous disent que personne ne passe par ici. Elle est barrée par des épineux un peu plus loin. Nous renonçons donc à aller au sud du lac Rudolf. Il y a paraît-il une autre route, mais nous ne l'avons pas vue.

Nous croisons des troupeaux de dromadaires (à une bosse), ils sont conduits par des femmes Samburu très très belles. Elles ont les seins nus avec de très beaux colliers au cou, aux bras et aux chevilles. Elles conduisent également des troupeaux de bœufs qui sont les plus beaux que nous aillions vus depuis la Rhodésie.

Nous trouvons finalement la route du lac Rudolf sans pancarte évidemment. Elle partait à 20 kilomètres d’Archer’s post. Nous avons fait plus de 200 km pour rien. Il me faut à nouveau refaire le plein d’essence avant de repartir pour le lac Rudolf. Nous dormons à la mission d’Archer’s post et nous verrons demain car pour l'instant il n'y a pas d'essence. Je répare les deux-roues de secours crevés aujourd'hui.

À la sortie d'un virage , je suis tombé nez à nez avec un énorme caillou sur la piste. A cause de la tôle ondulée et de vitesse, je n'ai pas voulu changer de direction brutalement. J'ai freiné et au moment d’arriver sur le rocher, j'ai accéléré pour essayer de soulager l'avant de la voiture. Le moteur n'a heureusement pas touché, mais le caillou a ouvert le châssis sur près de 40 cm. Cette entaille est aujourd’hui, toujours visible et m’impressionne à chaque fois que je la vois.

Après nous faisons nos cahiers et discutons avec un jeune garçon d’une quinzaine d’années très sympa.

 

encore 2 crevaisons

kenya3 0054

 

 

 

Au pied du mont Kenya

 

Mercredi 5 mars 1975 : nous avons passé une nuit un peu mouvementée. D'abord il a fallu installer la moustiquaire car il était impossible de dormir, et ensuite nous entendions gémir dans la chambre à côté. Et nous apprenons ce matin que c'était le vieux Suisse qui délirait dans ses souffrances. Nous apprenons aussi que sa femme est décédée suite à ses blessures. Alors que nous nous apprêtons à partir nous le voyons prendre une ambulance. Il est vraiment très choqué. Cela ne nous met pas en forme. Et nous abandonnons l’idée du lac Rudolf.

Et nous redescendons vers Isiolo. Nous y achetons une coquille d’œuf d’autruche, et un collier Samburu. Et nous remontons tranquillement sur les pentes du mont Kenya. La montée est dure et longue jusqu'à 3.000 m. Aujourd'hui nous avons de la chance, le mont Kenya est pratiquement découvert. A Nanyuki, nous achetons du pain et filons à la ferme de Madame Kenyali, une vieille anglaise qui accepte les voyageurs de notre acabit. Comme elle est bien indiquée, nous trouvons facilement. Il pleut. Nous tombons sur un américain et un canadien vraiment très sympathiques, nous passons l'après-midi ensemble Le soir, nous écoutons de la musique .

Nous passons après une très bonne nuit bien que très fraîche malgré duvets et couvertures. Nous avons du mal à croire que nous sommes sous l'équateur.

 

 

 

 

Nous avons un coucher de soleil superbe

 

 

kenya3 0060

 

 

 

 

 

Jeudi 6 mars 1975 : nous nous réveillons seulement à 10 heures et demie... Après le petit déjeuner et une douche glacée, nous allons faire quelques courses au village. Nous passons l'après-midi à poser : sieste et cahiers de bord. Je joue aux échecs avec un américain, et discute un peu avec Madame Kenyali. J’ai l’impression que ce nom de Kenyali, elle se l’est donnée ?

 

Vendredi 7 : nous sommes réveillés de bonne heure par la vieille anglaise, pour monter à cheval. Nous ne sommes pas trop décidés. Mais comment lui refuser puisque c'est son seul gagne pain, son mari est décédé. Puis nous nous décidons avec le Canadien et l’Américain qui ne sont jamais montés non plus à cheval. Finalement, nous avons beaucoup de plaisir à faire une grande randonnée au pied du mont Kenya qui aujourd'hui est complètement dégagé. Nous avons de la chance, les chevaux se laissent bien guider. Le trot n'est vraiment pas confortable car nous ne savons pas monter… mais le galop du retour est très grisant.

L'après-midi, nous avons un peu mal aux fesses et au dos. Nous saluons le Canadien et l’Américain qui ont trouvé une guide pour faire l'ascension du mont Kenya.

 

 

 

kenya3 0056

 

 

Samedi 8 : nous nous levons tard …Je discute longtemps avec l’homme de main de madame Kenyali, qui n’est autre qu’un jeune français qui a passé 4 années au Burundi et qui ne veut plus rentrer en France. Il est ici depuis plusieurs mois…Il vient des Indes et de Katmandou.

L'après-midi, nous allons jusqu'à l'entrée de la réserve pour voir le mont Kenya de plus près. Comme nous arrivons, il se dégage sur un ciel sombre et menaçant. Clic clac et nous revenons. Le champ de madame Kenyali se rempli un peu trop à notre goût, et devient comme city parc, alors demain nous levons l’ancre.

 

Le mont Kenya

kenya3 0059

 

 

 

 

et à nouveau un coucher de soleil !

 

 

kenya3 0053

 

Dimanche 9 mars 1975 : nous rentrons tranquillement à Nairobi. La circulation est plus dense et nous croisons quelques chauffards du dimanche. Nous n'allons pas à city parc mais préférons Kawallan camp, l’autre camping qui sera plus tranquille .

 

 Lundi 10 : nous allons à la banque pour voir si notre argent est arrivé. Toujours rien. Nous allons aux nouvelles à city parc. Les Suisses à la 2CV sont là.

Les trois combis suisses sont là aussi. Ils arrivent du Rwanda et du sud de l'Ouganda.

Nous décidons donc de revenir à city parc. La 2CV des suisses n'a pu aller jusqu'au lac Rudolf, ils ont tordu les deux « jambonneaux AV » dans la piste mauvaise où nous avons nous-mêmes rebroussé chemin..

Le soir je monte mes deux pneus neufs.

 

Mardi 11 : nous retournons à l'ambassade du Soudan et perdons la matinée. Nous devons revenir demain. L'après-midi, je fais la même opération sur les amortisseurs arrières que celle faite au bord du lac Malawi, c’est à dire démontage et remplissage à l’huile moteur.

 

Mercredi 12 : à nouveau nous retournons à l'ambassade. Nous devons revenir à 14 heures. Entre-temps nous courons entre deux banques pour récupérer notre argent car il est enfin arrivé. L’après-midi, re ambassade du Soudan où nous voyons le " boss". Mais nous devons revenir encore demain à 10 heures. Nous rentrons à city parc.

J'installe mes deux jerrycans de 5 l entre les ailes et les portes avant. Le soir, je modifie les sièges pour améliorer notre couchage.

 

 

 Jeudi 13 : à nouveau, ambassade du Soudan de 10 heures à midi. Il faut encore revenir demain je commence en avoir assez.  Je suis fou toute la journée.  Nous rentrons à city parc. Je vidange la boîte et règle les freins,.

Nous décidons d'aller au cinéma. Nous partons en bus, et nous rentrons avec un taxi improvisé avec divers autres de city parc...

 

 

Caméléon

kenya3 0057

 

 

Vendredi 14 : Re ambassade. Seule Michelle rentre dans l'ambassade,  moi j’y renonce. Pendant que Michelle est à l'ambassade du Soudan, je vais à l'ambassade de France pour chercher les papiers à remplir pour obtenir un visa pour entrer au Cameroun. J

 Achat deux autres pneus neufs. 

Quand je récupère Michelle, elle a enfin les visas pour le Soudan.

Nous devons préparer notre départ pour le soudan le plus vite possible car les dates sont fixes et nous devons traverser tout l’Ouganda avant.

L'après midi, nous allons acheter  pour 300 shillings de nourriture et surtout de boîtes de conserves. Le reste de l'après-midi se passe à ranger le mieux possible dans les divers endroits libres de la voiture.

 

Samedi 15 : ce matin il n'y a pas trop de bruit dans city parc et nous arrivons à dormir un peu plus tard. Je monte mes deux pneus achetés hier, et prépare la voiture pour cette traversée d’est en ouest : graissage, rangement, nettoyage etc. La journée passe vite.

 

Dimanche16 : je passe une partie de la journée à vendre divers objets pour essayer d'alléger la voiture au maximum : les pneus usés, les assiettes, les verres et tout ce qui ne sert pas  un des sièges de camping est vendu aussi car nous allons devoir prendre 130 litres d’essence en plus des 30 litres du réservoir avant de quitter l’Ouganda. Nous devons traverser les 1000km du Soudan  et les 600 premiers km de Centrafrique, soit 1600 km. Nous prévoyons 10 litres au cent, car au début nous serons tellement chargés qu’il sera impossible de rouler à plus de 30 ou 40 km/h, car nous ne pourrons pas lancer les voitures sur la tôle ondulée au risque de tout casser ou d’en perdre le contrôle. De plus les 300 premiers km de Centrafrique sont paraît-il complètement défoncés et presque impraticables. Il ne faut pas espérer rouler à plus de 20 km/h…Nous venons d’avoir ces informations par les premiers voyageurs à avoir emprunter cette route depuis la fermeture du Zaïre. C’est une chance…Je dis « nous », car nous avons eu notre visa pour notre 2cv et celle de Peter Sprungli et devrons donc faire route ensembles. C’est la première fois que nous allons faire route à deux voitures j’espère que ça va marcher ?

 J’aide aussi un Suisse à remonter son moteur de tube Citroën, qui a des bielles montées à l'envers depuis le Dahomey.

 

 Lundi 17 : nous portons nos passeports à l'ambassade de France pour obtenir les visas du Cameroun, qui sont moins cher ici qu'en république centrafricaine et qui s’obtienne en une journée ? … J’espère.? 

Puis nous faisons nos dernières courses pour le grand départ de cette traversée d’est en ouest. L'après-midi, et nous allons visiter le musée qui possède surtout une très belle collection d'objets  masaï. À l'occasion nous pouvons constater, que nous avons manqué une très belle poupée de fécondité au nord de Nairobi.

Nous faisons quelques photos de la ville encore et nous rentrons à city parc.

 

kenya3 0063

J’évite de justesse un accident. J'achète un jerrican de vingt litres d’huile vide et 4 petits jerricans de 5 l d'huile que je récupère dans une station-service cela va me permettre de mettre pas mal d'essence, et je mettrais également de l’essence dans 2 jerricans d’eau qui ne tiendront pas jusqu’au désert car déjà trop cuits par le soleil et que je jetterais dés qu’ils seront vides. Il va y avoir du monde sur la galerie et dans la voiture… Nous allons être de véritables petites bombes…

 

Mardi 18 : après nos adieux à Jeannot, nous filons à l'ambassade de France et récupérons nos passeports. Les pleins faits, nous partons avec Peter et Cori. Je roule devant, car Peter me semble vouloir rouler beaucoup plus vite que moi. De temps en temps nous nous arrêtons pour faire des photos du paysage et nous prenons un petit peu notre temps. Nous avons le vent dans le nez et le poids des voitures se fait sentir. Peter a déjà le ventre à terre. Je me demande comment cela sera lorsqu'il aura encore 80 l d'essence de plus. A midi Peter crève une première fois. Nous en profitons pour grignoter.

Après Nakuru, nous faisons des photos des deux 2CV devant la pancarte qui indique le passage de l'équateur. En toile de fond, de grandes plantations de résineux, une culture qui n'a rien d’équatoriale... Il faut dire que nous sommes toujours sur des plateaux entre 1.000 et 2.000 m.

 

 

 

kenya3 0061 copier

DSC03936

 

 

 

 

 

kenya3 0066

Alors que le paysage verdi et que nous passons à côté du mont Elgon, nous nous arrêtons à 40 km de la frontière, mais aussitôt nous sommes entourés par des enfants bien sympathiques. Mais Peter et Cori n’aiment pas trop et nous décidons d'aller plus loin. Nous voyons qu’ils arrivent d’Afrique du Sud et n’apprécient pas trop le contact avec les Noirs…Nous espérons qu’il ne va pas se créer de tension à cause de leur comportement ? Nous nous arrêtons 10 km plus loin et soupons vite fait, car  la pluie menace. À peine sommes-nous coucher, que ça " dégringole " dru.

Malgré le bon confort apporté par les modifications du siège, je dors mal car je ne suis pas trop rassuré pour tout ce qui est sur galerie. En effet il y a pas mal de passage autour de la voiture. 

 

Nairobi

 

 

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

H : La Rhodésie aujourd'hui Zimbabwe

Publié le par bruno demoury

Entrée en Rhodesie

 

 

 

            Jeudi 5 décembre 1974 : Après une nuit mouvementée à cause de l'orage, nous levons le camp. Après deux ou trois courses à Messina, nous rencontrons les Néo-zélandais qui rebroussent chemin car la douane sud africaine leur demande  1900 rands pour rentrer à nouveau en Afrique du Sud après leur périple en Rhodésie. Nous nous dirigeons vers la frontière sud-africaine. Pas de problème, c'est expédié en dix minutes.

        Ensuite nous nous dirigeons vers la frontière Rhodésienne. Pourvu qu'ils ne nous demandent pas une caution. Nous devons montrer tout l'argent en notre possession. Nous n'en avons pas assez  à leur goût et ne nous donnent un visa que d'un mois. Ils nous donnent des tickets d'essence pour 400 litres, avec cela,  nous pouvons rouler largement. Ces tickets ne sont valables que pour le mois de décembre. Tout s'est bien passé. Mais il s'en est fallu de peu que nous ne payons la caution. Si nous voulons prolonger le visa, il faudra la payer.

 

rho.jpg

 

 

(Rappel : en rouge distance en miles, en bleu en km)

DSC03612.JPG

 


            Dés  que nous avons passé la frontière, nous changeons de l'argent et  nous obtenons 1 dollar rhodésien  pour presque 10 francs.

            Après, nous prenons la route pour Fort Victoria à plus de 500 km dans un paysage monotone de savane très arborée et très verte. Seuls quelques indigènes fond de l'élevage. Nous roulons sous des trombes d'eau à certain moment. C'est visiblement la saison des pluies et la végétation est très verdoyante. Nous avons deux contrôles de police très polis. Ils contrôlent l'éclairage et le freinage de toutes les voitures. Nous constatons que les stations services sont ouvertes jour et nuit. Les tickets d'essence sont pour 25 litres, mais nous avons le droit quand le réservoir est plein, de remplir les jerricans avec le reste des 25 litres. L’essence est chère. Nous avons 25 litres d'essence  pour 4,25 Dollars.

         L'ambiance avec les noirs à l'air plus détendue ici.Mais nous retrouvons l’apartheid avec toutes ses hiérarchies. Ils n'apprécient pas du tout la guerre d'indépendance du Mozambique et nous sentons qu'ils commencent à se protéger dans les campagnes.

      dollards-copie-1

 

 

 

Vendredi 6 décembre 1974 : A Fort Victoria, nous visitons la chapelle italienne décorée par des prisonniers pendant la guerre 1940 1945. Puis nous visitons le musée du fort. Nous faisons quelques courses.

 

A notre arrivée à Fort Victoria , nous sommes stupéfaits par la largeur des rues !

 

C'est Cecil Rhodes, homme politique, à la deuxième moitié du XIXe , qui voulait que les charriots à 8 ou 9 paires de beoufs comme ceux vu au Lesotho, puissent faire demi tour dans les rues sans être obligé de traverser toute la ville.

 

Pour ceux interressé par Rhodes, un lien :Cecil John Rhodes 

 

victoria

Nous partons sur une strip-road. Ces pistes ont une bande de goudron au centre de la largeur d'une voiture. Elles sont dangereuses car les gens roulent très vite sur la bande de goudron et doivent faire des écarts pour se croiser : et on se retrouve avec les deux-roues du même côté sur la piste et les deux autres roues sur le goudron…attention au freinage !!!

streep.jpg

 


Sur le bord de la piste, nous achetons de beaux champignons pour 5 cents. Nous arrivons à Zimbabwe. Nous déjeunons d'un bon steak. Je goutte le whisky fabriqué en Rhodésie. Il me paraît bon : faut dire qu'il y a bien longtemps que je n'en avais bu.

Pendant une heure et demie nous marchons dans les ruines de Zimbabwe. C'est vraiment fantastique ces murs construis uniquement avec des pierres sèches éclatées par le feu et l’eau. Une journée mémorable. C'est vraiment l'édifice le plus impressionnant que nous ayons vu depuis notre départ. La prospérité de ce site fut florissante entre le IXème et XIIème siècle.

 

 

Great Zimbabwe est composé de cette grande enceinte entourant un village et

zim6

 

 

 

à proximité sur une colline , un lieu de culte.

zim8

 

 

 

 

 

 

 

Ruines de Zimbabwe

 

 

 

Nous entrons dans la partie haute des ruines

 

z1

 

Tout cela tient depuis le XIe  sans ciment

z2

 

Dans ces niches de pierre se trouvaient des statuts qui se trouvent dans des musées

zim5

 

 

 

La grande enceinte vue depuis les ruines du haut

z3

 

 

Ruines de Zimbabwe : l'enceinte

 

 

 

 

z4

 

 

z5

 

 

 

 

z6

 

 

 

 

z7

 

 

 

z8

 

 

 

 

 

 

 

 

Chipinga

 

 

Le samedi 7 décembre1974 :

 

  10270

 

Nous rejoignons la route de Fort Victoria, pour nous diriger vers l'est. Nous admirons le lac Kyle et son barrage. Puis nous retrouvons une strip road monotone et jusqu'au pont de Birchenough.

 

 

Depuis le pont de Birchenough

IMG3 0002

Avant le pont le paysage se vallonne, et se tourmente avec de gros blocs de pierre qui s'entassent les uns au-dessus des autres.

De temps en temps nous traversons de beaux villages dont les cases sont construites sur des dalles de rocher très plates.

 

 

9

 

 

Les greniers à grains et les poulaillers sont  sur pilotis.

 

10

 

Nous visitons un nouveau site de peintures rupestres

IMG07

 

 

Nous redescendons vers le sud et allons voir les " hot-springs" à Chipinda pools. L'eau est vraiment trop chaude  pour se baigner, et comme il n'est que quatre heures, nous décidons d'aller coucher à Chipinga.

 

chaude

Nous avons fait beaucoup de chemin aujourd'hui : 350 km dont beaucoup sur des strip-road en construction. Il n'y avait qu'une demi largeur de voitures de goudronner : encore un peu plus dangereux ! Nous approchons les 2

 

 

 

Umtali

 

Dimanche 8 : nous quittons Chipinga pour Chirinda forest et ses " big tree ". Nous roulons vers Melsetter . Nous reprenons la piste appelée " scenic drive " jusqu'à Cashel. C’est une piste de montagne avec des vues sublimes. Le temps est mitigé mais nous laisse quand même découvrir le paysage.

Avant d’arriver à Umtali nous retrouvons les paysages de savane très arborée. Nous prenons quelques averses. Et nous dormons dans un camping toujours aussi calme. Nous faisons connaissance et discutons avec un couple de Rhodésiens jusqu'à 21 heures 30 : soirée très sympathique.

 

              

          La Rhodésie est peuplée de 7.6 millions d’habitants répartis sur 390 580 km².

           Il y a en 1975, 590 000 ovins et 5 000 000 de bovins.

         

          En  1965, la minorité blanche de cette colonie britannique, 2%,  appelée la Rhodésie du sud, refusant d'appliquer la politique de décolonisation du gouvernement de Londres, et voulant mener une politique d’apartheid soutenue par l’Afrique du Sud, proclamait l’indépendance  de la Rhodésie du Sud qui devint la Rhodésie. Alors que la Rhodésie du Nord devient indépendante et prend le nom de Zambie. La minorité blanche, tenait en 1975 encore les rênes de toutes les plantations de tabac, des mines de chrome, de tungstène, cuivre et d'amiante.

         

 

La Rhodésie deviendra en 1980 : Le Zimbabwe

 

Lien pour histoire de la Rhodesie : Rhodesia

 

 

 

015

 

Nous longeons la frontière du Mozambique

016

 

 

 

A Melsetter, petit village un monument en l'honneur des pionniers

fortrek

 

 

 

Rhodes Inyanga Nat. Park

 

 Lundi 9 décembre 1974 . Nous montons vers Vimba par une route puis une piste très raide. Nous avons une très belle vue sur le Mozambique.

 

 

Vue sur le Mozambique

long mozam

 

 

 

Ensuite nous prenons la route de Penhalonga puis  une piste pour Inyanga. Nous traversons des plantations de pins.

Le soir nous campons sous les pins. Demain matin nous devrions ne pas être réveillés par le soleil. Aujourd'hui nous avons crevé, c'était la 6e crevaison depuis le départ. Nous sommes aujourd'hui à 2.000 m d'altitude et la nuit est très fraîche. Nous avons même dîné dans la voiture. La végétation est  montagnarde.

 

 

 

est 0011

 

 

 

 

 

Ruines de Niekerk

 

 Mardi 10 décembre : nous sommes réveillés par l'abattage des pins. Nous n'avons pas passé une bonne nuit à cause du bruit fait part de jeunes caracals venus éventrer notre poubelle. Leurs cris étaient très perçants. Nous montons vers le nord dans la réserve pour voir les ruines de Nyahokwa. Puis les ruines de Niekerk, qui s’étendent sur 5 km avec des cultures en étages. Nous trouvons des petites forteresses construites sur des dalles granitiques bien plates.

amatopos

 

 

 

 

 

est 0014

 

 

 

est 0015

 

Dalles sur lesquelles les femmes pilaient

mil

 

 

 

ruine

 

 

Personne dans le secteur... En voyant cette pancarte avec ses impacts de balles non rouillées et sachant que nous sommes à la frontière du Mozambique en guerre, nous rebroussons chemin...

balles

 

 

 

Pit Structure

 

Mercredi 11 décembre 1974 : nous montons au « Word’s view » où malheureusement le temps n'est pas fameux, et la piste vraiment mauvaise. En redescendant nous allons voir fort Nyangwe, puis le « Pit structure ».

 

 

Le village était construit autour d'un puit. un tunnel passant sous une des cases pouvait se fermer par une trappe.

Par ce tunnel on faisait rentrer le bétail qui était ainsi protégé des animaux sauvages ou des attaques d'autres villages.

 

pit3

 

Le puit et sa porte d'accés au tunnel qui passe sous la case du fond

pit2

 

 

La trappe dans la case permettant de barrer le tunnel

pit1

 

 

Porte de case

porte

 

 

 

 

Salisbury

 

Jeudi 12 déc. 1974 : nous quittons pour Salisbury, et nous faisons toujours la « scenic road ». Nous allons voir des chutes et des points de vue. Malheureusement le temps est mauvais, il pleut des trombes d'eau. Nous avons de la chance  quant même, la pluie s’est arrêtée pour nous laisser parcourir les 800 m à pied qui nous séparent d'une très belle chute. Le paysage vers Salisbury devient moins touffu et cela nous permet de voir très loin. Il y a de plus en plus de gros blocs de rocher posés les uns sur les autres. Au bord de la route, de nombreux agrumes sont en vente. Il y a aussi des peaux de Zèbres mais le prix est élevé : 1.500 francs. Nous arrivons sous une pluie battante dans la capitale. Nous nous installons dans un camping très bruyant à cause du chemin de fer et de diverses usines.

 

chutes

 

 

 

mtarazi falls

 

 

 

salis

 

 

 

 

salisb

 

 

Balancing Stones

 

Mardi  17 déc 1974 : j'essaie de fabriquer une clé par démonter le roulement arrière de boite qui est de plus en plus usé. Mais je n'ai pas assez d’outils et surtout pas de soudure. Après les cahiers de bord et les écritures, nous décidons d’aller voir les   « balancing stones »  ces gros blocs de granit posés les uns sur les autres en équilibre presque instable. Et pourtant ils ne doivent pas être là depuis hier ?

En partant nous faisons des courses pour les jours à venir.

En circulant en ville et nous sommes toujours étonnés par le nombre de voitures françaises

 De vieilles 403, 203 et tractions superbement entretenues. Il faut dire que les voitures ne sont pas faciles à faire venir dans ce pays isolé de la mer et donc coûtent très chères. Les Rhodésiens prennent donc très soin de leur voiture.

Nous arrivons à faire quelques photos aux « balancing stones »  malgré la forte pluie. Nous rentrons tranquillement et déjeunons avec nos écossais à des heures très « British ». Et à nouveau nous regardons la télé. Ils embauchent pour la police. On sent que la guerre est sous-jacente. Il recrute également pour l'armée. En faisant de la publicité, il montre un soldat qui se ballade dans la brousse et commence à tirer…  on ne sait pas sur quoi ?  On voit également de jeunes femmes en 404 poursuivre des  malfaiteurs…

Aujourd'hui nous recevons des lettres de France  qui sont passées par Cap Town ou Johannesburg. En France la grève semble se terminer et toutes ces lettres nous arrivent d’un seul coup. Cette grève aura vraiment duré très longtemps. Nous sommes un peu étonnés de ce qui se raconte au sujet de la Rhodésie en France.

 

 

balan

 

 

balance

 

 

 

IM4

 

 

 

 

Mac Ilwaine Nat. Park

 

Mercredi 18  déc 1974 : ce matin, des adieux chaleureux et une petite larme pour nos Ecossais. Ils nous donnent des tomates et de la salade

 

salisbury 0002 Nous faisons suivre le courrier poste restante à Victoria Falls. Puis nous nous dirigeons vers le lac Ilwaine. Nous déjeunons près du barrage, puis rentrons dans la réserve Mac Ilwaine. Nous allons voir des " rocks painting". Nous photographions des zèbres des montagnes, une sorte d’élans que nous n'avons encore jamais vus.

Nous ressortons de cette réserve, car il n’y a pas de camping. Nous avançons vers Bulawayo. Nous nous arrêtons dans un camping presque vide .

 

bulawayo 0023

 

 

 

Bagarre, coup de griffe d'un lion ou opération?

bulawayo 0025

 

 

 

IMG5

 

 

 

bulawayo 0027

 

 

bulawayo 0026

 

 

 


 

 

Bulawayo

 

Jeudi 19 déc 1974 : Lever à 7 h, départ à 8 heures 30. Les 370  km qui nous séparent de Bulawayo sont rapidement parcourus. En effet le paysage et toujours le même. Quelques cultures de maïs puis un  "bush" très plat.

IMG006

 

 

De temps en temps de grandes exploitations d'élevage.

 

008

 


Après une bonne averse, nous arrêtons à midi dans un lay by. Il fait juste chaud. Demain la météorologie annonce seulement 15 à 22°C. et toujours de la pluie.

 A notre arrivée à Bulawayo nous sommes surpris à nouveau par la largeur des avenues.

 

bul

 

 

 

 

bulawayo 0009

 

 

 

Cette statue de Rhodes est aujourd'hui en Afrique du Sud

rod

 

 

 

 

salisbury 0003

Nous allons à l'automobile club pour essayer d'avoir des documents sur la ville. Ils sont tout étonnés de voir une carte de l'automobile club de France. Car nous devons la présenter dans tous les automobiles clubs  pour obtenir des prospectus et des cartes.

 

 

 

 

 

Vendredi 20 déc 1974 : Nous sommes retournés hier soir visiter Bulawayo by night. Nous voulions aller dans un ciné « drive in »  mais la séance est déjà commencée. À l'approche de Noël, les nombreuses fontaines de ces avenues à 90° sont illuminées par des éclairages  changeant de couleur. Pour nous qui passons notre temps sur les pistes et en brousse cela nous émerveille et nous semble complètement anachronique.  Nous avons donc pris quelques photos.

 

 

bulawayo 0012

 

 

 

 

bulawayo 0010

 

 

 

011

 

 

 

 

 

Ce matin nous rencontrons un couple qui fait la même route que nous. Nous devrions les revoir à Victoria Falls. Nous nous dirigions vers « Khami ruins » en prenant encore avant de quitter Bulawayo  quelques photos. Cette ville me plaît, il y a de l’espace et tout est d’équerre…Il se met à nouveau à pleuvoir.

Nous revenons sur nos pas, car nous nous apercevons que nous avons oublié de prendre en photo les très belles peintures rupestres que nous avons vues hier, malheureusement les pistes sont fermées à cause de la pluie, et nous n'aurons donc pas de souvenirs de ces peintures.

 

 

Nous nous rendons à Matopos Nat. Park , où se trouve le tombeau de Rhodes

bulawayo 0018

 

 

 

  Vue depuis sa tombe

bulawayo 0017

 

 

 

zeb

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bulawayo 0019

 

Wankie Nat. Park

Samedi 21 déc 1974 : Voici cinq mois aujourd'hui que nous sommes partis de Libreville. Ce matin il fait plutôt frais : 14°C seulement dans la voiture. Nous avons eu du vent et de la pluie toute la nuit. Cela nous a même empêchés de dormir. Nous nous levons de bonne heure : 6h30.

Nous allons en ville acheter de l'huile, en attendant que la Poste ouvre. Nous y laissons une lettre pour chaque famille. Et nous faisons route directe jusqu'à Wankie park. La route est plate et droite,  le bush  est très arboré et très vert. Un fort vent nous pousse et nous fait faire une consommation exceptionnelle à la moyenne de 75 km/h.

             À 2 heures nous sommes à Wankie et déjeunons avec des allemands. Nous faisons encore une centaine de kilomètres dans le parc cet après-midi, mais la végétation est vraiment verte et touffue et nous ne voyons que les animaux à proximité des pistes et des routes, quelques éléphants et beaucoup de très jeunes impalas. Elles sont au bord de la piste et nous n’avons même pas besoin de télé pour les photographier, et nous avons envie de descendre de la 3cv pour les caresser. Mais non, il faut être prudent, un Sud-Africain vient de se faire dévorer par un lion dans une réserve, devant sa femme et ses enfants restés dans leur voiture.

 

cartrho1

 

 

 

 

rho2

 

 

 

 

 

rho8

 

 

 

rho6

 

 

 

Cobe à croissant

croissant

 

 

Aigle serpentaire

wankie 0024

 

 

 

 

wankie 0021

 

 

 

 

 

 

wankie 0022

 

 


Observatoire et 404 "Pigeot"

wankie 28

 

 

 

C'est l'hiver en Europe et les cigognes sont là

wankie 0030

 

 

 

 

Famille de grand koudous

wankie 0029

 

 

 

wankie 0031

 

 

 

 

 

 

 

impala1

 

 

 

 

impala2

 

 

Un petit point de vue au dessus de la forêt, à plus de 20 km, nous laisse apercevoir la brume qui s'élève des chutes Victoriavictoria-2

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 23 déc 1974 : Nous arrivons à midi à Victoria Falls. Nous déjeunons et faisons connaissance  avec un convoi de 3 combis Volkswagen. Nous allons voir les chutes découvertes par Livingstone.

 

victoria 0032

        

 

 

victoria 0033

  


 

victoria 0034

 

 

 

 

victoria 0035

 

   Nous discutons tout l'après-midi avec les Suisses qui sont très sympathiques. Cela fait du bien de parler un peu  Français.

 

Soirée bien sympathique avec les suisses

noel

 

 

Victoria Falls

Mercredi 25 décembre 1974 : nous avons passé notre  veillée de Noël avec les suisses qui abandonnent l’Afrique du Sud et remontent en Suisse. Cette soirée était très sympathique, avec petits cadeaux pour chacun, sapin et repas de Noël.

 Ce matin départ des trois combi VW qui ne sont pas très rassurés car un type qui  arrive du Zaïre s’est fait tirer dessus et poursuivre par des Land Rover. Pour nous c'est une journée très calme :repos, lessive, entretien de la voiture et visite à un village africain d’artisans et une ferme d'élevage de crocodiles.

 

victoria 0040

 

 

Les vieux

victoria 0037

 

 

 

les jeunes

victoria 0038

 

et les bébésvictoria 0043

 

 

puis petite balade le long des chutes pour aller voir le pont qui enjambe le Zambèse juste après les chutes mais que nous ne pourrons pas prendre demain car il est fermé et gardé de chaque coté par les militaires pour cause de conflit entre la Rhodésie et la Zambie.

victoria 0039

 

 

victoria 0036

 

 

victoria 0041

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

G : Swaziland et Afrique du Sud

Publié le par bruno demoury

 

 

 

 

                Mercredi 27 : Après le petit déjeuner nous faisons nos adieux à ces allemands de  Johannesbourg,  La vieille maman nous fait cadeau d'une tête de buffle en bois.

 

 

Joburg

koburga


            Après une soixantaine de kilomètres nous sommes enfin sur la bonne route et dans la nature. Le paysage est très plat et peut varier. Région de culture et d'élevage, plus verte que pour arriver à Johannesburg. De temps en temps quelques usines et centrales électriques. Bethal, Ermelo, Piet Retief.

carye

 

 

 

 

Le SWAZILAND

 

 


            Avant d'arriver au Swaziland, le paysage devient vallonné 

 

 

swa1

 

 

 

et apparaissent  de grandes plantations de forêt de pins et de «yellow wood ».

 

 

 

swaz1

 

 

 

swasi1

Au milieu de ces forêts quelques usines de transformation du bois : abattage et débitage.  Très belle route avec  pas ou peu  de circulation mais hélas le temps  se gâte.

           

 

swali5

 

 

 

Jeudi 28 : lever et petit déjeuner tranquille, car ce matin il fait beau. Il va faire même très beau et très chaud toute la journée. Nous partons vers Hlatikulu. A nouveau, nous roulons sur une piste de montagne mais en bon état, ce qui me permet en roulant tranquillement de pouvoir admirer le paysage. La grande vallée très vallonnée et très boisée que nous empruntons est très verdoyante.  Nous croisons quelques indigènes.

             Le Swaziland a une superficie de 17.360 km². Sa population est de 570.000 habitants. Ses seules ressources sont les mineurs d'asbestos ou d'amiante située au nord du pays.

Après Sidookodvo, nous retrouvons des pâturages d'herbe verte et grasse, cette région est très peu peuplée. Quelque beau  bétail. À Manzini, nous nous arrêtons pour voir le "handicraft" ou marché d'artisan. Nous achetons un pagne aux couleurs rouge noire et blanc : typique du pays.

 Puis nous prenons la route, cette fois pour Mbabane, la capitale. Nous faisons encore le marché des artisans où nous achetons un  deuxième pagne. Nous reprenons la route pour Motshane puis après, nous  retrouvons la piste pour Piggs Peak. À quelques kilomètres de Piggs Peak, nous nous arrêtons près d'une rivière. Dés que nous retrouvons la piste le paysage devient très beau. Et il nous fait penser au Zululand. Les panoramas depuis les cols sont très sauvages. Il faut encore jouer de la première et prendre des tours pour arriver à les escalader. Le long de la piste, quelques gamins veulent nous vendre de très belles pierres mais hélas nous devons nous contenter d'un petit spécimen. Les prix sont vraiment dérisoires. A peine sommes-nous arrivés que des mômes accourent autour de nous comme au Lesotho. C’est à nouveau l’Afrique chaleureuse que nous aimons.

 

swazi

 

 

 

swazi3

 

 

 

swazi4

 

 

Notre piste

 

swazi6

 

Village des ouvriers de la mine d'amiante

swazi7

 

 

En pleine brousse , cet homme et ses enfants fabriquent des plats en bois et sont à mon avis, mieux là que dans les mines d'amiante, nous leur achetons des plats

swazi8

 

swaz2

 

 

 

 

Plantations de thé

the

 

 

 

 

Kruger Park

 

   Vendredi 29 : nous  nous levons de bonne heure : 7h30. Avant de partir nous achetons un plateau en bois brut. Puis nous filons sur Piggs Peak. Le moteur tourne à plein régime en première et seconde. Quelles montées et quelles descentes ! Nous traversons des plantations immenses de pin et  de yellow wood. La région est toujours aussi peu habitée. Avant la frontière nous traversons une mine d'asbestos ou d'amiante... Les mineurs sont tous des noirs et ont le teint patibulaire...Quant on sait aujourd’hui le sort réservé à l’amiante, c’était vraiment l’exploitation de l’homme par l’homme…

 Nous passons la frontière en dix minutes à Josefsdal. Même paysage et même piste jusqu'à Barberton. Nous changeons de l'argent et avançons vers Nelspruit. Quel plaisir de  retrouver le bitume après de si mauvaises pistes ! Nous traversons toujours des régions très boisées avec de temps en temps des plantations d'agrumes.

Puis nous montons sur Sabie. Nous déjeunons sur le bord de la route après Nelspruit. La pluie commence à tomber, et cela  va en empirant, elle nous cache le paysage jusqu'à Sabie. Toujours de la montagne et des plantations de sapins. À Sabie, ça se calme mais que d'eau ! Nous y faisons le plein d'essence et de nourritures et nous dirigeons vers Pretoriuskop.

Ce soir nous voulons dormir dans  Kruger parc. Nous payons quatre Rands pour entrer et deux rands au camping et je crois que nous ne verrons pas beaucoup d'animaux car la végétation est très drue et très verte. 

            Samedi 30 et dimanche 1 décembre : Nous circulons dans la réserve et faisons 380 km conduits par Michelle. La végétation est effectivement très verte et très dense et les sous bois manquent de lumière pour faire de bonnes photos au téléobjectif. Nous décidons de ne pas nous attarder dans cette réserve. Nous allons jusqu'à la frontière du Mozambique Nous sentons la différence de climat. C'est à nouveau chaud et humide. Nous sommes descendus des plateaux.

 

gir

 

 

Grand Koudou

gkou

 

 

 

campkruger

 

 

 

Beaucoup de tortues traversent la piste

 

 

3vc

 

 

 

 

bab1

 

 

Le chef n'est pas content , il est temps de s'en aller

bab

 

 

 

 

 

Sortie ou entrée d'une aire de camping, caravaning et lodges

 

 

2cv

 

 

 

belle toile

 

classe

 

  yono

Le même de dos et pas content non plus

je ne

 

calao

oiseau

 

 

melange

 

 

krugerp

 

 

hypo

 

 

 

 

troupeau

 

 

 

springbok

 

Phacochères : très dur à photographier car ils courent tout le temps

phako

 

 

Canyon Blyde

 

 

 

 Lundi 2 décembre 1974 :  Après 40 km de piste nous tournons un peu en rond car nous avons du mal à trouver la route  de Graskop... Nous quittons la savane très arborée pour remonter vers les montagnes du Drakensberg. Sur ces plateaux, nous traverserons à nouveau des plantations de Yellow wood.

   

Après, nous nous dirigeons vers Canyon Blyde. Les nuages se déchirent juste un instant pour nous laisser prendre quelques photos de ce grand canyon de 600 mètres de haut. Ce doit être superbe de randonner dans tous ces coins là.

            Puis nous prenons la direction de Tzaneen. Nous passons un tunnel de 132 mètres de long dont les Sud Africains sont très fiers…

            Après  la traversée du Drakensberg nous redescendons dans la savane arborée.

 

 

blyde 0001

 

 

blyde 0002

 

blyde 0003

 

 

 

 

La nature est vraiment bien faite : un blanc, un rose ,un blanc puis un rose etc...

aca

 

 

 

 

Messina

 

 Mardi 3 : Nous sommes réveillés par les moustiques et la chaleur humide. Le temps est mitigé, mais nous prenons quand même la route de Pietersburg pour monter  un col et avoir une jolie vue de la région et nous ne le regrettons pas.

   

 

            Nous nous dirigeons vers Louis Trichardt. Nous sommes à nouveau dans la savane arborée très plate. Après Louis Trichardt  apparaissent de nombreux baobabs. Nous retrouvons à nouveau la chaleur moite. Ça fait plaisir, et j'espère que nous  allons pouvoir enfin ranger les pulls au fond des placards. À quatre heures nous arrivons à Messina à quelques kilomètres de la frontière rhodésienne.

 

 

Baobab

bao

 

 

Dernier coucher de soleil en Afrique du Sud

coucher

 

 

 

Mercredi 4 décembre 1974 : Nous avons constaté qu'il y avait une machine à laver dans le camping, nous décidons donc de rester  la journée. J'en profite  pour faire un peu d'entretien sur la voiture qui roule , roule mais n'est pas très entretenue.

Je retourne les pneus,  croise les roues pour essayer de les user le plus régulièrement et le plus longtemps possible. En déposant la roue de  secours de son support je m'aperçois que celui-ci est complètement fendu. Pour 1Rand 50 soit 10F je trouve un poste de soudure et fait les soudures.

Puis, retour au camping où nous passons un après-midi fort agréable à discuter   avec des Néo-zélandais  qui font le tour du monde.

 

Support de roue de secours

6946.jpg

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

D : South West Africa ou Namibie

Publié le par bruno demoury

 

 

 

 

 

caer swa sud

 

 

 

cswa.jpg

Mercredi 18 : Vers midi nous trouvons un arbre sous lequel nous pique-niquons. Une Land Rover s’arrête. Ce sont les Suisses rencontrés à Etosha. Nous avions rendez-vous avec eux ce soir à Windhoek. Ils vont à Sossius vlei et ont réussi à nous mettre sur leur permis. Nous décidons d’aller à Windhoek quand même, juste pour faire provisions d’essence, de nourriture et allez à la poste restante.

            A la poste nous ne trouvons pas moins de 16 lettres... Ca fait plaisir surtout que pour moi elles sont les premières lettres depuis le départ. Nous obtenons un permis pour l’essence. Nous sommes comme deux gosses dans cette ville très allemande avec des Escalators, sacs en plastique et autres objets de consommation que nous avons oubliés ou que nous ne connaissons pas.

Nous avons fait des provisions pour 8 jours,  On se laisse prendre à la société de consommation alors qu’on vient de vivre de presque rien pendant deux mois...

A Windhoek, les femmes africaines sont habillées avec de longues robes colorées avec volants rappelant l’époque Victorienne. Tout le monde ici à l’air de se côtoyer sans problème. Mais on voit toujours les pancartes « blankes » ou « europeans only ». L’administration est très rapide, jamais nous n’attendons ou sommes obligés de revenir. Cela est agréable après toutes les tracasseries que nous avons eues depuis le départ de Libreville. victor

            Cette balade à Sossius était vraiment inespérée. Les Suisses sont vraiment sympathiques de nous avoir fait rajouter sur leur « pass ».

 

Vendredi 20, samedi 21, dimanche 22 : Nous abandonnons la  3 CV sous l'arbre où nous venons de passer la nuit avec les suisses, nous sommes un peu inquiets car avec tous cette essence et nos affaires dedans,  mais nous verrons....

Nous levons le camp de bonne heure et partons à la recherche de l’entrée du Namib Desert en longeant la clôture sur une piste parallèle. Cette entrée est bien cachée par une chicane d’arbustes... Les autorités n’ont vraiment pas envie que l’on se promène dans ce désert. Nous la manquons et faisons 80km de trop. La journée commence mal. L’entrée était vraiment impossible à voir en venant de Sesriem. Après une vingtaine de km, les dunes orange apparaissent et nous roulons bientôt au milieu d’elles. Elles deviennent de plus en plus hautes. La piste est sableuse mais plate. Nous aurions pu venir avec la deuche. Après 50 km  nous sommes entourés d’un paysage qui nous laisse tous muets. Nous prendrons pendant ces trois jours plus de 100 photos dont certaines restent pour moi les plus belles de tout le voyage avec celles du Namaqualand. Aujourd’hui encore c’est vraiment le lieu où j’espère vraiment retourner un jour.

 

swa40

 

 

            A midi il fait une chaleur insupportable. Nous nous arrêtons sous un immense acacia. Nous buvons du thé et faisons un peu plus connaissance avec Bernard et Monique. Il n’y a pas longtemps qu’ils sont en Afrique du Sud. Ce sont des montagnards entraînés. Ils veulent grimper en haut des plus hautes dunes (400 m soit 4 fois la dune du Pilat)qui sont parait-il, situés autour d’un point d’eau que nous allons essayer de trouver... Nous scrutons les dunes à la jumelle pour essayer de voir des animaux... Mais seul les oryx peuvent survivre dans ces dunes où la température au sol peut atteindre 70°C. Malgré la température de 45°C que peut prendre leur corps et leur capacité à se déshydrater et perdre 1/3 de leur eau corporel sans défaillir nous en avons vu sur le bord de la piste complètement desséchés. Mais c’est peut être le résultat d’un combat. Ce sont de véritables escrimeurs avec leur cornes très effilées de plus d’un mètre de long.

swa43

 

 

            Vers 16h30 il commence à faire une chaleur un peu plus supportable et nous décidons de prendre un peu d’altitude pour trouver ce lac. Mais en vain.

sosius

             

swa32

 

 

Le premier soir nous nous installons sur le toit de la Land... Bernard et Monique sont à l’intérieur... Vu la chaleur de la journée nous ne pensons pas qu’il puisse y avoir de lion à roder dans le coin...  La température a bien baissé et nous supportons les duvets.

            Au lever du jour, nous sommes réveillés par un vent glacial qui nous oblige à nous lever et à nous mettre à l’abri de la Land. La matinée reste fraîche et nous en profitons pour nous attaquer à la plus haute dune du coin. Après trois heures de montée pénible sur l’arête de la dune, dans du sable très mou, nous apercevons l’étang à 6 ou 7 km à vol d’oiseaux. Monique qui a une super forme et mène un train d’enfer voudrait bien monter au sommet mais la chaleur devient rapidement insupportable le sable nous brûle les pieds et nous sommes encore très loin du sommet...  Alors nous rebroussons chemin et décidons d’aller nous installer sous un autre acacia près de l’eau en attendant que la température baisse à nouveau. Nous arrivons vite à la voiture car nous dégringolons en ligne directe et nous amusons comme des gamins.

 

sossius vlei

 

           

swa39

 

swa41

 

dune mi

Après quelques détours et quelques ensablements, nous arrivons au bord du lac. A peine un km de diamètre.

swa36

 

swa31

 

 

 

swa37

 

En fin d’après midi, après un bain, nous reprenons la marche à pieds. Nous sentons que chaque couple à envie de profiter du paysage. Nous partons chacun dans une direction. Après une nouvelle séance photos, nous trouvons un point de vue superbe et attendons le coucher de soleil !! C’est à nouveau le calme et l’envoûtement du désert. Quelle quiétude...

            De retour à la Land, nous trouvons que le vent est de nouveau très frais et nous montons une tente de bivouac sur le toit de la Land. Nos amis ont vraiment tout prévu. Nous nous couchons tôt car le vent ne faiblit pas.

swa42

            Nous sommes réveillés au petit jour par la pluie. A notre lever, les sommets des dunes sont dans les nuages c’est un peu tristounet après toute cette lumière et ces couleurs.

 

Nous nous ensablons...

swa34

Malgré cela nous  quittons très tranquillement ces lieux enchanteurs et revenons vers Sesriem.la brume se lève.

Avant d’arriver à Sesriem, nous marchons encore 3 heures dans un petit canyon très fleuri et très aride : que de nouveaux paysages...

swa29

          

swa35

 

Le soir nous retrouvons la 3 CV indemne avec tous ses jerricans. et toutes ses affaires , ouf...  Nous sommes heureux car la Land quel « tape cul » et quel gouffre à essence avec ses 6 cylindres...

 

            Lundi 23 : Quand nous nous levons, Monique et Bernard sont sur le départ. Nous prenons tranquillement la piste et décidons de changer de paysage en passant par Rehoboth.

Nous avons de l’essence en sus, alors profitons-en. La piste est étroite mais en excellent état.

Quelques gués avec une vingtaine de cm d’eau très clair et un fond très dur donc aucun problème pour les traverser. Le paysage est un peu monotone. A midi, nous n’avons pas encore vu une seule voiture mais quelle voiture.... Ce pays est vraiment tranquille.

 

Une des rares SM vendue au SWA

 

143 sm

 

            Le soir nous arrivons à Windhoek et nous nous installons au camping  le Safari motel.

 

 

cart4

 

Mardi 24 :  Windhoek

            Un allemand nous aborde. Il est « fada » de 2 CV. Il est venu par la route avec une 2 CV, mais l’a cassée à Outjo dans la réserve d’Ethosha au Nord de la Namibie. Il nous invite à prendre un pot et finalement, nous déjeunons ensemble.

swa27

 

 

 

 

swa22

           Nous téléphonons à Johan Strauss que nous avions rencontré au Nord du pays et qui nous conseille d’aller camper à Daan Viljoen : un camping très « classe ». Après notre installation, nous découvrons le camping le plus « clean » de toute l’Afrique et peut-être du monde  Je n’ai jamais revu un camping  d’une telle propreté.

swa23


swa28

nous assistons à ce coucher de soleil

swa24

 

 

            Vendredi 27 : je passe encore toute la matinée sur la voiture car elle ne « tire » vraiment pas... L’après midi, nous visitons le principal musée de Windhoek. Il retrace la vie au Sud Ouest Africain depuis l’apparition de la photo. Des photos prises avec des appareils à plaques d’excellente qualité nous montrent que la vie était très similaire au Far West Américain. La seul différence : le dressage des zèbres pour l’attelage à la place des chevaux mais n’a dû rester que ponctuel. La vie devait être très dure pour ces aventuriers et aussi pour la population locale qui devait être exploitée…? Ce musée est intéressant mais seulement à la gloire des blancs. Il ne montre certainement qu’un aspect de la vie à cette époque...?

             Le soir, je colle du venilia sur les coffres en contreplaquet pour que ce soit plus facile à nettoyer et aussi plus propre et plus gai.

 

 

swa26

 

swa11

 

 

Samedi 28 : Lever à 7h30 dans la bonne humeur. Nous avons récupéré... Après une dernière visite de la capitale  nous prenons la direction du sud avec un vent du nord qui nous pousse bien.

            Il fait très chaud vers midi : plus de 40°C dans la voiture. Nous nous arrêtons dans un « lay by » vraiment crasseux. Lay by : air de stationnement et de repos. C’est plutôt rare. Nous faisons du 78km/h pendant près de 3h30. Le bitume est excellent et les lignes droites toujours aussi longues. Le paysage est monotone : uniquement du désert parsemé de quelques touffes d’herbes jaune paille.

            Le soir nous nous arrêtons à Hardap dam. C’est une toute petite réserve auprès d’un barrage. Nous assistons à un magnifique coucher de soleil, mais nous ne voyons pas d’animaux. Il faut dire que nous ne pouvons pénétrer dans la réserve car la 3CV est  incapable de gravir cette côte trop raide malgré 3 essais.

 

 

Le ciel est si clair et la lumière de la lune  si intense que nous arrivons à lire sans le secours d’une lampe.

swa19

 

swa16

 

 

 

 

Dimanche 29 septembre 1974 : Nous reprenons la route et passons à Mariental (1180m d’altitude). Le paysage et le temps sont rigoureusement les mêmes qu’hier. Nous faisons un détour pour photographier le Finger Stone à Mukurob. Ce bloc de pierre est  énorme et se raccroche à son socle par un étranglement. On se demande comment ça peut encore résister aux vents violents qui soufflent  sur ce plateau. Il est le résultat de l’érosion par le vent. Nous aurions bien aimé déjeuner devant ce spectacle, mais il n’y a pas un seul petit arbre dans le secteur.

 

swa17

 

swa15

 

 

            Nous repartons pour trouver un «lay by ». Ils sont toujours ombragés. Quel vent! Que d’énergie perdue! Et quel pays où éoliennes et chars à voile pourraient s’en donner à cœur joie! 

 

swa21

 

 

Ce que nous "grignotons" le midi  avec fruits et légumes quand nous en avons.

Remarquez la très belle vanerie achetée sur le bord de la route !

swa10

 

 

Dans ces petites aires de repos il y a toujours des barbecue en dur et de superbes toilettes.

 

swa18

 Des milliers de km de clotures et de fils téléphoniques124 cloture         

 

Le soir nous nous arrêtons à Kokerboomwood : la forêt enchantée... Ce sont des allowed qui ne poussent que dans cette  partie du globe. Leur écorce est très belle. Ces quelques dizaines d’arbres se trouvent sur une ferme de quelques 10000 hectares comme elles le font toutes ici. En 1968, dans cette région, l’hectare coûtait 10 rands soit 70 francs... Sur ces superficies, ils élèvent en moyenne entre 2000 chèvres et 2000 vaches. Cela dépend de la pluviométrie. Ces chiffres peuvent doubler les très bonnes années de pluies. Pour s’occuper de tout ce bétail : un seul ouvrier et aucun matériel. Il ne travaille qu’à la pose et l’entretien des clôtures. Nous apprenons tout cela par la femme de l’éleveur avec qui nous sympathisons et qui a visiblement besoin de communiquer dans ce bout du monde. Nous lui demandons la permission de camper dans cette forêt enchantée.

 

swa3

 

 

swa8

 

 

swa9

 

 

136 koker

 

 

 

swa5

 

             Vers 22 heures, comme tous les soirs précédents depuis plusieurs jours, un sacré coup de vent froid et violent nous fait ranger et nous coucher.
swa7

 

Lundi 30 : Le soleil n’a pas chauffé la voiture car ce matin le ciel est couvert. Je ne me réveille qu’à 9 heures. Avant notre départ nous allons remercier les éleveurs. La femme de l’ouvrier est avec ses enfants et prépare de la cuisine. Nous les photographions, ce sont des « Bushmen » ou Bochimans. Ces africains du Botswana ont les yeux très bridés et la peau clair. Ils nomadisent dans le désert du Kalahari.

 

swa13

            Entre Keetmanshoop et Seeheim, je trouve un endroit pour faire les vidanges. L’huile moteur est très belle pour 100 heures et environ 5000km mais l’huile de boite est bien noire  elle n’est pourtant pas vieille. Pourvu que la boite n’aie pas souffert de l’huile de vérin, nous verrons bien...

            A Seeheim nous prenons de l’eau et de l’essence au petit hôtel du bled très Far West Américain. Le patron nous offre un verre car il est intrigué par notre « car ». Plus on descend vers le sud plus l’essence coûte chère.

            Nous reprenons la route vers Fish river canyon. Nous pique-niquons très tard (15h) car nous avons beaucoup de mal à trouver un arbre. Il fait très chaud à la mi-journée.

 

en plein semi désert : gardien de moutons

swa12

            Nous manquons la bifurcation pour Fish river canyon, les pancartes étaient  écrites en allemand, et nous étions sans doute assoupis par la chaleur brumeuse d’aujourd’hui, plus dur à supporter que la chaleur sèche des jours précédents. Nous faisons une cinquantaine de km aller retour, en trop.

 

            Après quelques passages à gué dont certains font une bonne vingtaine de cm,
Copie de swa2
 à 17 heures nous arrivons à un point de vue époustouflant sur ce canyon moins long que le grand Colorado des USA, mais de 700 mètres de profondeur. Nous campons là et un vent glacial et fort ne nous permet pas de nous promener le long du canyon alors que le clair de lune est encore très lumineux ce soir : dommage.

swa2



le lendemain matin
fish pano


sw2
 

Mardi 1 octobre 1974 : A peine sortie de la voiture, un voyageur nous achète de l’essence. Nous faisons un peu de bénéfice et prenons un petit déjeuner dans un décor vraiment grandiose. Tout y est : la lumière, le soleil dans le dos, la température. Je mets du noir et blanc dans mon appareil et fait des panoramiques.

            Nous partons tranquillement en longeant ce canyon et en s’arrêtant souvent pour prendre des photos. il faut faire attention car rien n’annonce le canyon, nous sommes sur un plateau et une fausse manœuvre et nous pourrions ne pas nous arrêter à temps... et tomber dans le canyon

      Un alowed de temps en temps  et aussi quelques petites fleurs très jolies et gorgées d’eau. Par contre, la piste est vraiment mauvaise avec des cailloux, de la grosse tôle et des trous. Mais il fait beau et le canyon est vraiment impressionnant, c’est encore une grande journée.

 

sw4

             Nous arrivons de bonne heure à Ai ais qui n’a aucun intérêt à part les sources chaudes qui sont collectées dans de superbes piscines où l’eau est à près de 40°C. Mais il y a beaucoup de touristes, enfin tout est relatif, car nous sortons de milliers de km de pistes sans presque personne, mais le décor ne vaut pas les sources chaudes  de Iona au sud de l’Angola.

 

 

             Nous espérons nous coucher de bonne heure pour faire un grand bout de route demain et avancer vers Cape Town. Mais il faut encore ouvrir le capot de la 3 CV pour 2 professeurs de mécanique auto qui connaissent ce « flat wind », « two cylinders » mais qui ne l’on vu que dans les livres. Comment est ce possible? Nous sympathisons. Ils nous offrent une excellente bouteille de Cabernet du Cap. C’est la première bouteille depuis  Porto Alexandre.

            Après notre excellent repas, bien arrosé, nous allons nous baigner dans les piscines éclairées par le fond.




sw5




 

Mercredi 2 : Nous traversons un vrai désert jusqu’à la route goudronnée. Nous nous arrêtons souvent pour prendre des photos. J’adore ces paysages. La piste est large et très bonne. Nous roulons plein « pot ». Des voitures nous doublent à des vitesses impressionnantes. Une jaguar 8 cylindres nous double... Nous la retrouvons un peu plus loin : le capot est ouvert car le moteur chauffe : pas étonnant le type nous dit qu’il roulait à plus de 160 ! Par des chaleurs pareilles, rien ne vaut une bonne « deuch ».

 

 

sw9

 

 

sw1

 

 

sw6

 

 

 

 

sw8

 

 

            Nous retrouvons le goudron dans un paysage vraiment désertique mais très beau. La circulation est importante, nous voyons que nous sommes sur le grand axe Nord Sud. Vers midi, nous arrivons au fleuve Orange qui fait la frontière. De l’autre coté du fleuve, il faut escalader une falaise d’au moins 500 mètres entre des montagnes de cailloux. Pas de douaniers, pas de barrière, pas de contrôle?...Cette fois nous sommes en Afrique du Sud...

 




Le fleuve Orange
sw7



La suite c'est :

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

C : South West Africa ou Namibia

Publié le par bruno



  SOUTH WEST AFRICA ou

 

                                    LE SUD OUEST AFRICAIN

         aujourd’hui NAMIBIA ou NAMIBIE

 

 

caer-swa.jpg

  112 cart

 

 

            Arrivés à la frontière  du  Sud  Ouest  Africain  que  va-t-il  nous  arriver ?  Trois  Sud- Africains Blancs, jeunes, taillés et rasés comme des rugbymen sont assis à une très grande table! Ils parlent Afrikaner et ne font visiblement aucun effort pour parler anglais et ce sera souvent le cas avec les vrais Afrikaners! Nos passeports volent  de l’un à l’autre au-dessus de la table... Ils rigolent beaucoup et ça ne m’étonnerait pas qu’ils se moquent de nous et de notre petite voiture?... C’est notre premier contact avec l’apartheid!... Les tampons d’entrée sont mis sur une feuille volante... Ils ne demandent pas la caution d’entrée de 600 rands soit  4200 FF!  Ouf!!!  Nos visas qui étaient sur des  feuilles volantes fournies par le consulat de France à  Libreville ne nous sont même pas demandés. Bref tout se passe : vite fait, bien fait!

            A la sortie du poste nous prenons de l’essence : 10,50 FF les 10 litres! Incroyable...

on va pouvoir avaler de la piste et du bitume! Mais pour l’instant ce n’est pas le temps de flâner : « full speed » sur « Etosha game reserve ». La plus grande réserve du globe  : 1/5 de la surface de la France. Ce sera  « notre » première vraie réserve!... Pourquoi à « toute vitesse »? Eh bien parce que ce soir à 18 h, les portes d’Etosha se ferment et il est interdit de rouler dans la réserve après le coucher du soleil et surtout les pompes à essence  ferment aussi à 18 h jusqu’au lundi matin,  donc il faut faire le plein si on veut pouvoir rouler pendant le week-end! Toute l’Afrique du Sud et le Sud Ouest Africain sont soumis à ce régime! Si ces deux pays sont très riches en ressources minières  : or et diamant principalement, ils n’ont pas de pétrole, mais des grosses voitures Américaines qui consomment beaucoup!... Alors pour réduire la consommation, on ferme les pompes du Vendredi 18 h au Lundi matin 6h! Et  le Vendredi  soir, il est interdit de prendre plus de 10 litres dans un jerrican : nous sommes prévenus!... Tout ceci est dû à l’apartheid : il y a un léger embargo sur le pétrole...?

            Après 10 km  de  piste large comme un terrain d’atterrissage et blanche comme la  neige, une voiture vient droit sur nous avec de grands appels de phares!... Eh oui nous avons oublié que désormais nous roulons à gauche et ceci jusqu’à la sortie de l’Ouganda! Tous les pays Anglophones d’Afrique roulent à gauche sauf le Nigeria qui est entouré de pays Francophones.

            Après 43 km de cette piste, nous arrivons à Ondangua et roulons maintenant sur un bitume de première qualité. Un fort vent de face nous ralentit. Le paysage est toujours le même depuis Sa Da Bandeira, à part la terre qui est devenue blanche au lieu de l’ocre de la latérite : c’est à dire un peu monotone. Les lignes droites font plus de 50 km 

152 Swa9.TIF

Sur le bas coté, de temps en temps, sont exposées de très belles vanneries.

            Vers midi nous nous arrêtons dans « notre »  premier   « lay by » pour pique-niquer rapidement car nous avons perdu 1 h  : décalage horaire oblige. Les « lay by » sont des aires de repos souvent ombragées avec un ou plusieurs barbecues car les sud africains sont de grands mangeurs de viandes grillées.

            Au poste de contrôle de Operet, nous quittons l’Ovamboland, réservé aux Ovambos .

Puis nous prenons la piste pour Namutoni. A  5 h 15 nous sommes à l’entrée du parc. Nous nous trouvons devant un portail fermé et gardé par des Sud Africains habillés d’uniformes impeccables : très Allemands. Ils n’ont pas l’air commode!! Après nous avoir demandé et contrôlé nos papiers, ils nous les rendent avec les consignes à respecter dans la réserve et à ne pas enfreindre :  nous Français!... Dédaigneusement ils nous lancent : « La France : le pays où on peut faire n’importe quoi! » !  Deuxième contact avec l’apartheid...

            Namutoni : vite le plein d’essence  plus 10 litres dans un jerrican. Avec les 10 autres planqués dans la voiture, nous avons de quoi voir venir!... Et puis les gardes de la réserve m’ont un peu énervé, alors il faut bien commencer à enfreindre les règles...  Ce camp est complètement  « mégalo » : il est  aménagé  autour  et dans un château Allemand construit en 1903.   En 1904, alors qu’il y avait 7  hommes à l’intérieur, il fut attaqué par 500 Ovambos. Il fut détruit puis reconstruit en 1907. Il est maintenant un immense hôtel de luxe pour les Sud Africains. Les pompes à essence et les magasins sont à l’intérieur. Tout ceci est très « classe ». Nous  sentons que nous sommes dans un pays très riche...

            À cette époque le S.W.A. était encore sous la tutelle  de l’Afrique du Sud. Sa superficie est de 823 328 km² avec seulement 746 000 habitants. C’est vraiment le pays où on roule des heures entières sans voir personne  : pas de villages, rien...! Ce pays n’est qu’un désert ou semi désert où paissent des ovins, bovins et caprins sur des fermes dont les plus petites font plusieurs milliers d’hectares. Le long de la mer se trouve  le désert avec les plus hautes dunes du monde : 400 m de haut soit 4 fois la dune du Pilat  : on y  extrait du diamant. La mer côtière est très poissonneuse à cause des courants froids du Benguela.

            Après quelques courses, nous nous dirigeons vers le camping :  une grande aire entourée de grillage avec portail à l’entrée ; protection contre les lions oblige!...

Troisième contact avec l’apartheid  : Les gens de l’hôtel à l’hôtel, les camping-car dans le « camping car site »  et les tentes dans le  «camping area » ; non mais alors, on ne mélange pas tout ce beau petit monde!!!  Sommes-nous encore en Afrique? Il n’y a que des blancs!

             Le bruit  et  la  taille de notre « car » ont vite fait  un attroupement et les contacts sont vite établis. Quelle est cette voiture qui n’a que 2 cylindres et ne consomme que 7 l aux 100 km?  Certains veulent nous l’acheter...?

 




Samedi 7 : départ tardif, nous avons discuté tard hier soir en dégustant de la très bonne bière Allemande et nous sommes un peu fatigués par tous ces km un peu monotones et sous les fortes chaleurs de mi-journée. Mais après tout, nous avons le temps...

au centre de la réserve le lac est complètement asséché à la saison sèche
sw4-copie-1

             La vitesse est limitée à 35 miles par heure. Nous roulons donc tranquillement et de toute façon, il y a tellement à voir. La journée passe à toute vitesse : nous admirons  les oryx, koudous, impalas, springboks zèbres des plaines, dik dik, steenboks éléphants, girafes, élans, etc.

126 etosha

            A midi nous nous enfermons dans un « lay by » avec W-C  : très  « clean ». Nous n’omettons pas de refermer la porte, car les animaux sont vraiment partout et il pourrait sortir un lion de n’importe ou!...

 

132

 

Grand koudou

 

127 etosha1

            Le soir, nous nous installons à Halali après avoir parcouru 161 km. Nous sommes complètement  émerveillés...! Nous n’en revenons pas d’avoir pu rencontrer et contempler de si près, autant d’espèces animales!...

 

sw7-copie-1

 

nos premiers oryx

sw8-copie-1

 

 

sw1-copie-1

 sw12 

 

Nous découvrons cet arbre qui ne pousse que dans cette partie du globe

sw10-copie-1

 

les écureuils de terre

sw16

 

 

 

sw2-copie-1

 

            Nous nous refaisons une santé avec un énorme steak frites : c’est fameux!... Nous marchons un peu pour digérer et pour se dégourdir les jambes, car nous sommes restés sans sortir de la voiture de 10 h à 18 heures. Nous faisons le tour du Camping le long des grillages haut de 6 mètres qui nous protègent des animaux de la réserve. Nous pouvons observer encore des animaux la nuit. Des projecteurs éclairent les points d’eau à l’extérieur du camp... Et nous sommes encore les derniers couchés, car nous admirons un ciel également blanc d’étoiles comme nous n’en avons jamais vu.!... La croix du Sud scintille de tous ses éclats!

 

            Dimanche 8 :  nous roulons toute la journée et admirons une faune toujours aussi dense. Les acacias sont en pleines fleurs : leur jaune se détache sur un ciel d’un bleu très intense.

 

142

 

            Lundi 9 :  lever 6 h 30.

A midi nous allons au  3ème camp : Okaukuejo, où nous nous installons. Cela nous fait un « break » pendant les heures chaudes et nous permet de nous dégourdir les jambes. De plus, c’est paraît-il le camp préféré des  touristes et nous voulons une bonne place pour observer les animaux  qui vont venir boire à la mare cette nuit.

            L’après midi, nous nous arrêtons près d’une mare où quelques éléphants sont en train de boire. Peu de temps après, d’autres arrivent de leurs pas lents. Bientôt, ce n’est pas moins de 46 éléphants et éléphanteaux que nous pourrons compter autour ou dans cet étang.

Les mères allaitent leurs petits. l’éléphant est le seul mammifère quadrupède dont la femelle possède deux mamelles entre les pattes antérieures. Des adultes se baignent et jouent dans l’eau comme de vrais gamins. A certains moments nous ne voyons plus que les sabots des éléphants qui sortent de l’eau, ils sont complètement à l’envers sous l’eau... Ils se font « boire la  tasse »... Nous sommes morts de rire.

 

  129 etosha3

        

 

128 etosha2

   sw15

 

 

Nous ne sommes pas rassurés quand il faut changer une roue....

sw5-copie-1

 

Le soir, il faut réparer les deux crevaisons de la journée (chambres pincées sur des cailloux proéminents ) ; j’étais un peu sous gonflé pour ces pistes un peu dures. Heureusement les enveloppes ne sont pas abîmées. Je trouve enfin d’où provient le bruit suspect à l’avant : un batteur est desserré et veut nous abandonner...Un batteur est un genre d’amortisseur vraiment spécifique à la 2CV.

 

            Pendant la réparation nous discutons avec nos voisins, ils ont vu ce matin 22 lions ensemble...

            Nous allons au cinéma en plein air pour voir des films sur?... les animaux bien évidemment.

            Nous dormons dans la tente et supportons duvets et couvertures ; il ne fait que 7°C

 

 

            Mercredi 11 :  Pas de lions aujourd’hui, mais la vue de 21 girafes nous réjouit. deux d’entre elles sont amoureuses. Quelle grâce dans leurs câlins, dommage de ne pas avoir de caméra!
sw11

sw6-copie-1


Il a fait très chaud ce jour et nous rentrons de bonne heure pour profiter de la piscine dont l’eau reste très fraîche, à  cause de l’évaporation due à l’air très sec et. Le soir à nouveau une séance de cinéma où nous découvrons les Boochmen ; ces petits Africains du Botswana à la peau clair et aux yeux bridés qui sont les vedettes « Des dieux sont tombés sur la tête ».


 

 

Jeudi 12 : Nous quittons Etosha et nous nous dirigeons vers Outjo que nous atteignons juste avant la fermeture des banques ; il était temps nous n’avions plus un sous... Après le plein d’essence et de nourriture, nous prenons la direction de Welwitschia sur une belle tôle ondulée.

 

on aperçois le "God Finger"

134 god

 

sw9-copie-1

 

 

            Welwitschia : nous demandons le camping à un grand blanc en tenue sud-africaine très « clean », c’est à dire : le short, la veste et les chaussettes jusqu’aux genoux, l’ensemble de couleur fauve et avec surtout le peigne dans les chaussettes. Les chaussures en koudou parfaitement cirées. Il s’apprête à monter dans son 4x4  huit cylindres américain.  Cela tombe à pic, il s’y rend lui-même car il a fini sa journée.  Il nous invite dans une maison de l’administration construite dans le camping. Il est visiblement heureux de nous faire partager son repas de viande grillée arrosée à l’excellente  bière. Mais surtout il est fier de nous parler de son travail qui consiste à « former les natifs » c’est à dire des noirs de la région. Il nous parle aussi toute la soirée des problèmes de l’Afrique du Sud et du Sud Ouest Africain.

            Ce monsieur Strauss nous laisse son adresse à Windhoek, la capitale du Sud Ouest Africain. Nous passons une excellente nuit dans un grand lit, il y avait longtemps que cela ne nous était arrivés...

 

 

 

Vendredi 13 : nous nous levons de bonne heure, car M. Strauss doit nous obtenir un permis pour traverser le Damaraland ; dans ce pays il faut vraiment des « pass » pour aller n’importe  où!!! c’est incroyable...

            Avant de quitter  Welwitschia, nous faisons le plein d’essence plus un jerrican car la carte n’est pas très détaillée pour trouver la forêt pétrifiée (Petrified forest) et les gravures rupestres (Rock engravings) comme vous pouvez le voir sur la carte. Et puis nous ne savons pas où nous serons ce soir,  et les pompes à essence ferment à 18h, il faudrait bien être à Uis.

 

sw20

 

bird.

 

 

Les oiseaux communautés construisent ces "HLM"

 

 

bird2

 

            La piste jusqu’à petrified forest est correcte. Après une petite marche nous trouvons facilement ces arbres transformés en pierres et qui datent de 250 millions d’années. Nous prenons de nombreuses photos et cela prend près d’une heure.

 

sw17

          

 

 

sw18

 

sw13

 

Nous reprenons la piste vers Twyfelfontein. Elle devient de plus en plus mauvaise et ce n’est qu’à 12h30 que nous arrivons aux rock engravings. Nous marchons et escaladons des rochers pendant plus d’une heure avant de trouver ces magnifiques gravures rupestres. Le décor est féerique. Les pierres vont du rose au noir en passant par tous les dégradés des ocres et des violets.

sw14

    sw19       

 

146 swa1

 

Nous décidons d’aller déjeuner à Werbrandle bay. Nous y sommes à 14 h et en regardant la carte nous nous rendons compte qu’il reste encore 200 km de piste jusqu’à Uis mine. Il faut absolument y être avant 18 h pour l’essence sinon nous sommes bloqués pour le week end.. Pour une fois nous décidons de « grignoter » en roulant.

            La piste est vraiment très mauvaise avec des traversées de rivières asséchées très sableuses et nous nous enlisons trois fois.  Nous améliorons notre technique : quand la voiture commence à ralentir mais continue de rouler, Michelle descend et monte sur le pare choc arrière et s’accroche à la galerie. Cela allège l’avant et la voiture repart tout doucement. Si la voiture s’arrête complètement, Michelle prend le volant je pousse et utilise la même technique dés que ça commence à rouler. Bref, nous nous sortons bien de ces trois ensablements.

            Visiblement nous traversons des fermes d’élevage de bovins et d’ovins. Bien qu’elles  fassent plusieurs milliers d’hectares, tous ces parcages sont clôturés. Nous perdons beaucoup de temps à ouvrir et à fermer les nombreuses barrières qui séparent ces pâturages. Il y a des pistes un peu dans tous les sens et nous nous dirigeons plus au soleil qu’avec la carte ou les pancartes complètement inexistantes.

 

sw21

            Après 3 heures « non-stop » et seulement 72 km de très mauvaise piste parcourue, nous retrouvons une piste large à tôle ondulée serrée. Sur ce genre d’ondulation la 3CV se comporte très bien à condition de ne pas lâcher les 80 km/h. Alors : pied au plancher, de toute façon il faut arriver avant 18 h à Uis Mine, nous avons encore une petite chance si la piste reste aussi large...

            Sur la piste au loin j’aperçois une pompe : quelle chance, vite il est 18 h!!! Quand nous y arrivons, il est 18 h 03, rien à faire le pompiste ne veut rien savoir... En repartant de la pompe et après avoir regardé la carte, nous nous apercevons que nous devrions avoir le soleil sur le coté droit et non dans les rétroviseurs. Renseignements pris, nous ne sommes pas sur la bonne route. Malgré les 2 cartes touristiques récupérées à Ethosha et la carte Michelin nous avons manqué l’embranchement pour Uis et nous dirigeons vers Omaruru. Demi-tour, ce n’est que 55 km plus tard que nous retrouvons le carrefour manqué : 110 km d’essence de perdue... Nous doublons des femmes habillées comme à l’époque victorienne : robes longues de couleurs vives à grands plis avec des jupons,  les coiffures aussi sont d’époque. Les noirs se déplacent avec des charrettes tirées par des ânes, le plus souvent trois attelées de front : dommage nous n’avons pas pris de photos...

            La fatigue se fait sentir, un caillou saillant de la piste n’a pas été évité et c’est la crevaison. Il fait maintenant nuit, et c’est la première fois  depuis le départ que nous nous arrêtons de nuit. Quelques km plus tard, une lampe de phare grille : il faut dire que depuis Libreville elles ont été pas mal secouées par la tôle ondulée. Il faut aussi remettre de l’essence. Après 9h15 de conduite sur piste nous arrivons enfin à Uis. Il est 20 h 30 passée. Nous accostons un grand Sud Africain qui décharge sa voiture. Nous lui demandons où dormir, s’il y a un camping? Tout de suite, il nous invite. Il vit dans une baraque avec un Ecossais et un Australien. Ensemble ils font du comptage et du repérage de banc de poissons en mer où les courants froids du Benguela rendennt l'Atlantique très poissoneuse. Ils utilisent un avion bourré de matériel électronique. Ils travaillent la nuit et utilisent la phosphorescence des bancs de poissons.

            Il est 21h, ils sont un peu gais et nous invitent à dîner avec eux. Malgré la faim, nous n’arrivons pas à finir les steaks d’environ 750 g, grillés au feu bien sûr. Après le repas, l’heure tardive et les trois Bourbon je n’en peux plus. Nous nous écroulons.

 

            Samedi 14 : Pendant   le petit déjeuner, nous nous  renseignons sur l’endroit où se trouve exactement «The White Lady ». Elle se situe au pied du Branberg à environ 40 km de Uis. Arrivés au pied de la montagne, il nous faudra marcher 3h aller et retour.  Nous n’avons pas assez d’essence pour faire l’aller et retour... Mais nos trois prospecteurs qui partent en week end au Cap, nous proposent de les accompagnés jusqu’à leur avion. Ils nous donneront de l’essence. D’ailleurs leur maison reste ouverte et si nous voulons venir dormir ce soir, pas de problème... Vraiment sympa.

         

            Dés les premiers km, l’essence d’avion se révèle excellente. A  un  certain  régime, on n’a presque plus besoin d’appuyer sur l’accélérateur. Il n’y a plus de cliquetis du tout.

             Arrivés sur place, nous  laissons la voiture et commençons notre marche. Nous nous perdons 2 fois : il va falloir faire un peu plus attention!!

Alors que nous retrouvons le chemin nous rencontrons deux jeunes allemands qui nous invitent à boire une bière. Nous sympathisons et ils nous donnent leur adresse à Johannesburg pour avoir un point de chute quand nous serons là bas. Dans combien de temps, cela nous paraît très loin?...

            Nous découvrons finalement la « White Lady ». C’est notre première peinture rupestre. Elle est bien protégée mais malgré cela quand même abîmée. Elle reste quand même très belle et nous faisons d’excellentes photos malgré le peu de lumière. Contrairement à ce que disent les sud-Africains ce n’est certainement pas une reine blanche mais bien une reine noire qui a le visage peint en blanc comme le font toujours les Africains lors de partie de chasse ou lors de fêtes religieuses.

154 whitelady

 

 

 

"The White lady" se trouve à mis pente du Brandberg, la montagne du fond qui se trouve être le point culminant de la régionsw23

 

 

 

 

 

            Dimanche 15 : Réparation de la roue crevée vendredi. Le lave glace est H.S.. Repos, écriture des cahiers de bord .

            Le soir, re-barbecue avec nos hôtes de retour d’un week-end apparemment très chaud..

Comment font-ils pour boire autant de bière et manger autant de viande?

 

 

            Lundi 16 septembre 1974 : Décollage lent mais sûr... et pour cause nos amis nous emmènent  à leur avion et nous faisons cette fois un super plein, plus  les jerricans. On va se promener gratis un moment avec toute cette bonne essence.

145Swa avion

            Direction Hentisbaai : Grande ligne droite au milieu du désert sur de la petite tôle ondulée. Nous roulons pieds au plancher. Après 120 km au lieu de 158 marqués sur la carte nous arrivons. La ville est vraiment particulière. Toutes les maisons sont de style allemand très propres. On se croirait dans une ville au bord de la baltique. Les boulangeries pâtisseries sont appétissantes. Nous déjeunons d’un thé accompagné d’excellents gâteaux. Puis direction Swakopmund. Le temps n’est pas très beau. Mais le désert et la mer, Dieu que c’est beau!!

 

sw22

 

En début d’après midi nous obtenons notre « pass » pour le Namib game reserve. Nous prenons la route de Walvisbaai. Nous roulons sur un excellent  goudron : à gauche des dunes de plus en plus grandes, à droite la mer déchaînée. Malheureusement un vent de sable se lève, et les dunes se dérobent à nos yeux. Nous regrettons de ne pouvoir les escalader pour dominer ce paysage. Dommage...

            Arrivés à Walvisbaai, nous allons à la « magistrature »  pour essayer d’obtenir un permis pour avoir le droit de mettre plus d’essence dans les jerricans, mais celui-ci nous est refusé. Cela ne nous empêche pas de faire le plein juste en face en prenant 10 litres supplémentaires dans un jerrican... Il n’y a pas d’essence dans le Namib desert, donc il faut prendre ses précautions.

             Le sable vole, il fait froid  nous roulons avec le chauffage. Cela fait au moins 4 ans que ça ne m’était arrivé. J’ai bien fait de réinstaller les gaines de chauffage avant de quitter Libreville.

            Nous faisons aussi nos réserves de vivres pour traverser ce désert. Nous ne savons pas combien de temps nous allons mettre pour le traverser?...

            19 heures 30 : il fait encore un peu jour, les jours rallongent. On voit qu’on descend vers le sud... Le soleil à midi est maintenant bien au nord...

            C’est emmitouflé dans la voiture que nous dînons ce soir. Nous nous couchons de bonne heure car ces derniers jours ont été fatigants : trop de veillées tardives et copieusement arrosées... Et puis demain : le désert, il faut être en forme pour rester vigilant et ne pas tomber en panne...

 

 

        

            Mardi 17 : Nous partons pour la réserve de "Namib desert." A l’entrée, il y a un poste de contrôle : personne, nous entrons... Nous verrons bien...

La piste est très plate mais la tôle ondulée est sévère et nous devons rouler bon train... Pour l’instant le paysage n’est que cailloux et sable. Mais bientôt l’herbe jaune  apparaît et tout devient très beau. Nous croisons quelques springboks, oryx et surtout des autruches en grandes compagnies de trente à quarante.

 

sw26

 

 

 

sw25

            Nous avons lu sur notre « pass » que les arrêts devaient se faire dans les « rest camp ». Vers la mi-journée nous en cherchons un, mais ça ne « court pas les rues ». Nous en trouvons un sur une butte. Il doit y avoir une vue superbe de la haut... Mais la 3CV se plante avant d’y parvenir. Nous n’avons vu personne depuis ce matin, alors la voiture est bien là et nous aussi.  Alors buvons un coup et restaurons-nous, nous verrons pour le désensablement après... Nous avons bien fait de laisser la 3 CV ensablée. Pendant que nous déjeunons  une Land Rover se dirigent à vive allure  vers nous : ce sont les gardes de la réserve qui viennent contrôler nos « pass ». Ils n’ont pas l’air content de nous trouver en dehors du  « rest camp ». Mais en voyant la voiture bloquée dans le sable, ils ne disent rien... Le décor est grandiose et nous ne sommes pas pressés de repartir... 

 

 

pano3 copier

 

 

sw28

 

sw24

 

sw27

 

 

 

 

  la suite c'est :  

 

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

B : L'Angola

Publié le par bruno henri

C'est carrément sur les billes de bois que la  3 CV fait la traversée de Cabinda à Luanda

C'est carrément sur les billes de bois que la 3 CV fait la traversée de Cabinda à Luanda

B : L'Angola
Le port de Luanda

Le port de Luanda

B : L'Angola
Du 12 au 18 aout 1974 : nous sommes bloqués à Luanda, impossible de récupérer la voiture qui reste sur le bateau pour l'instant....nous nous sommes installés dans le camping où ce viel anglais qui vient du kenya en passant par l'afrique du sud, c'est à dire notre voyage dans l'autre sens, nous donne un tas de "tuyaux" sur les pays anglophones. Dans quelle galère nous sommes-nous mis, la nuit nous entendons les tirs d'armes automatiques....?

Du 12 au 18 aout 1974 : nous sommes bloqués à Luanda, impossible de récupérer la voiture qui reste sur le bateau pour l'instant....nous nous sommes installés dans le camping où ce viel anglais qui vient du kenya en passant par l'afrique du sud, c'est à dire notre voyage dans l'autre sens, nous donne un tas de "tuyaux" sur les pays anglophones. Dans quelle galère nous sommes-nous mis, la nuit nous entendons les tirs d'armes automatiques....?

C'est grâce à ce sympathique anglais que nous verrons les plus beaux coins de l'Afrique australe

C'est grâce à ce sympathique anglais que nous verrons les plus beaux coins de l'Afrique australe

Nous en profitons pour découvrir la belle ville de Luanda vieille de 500 ans

Nous en profitons pour découvrir la belle ville de Luanda vieille de 500 ans

Mercredi 21 : En quittant Luanda nous ne sommes pas rassurés et nous décidons de  descendre jusqu'à Lobito aujourd'hui pour nous éloigner des violences de ce début de guerre. Déjà un mois que nous avons quitté Libreville et nous ne sommes vraiment pas loin. A travers une grande savane un peu monotone très plate avec de temps en temps d'énorme bloc de granit appelé "pedas negras", nous roulons vers Lobito.

Mercredi 21 : En quittant Luanda nous ne sommes pas rassurés et nous décidons de descendre jusqu'à Lobito aujourd'hui pour nous éloigner des violences de ce début de guerre. Déjà un mois que nous avons quitté Libreville et nous ne sommes vraiment pas loin. A travers une grande savane un peu monotone très plate avec de temps en temps d'énorme bloc de granit appelé "pedas negras", nous roulons vers Lobito.

En pleine savane nous croisons ces deux femmes.

En pleine savane nous croisons ces deux femmes.

Plantation de coton

Plantation de coton

Piquenique près d'un petit pedas negras

Piquenique près d'un petit pedas negras

 Lobito : à nouveau un magnifique port naturel. Après quelques photos nous nous dirigeons vers Benguela à travers des salines où flânent quelques flamants roses.             Une fois installés au camping  de Benguela, un petit vent frisquet nous fait vite dîner et rentrer sous la tente. Ici on parle à peine des évènements de Luanda, tout semble calme et normal ....?

Lobito : à nouveau un magnifique port naturel. Après quelques photos nous nous dirigeons vers Benguela à travers des salines où flânent quelques flamants roses. Une fois installés au camping de Benguela, un petit vent frisquet nous fait vite dîner et rentrer sous la tente. Ici on parle à peine des évènements de Luanda, tout semble calme et normal ....?

Jeudi 22 :  Après quelques courses, un peu de mécanique   : la voiture s’affaisse un peu à gauche, je revisse un peu la tige de pot de suspension AR gauche pour remettre tout ça de niveau. Après nous rencontrons des Suisses  qui viennent d’Afrique du Sud pour faire du tourisme. Mais ils vont s’en retourner rapidement car cette nuit, ils ont été réveillés par trois balles qui ont sifflé au-dessus de leur tête alors qu’il campait en brousse. C’est justement sur ce plateau de Sa da Bandeira que nous pensions camper demain... Il va falloir prendre des précautions!!!             Durant la soirée les Suisses nous projettent  des photos d’Afrique du Sud  et en même temps  nous donnent des « tuyaux »  pour la suite du voyage.

Jeudi 22 : Après quelques courses, un peu de mécanique : la voiture s’affaisse un peu à gauche, je revisse un peu la tige de pot de suspension AR gauche pour remettre tout ça de niveau. Après nous rencontrons des Suisses qui viennent d’Afrique du Sud pour faire du tourisme. Mais ils vont s’en retourner rapidement car cette nuit, ils ont été réveillés par trois balles qui ont sifflé au-dessus de leur tête alors qu’il campait en brousse. C’est justement sur ce plateau de Sa da Bandeira que nous pensions camper demain... Il va falloir prendre des précautions!!! Durant la soirée les Suisses nous projettent des photos d’Afrique du Sud et en même temps nous donnent des « tuyaux » pour la suite du voyage.

Vendredi 23 : Nous partons pour Sa da Bandeira. En  début de journée nous roulons à travers la même savane où des feux ont été allumés pour chasser.

Vendredi 23 : Nous partons pour Sa da Bandeira. En début de journée nous roulons à travers la même savane où des feux ont été allumés pour chasser.

Puis nous remontons sur le plateau où l’air redevient sec,  pur et frais. Il y a beaucoup plus d’arbres et il y a aussi de grands champs de cultures européennes : céréales, blé, orge. Sur le plateau nous roulons tranquillement car nous rencontrons des femmes se promenant les seins nus avec des colliers aux jambes et au cou et elles sont toutes contentes d’être prises en photos. C’est bien la première fois que nous voyons des africains aimer se faire prendre en photo.

Puis nous remontons sur le plateau où l’air redevient sec, pur et frais. Il y a beaucoup plus d’arbres et il y a aussi de grands champs de cultures européennes : céréales, blé, orge. Sur le plateau nous roulons tranquillement car nous rencontrons des femmes se promenant les seins nus avec des colliers aux jambes et au cou et elles sont toutes contentes d’être prises en photos. C’est bien la première fois que nous voyons des africains aimer se faire prendre en photo.

B : L'Angola
B : L'Angola
B : L'Angola
 Arrivés à Sa Da Bandeira, nous allons au camping. Après l’installation nous cherchons une adresse qui nous a été donnée par un ami de Libreville. Mais il n’y a personne et nous rentrons  et dormons dans la voiture car il fait très froid  : 15° C dans la voiture nous ne sommes plus habitués à ces températures!!

Arrivés à Sa Da Bandeira, nous allons au camping. Après l’installation nous cherchons une adresse qui nous a été donnée par un ami de Libreville. Mais il n’y a personne et nous rentrons et dormons dans la voiture car il fait très froid : 15° C dans la voiture nous ne sommes plus habitués à ces températures!!

Samedi 24 : Nous nous levons à 6 h 30 car le très beau camping où nous sommes, est entouré d’un circuit automobile sur lequel il y a des courses aujourd’hui. Il faut avoir quitté le camping avant 7 h. Nous allons prendre notre petit déjeuner au-dessus de la ville, au pied du Christ Roi situé à 2200 m d’altitude. Nous pouvons admirer cette très belle ville sous un ciel bleu qui n’est pas bleu ciel mais bleu roi, et un air d’une pureté comme seuls l’Angola et le Sud Ouest Africain sont capables de vous offrir. Nous découvrons ces magnifiques arbres violet mauve : les jacarandas.

Après ce superbe point de vue nous redescendons en ville pour nous ravitailler : la vie n’est vraiment pas chère. Sa Da Bandeira est très bien entretenue. Il y a peu de feux rouge mais beaucoup de rond-point très fleuris. Tout est : priorité à droite. Prudence car les Portugais roulent très vite. Et en plus tout le monde roule sans assurance, nous aussi... Il y a beaucoup de magasins d’accessoires auto : les portugais sont vraiment des passionnés d’automobiles.

Nous sommes surpris par cette ville. On y croise aussi bien des Angolais Noires habillés «costume, cravate », qui se déplacent en Mercedes dernier modèle, que des Portugais Blancs montés à dos d’âne tirant une petite carriole. Les femmes Angolaises que nous avons doublées sur le plateau hier sont dans les mêmes tenues indigènes en ville et dans les magasins!

Après avoir bien cherché la route de Moçamedes pour cause de travaux nous la prenons en début d’après midi. En 17 km nous descendons les 1700 m de dénivelé par une route très impressionnante et très bien tracée.

B : L'Angola

Arrivés à l’embranchement pour Iona nous empruntons la piste sur quelques km pour constater qu’elle est tout à fait praticable... Et cela nous rassure pour demain...

À Porto Alexandre, nous cherchons la mission, mais il n’y a pas de pères ils sont partis ou malades. Dans une salle de jeu de la mission des jeunes Noirs et Blancs se côtoient sans aucun racisme. Ils nous invitent à discuter avec eux, puis à dormir dans cette luxueuse salle.

Nous acceptons de bon cœur car même les habitants du pays sont surpris par cette température anormalement basse pour la saison.

Le temps de dîner dans la voiture à cause des frimas et nous sommes invités chez un professeur qui parle anglais et français. Nous discutons jusqu’à 23 H et nous laissons une partie de nos affaires chez eux (entre autre la grosse cantine) afin de nous alléger pour demain dans le désert. Ils nous invitent à dîner à notre retour! Ils sont vraiment sympathiques ces Portugais du bout du monde...

Dimanche 25 Août : Nous voulons faire une incursion dans le parc national de Iona. Alors nous décidons d’aller à Porto Alexandre pour nous rapprocher de l’embranchement, également pour obtenir des renseignements  et voir l’état de la piste...             Après quelques photos de Moçamedes et encore quelques difficultés pour trouver la route de sortie car il y a très peu de pancartes, nous prenons tranquillement la route à travers ce désert qui déjà nous fascine. Ce désert est tout plat et sans cailloux : c’est vraiment l’image qu’on se fait du désert! Dans ce désert on trouve les «  Welwitschias Mirabilis  ».  Cette plante  n’est pas très mirobolante : c’est un genre de cactus rampant qui ne pousse  que dans cette partie du globe. Ce cactus  peut atteindre une dizaine de mètres de diamètre et vit plusieurs milliers  d’années. Cette plante est en faite apparentée aux conifères.

Dimanche 25 Août : Nous voulons faire une incursion dans le parc national de Iona. Alors nous décidons d’aller à Porto Alexandre pour nous rapprocher de l’embranchement, également pour obtenir des renseignements et voir l’état de la piste... Après quelques photos de Moçamedes et encore quelques difficultés pour trouver la route de sortie car il y a très peu de pancartes, nous prenons tranquillement la route à travers ce désert qui déjà nous fascine. Ce désert est tout plat et sans cailloux : c’est vraiment l’image qu’on se fait du désert! Dans ce désert on trouve les « Welwitschias Mirabilis ». Cette plante n’est pas très mirobolante : c’est un genre de cactus rampant qui ne pousse que dans cette partie du globe. Ce cactus peut atteindre une dizaine de mètres de diamètre et vit plusieurs milliers d’années. Cette plante est en faite apparentée aux conifères.

Dans ce petit port de Porto alexandre, les bateaux de pêche sont construits toujours en bois

Dans ce petit port de Porto alexandre, les bateaux de pêche sont construits toujours en bois

Lundi 26 : Nous partons en emportant un jerrican de 20 litres  par prudence... Nous retrouvons la piste pour Iona. Elle devient très vite caillouteuse. Il faut réduire l’allure. Après une dizaine de km, nous tombons sur une grande mare résiduelle qui date de l’an dernier. Il avait beaucoup plu. La route est déviée au milieu d’arbustes qui ont du pousser rapidement. A la sortie d’un virage, je tombe dans du sable et surpris, me « plante ». Alors que nous commençons à remettre du sable sous les roues une Land Rover arrive et ses passagers nous poussent sur quelques mètres et c’est reparti...!             Quelques km plus loin nous arrivons à nouveau sur une rivière asséchée. Heureusement que nous avons allégé la voiture  car en prenant de l’élan nous arrivons juste à traverser. Ce sable ne tient vraiment pas sous les roues. Et puis la 3CV n’est pas la DS, il lui manque quand même des chevaux.... Il va falloir s’apprendre à rouler dans le sable!...

Lundi 26 : Nous partons en emportant un jerrican de 20 litres par prudence... Nous retrouvons la piste pour Iona. Elle devient très vite caillouteuse. Il faut réduire l’allure. Après une dizaine de km, nous tombons sur une grande mare résiduelle qui date de l’an dernier. Il avait beaucoup plu. La route est déviée au milieu d’arbustes qui ont du pousser rapidement. A la sortie d’un virage, je tombe dans du sable et surpris, me « plante ». Alors que nous commençons à remettre du sable sous les roues une Land Rover arrive et ses passagers nous poussent sur quelques mètres et c’est reparti...! Quelques km plus loin nous arrivons à nouveau sur une rivière asséchée. Heureusement que nous avons allégé la voiture car en prenant de l’élan nous arrivons juste à traverser. Ce sable ne tient vraiment pas sous les roues. Et puis la 3CV n’est pas la DS, il lui manque quand même des chevaux.... Il va falloir s’apprendre à rouler dans le sable!...

B : L'Angola

    Le paysage  devient moins désertique, il y a un peu  d’herbe roussie par la saison sèche. La route devient plus sinueuse avec de bonnes petites « grimpettes » pleines de gros cailloux qui raclent sous le moteur et le châssis.

            Avant chaque traversée de rivière asséchée nous arrêtons pour repérer le meilleur passage, reculer pour prendre le maximum d’élan, et  « larguer » le passager pour gagner du poids.... Ah ! cette fois-ci, impossible de s’élancer : la rivière a raviné et la voiture se trouve devant une véritable marche à descendre. Je descends cette marche et aussitôt essaye de prendre de la vitesse, mais la voiture s’immobilise après seulement un mètre.... je n’insiste pas pour ne pas l’ensabler. Il est 15h15, nous avons faim et soif, alors un thé et un petit  casse-croûte pour se calmer et reprendre des forces....

            La pause terminée, Michelle prend le volant et je pousse!... Il faut jouer de l’embrayage sinon c’est l’ensablement....Mais Michelle s’en sort fort bien!

Après nous avons droit à 40 km de tôle ondulée . Il est impossible de s’élancer et nous devons la prendre à 30 km/h ... Mais après tout, nous avons le temps et le paysage est tellement beau ! Nous nous arrêtons pour prendre les Welwitschias en photo. La température est des plus agréable.             Par endroit, apparaissent plusieurs pistes parallèles ; il faut choisir : le sable en roulant vite pour ne pas s’enliser ou la tôle ondulée en roulant lentement!...

Après nous avons droit à 40 km de tôle ondulée . Il est impossible de s’élancer et nous devons la prendre à 30 km/h ... Mais après tout, nous avons le temps et le paysage est tellement beau ! Nous nous arrêtons pour prendre les Welwitschias en photo. La température est des plus agréable. Par endroit, apparaissent plusieurs pistes parallèles ; il faut choisir : le sable en roulant vite pour ne pas s’enliser ou la tôle ondulée en roulant lentement!...

La piste s’améliore et devient sableuse. Nous roulons un peu plus vite et poursuivons un couple d’autruches avec leurs sept petits à près de 55 km/h. Puis nous effrayons une antilope typique de la région appelée « springbok » : nom pris par l’équipe de rugby d’Afrique du Sud. Elle est rapide et fait de très grands bonds en zig zag.

Le soleil baisse, l’éclairage et la lumière sont magnifiques sur ces blocs de granit orangés disséminés au milieu des cactus candélabre et quel calme quand on s’arrête!!... Nous avons fait le nombre de km correspondant à la carte et nous devrions être à Pediva mais rien!!... Pas une case... Alors nous stoppons, marchons à pied jusqu’à un monticule pour scruter les environs...

B : L'Angola

D’un coté nous apercevons des tentes et du matériel : sans doute les prospecteurs de cuivre dont on nous a parlé à Porto Alexandre. Ils en ont trouvé exploitable à ciel ouvert paraît-il ? ... Mais il n’y a personne semble-t-il ? De l’autre coté, nous apercevons de la fumée et des tentes. Il y a une Land Rover et des gens qui s’activent... Nous allons nous y rendre...

Dans la précipitation, car le soleil se couche, et dans ces régions la nuit tombe en ¼ d’heure, nous nous ensablons dans le lit de la rivière qui nous sépare de ces campeurs. Nous faisons connaissance avec eux : ce sont deux pères Portugais du nord de l’Angola venus en vacances avec leurs vieux parents. Ils sont accompagnés de toute une famille africaine qui les sert...

Ils sont équipés de carabines pour chasser. Il y a un four en brique planté au milieu du désert pour cuire le pain et la viande de chasse. A quelques enjambées de là, il y a surtout une source chaude dans laquelle les vieux parents Portugais viennent soigner leurs rhumatismes.. Nous plantons la tente près de leur campement.

Nous nous rendons à la source, nous façonnons une baignoire de sable et prenons un bon bain chaud, au clair de lune, en plein désert. Après nous nous endormons vite car nous avons mis la journée pour parcourir la centaine de km depuis Porto Alexandre et nous sommes épuisés.

Mardi 27 : Nous avons dormi d’un sommeil lourd... Ce matin, en ouvrant la tente, nous constatons que du sable fin et propre a été étalé devant notre « pas de porte ».

Il y a aussi une Land Rover de plus. Elle est arrivée dans la nuit et nous n’avons rien entendu!!

Pendant une paire d’heures nous marchons dans la montagne environnante pour admirer le désert. On ressent quelque chose d’étrange... On est tout simplement bien... avec sous les yeux une vue magnifique sur le désert. A l’horizon, ce doit être le Sud Ouest Africain que nous pouvons contempler... Puis nous redescendons et nous nous baignons à nouveau dans la source chaude.

L’après-midi nous allons chasser la gazelle avec les Portugais et le père Hollandais arrivé cette nuit. Mais nous ne voyons que des autruches...

Mercredi 28 : Après un repas de steak de gazelle aussi tendre que la rosée, nous sillonnons ce très beau désert : nous voyons des springboks et des autruches...

Le soir nous discutons de l’Angola. Nous sentons comment les Portugais se sont vraiment intégrés dans ce pays. Les nomades bergers que nous rencontrons dans ce désert dont certains n’ont peut-être jamais été à l’école, parlent couramment portugais...

Plus de 20 ans après, je me souviens de ce pays comme si c’était hier et c’est vraiment la contrée d’Afrique où j’aimerais le plus retourner . Mais après 22 ans de guerre qu’est devenu ce pays également très riche en ressource minière et agricole ?



Ce petit four est en plein désert est à quelques mètres de la source chaude où cette vieille portugaise et son mari venaient soigner leurs rhumatismes. Aujourd'hui malheureusement, je crois savoir que malheureusement ce magnifique désert est plein de mines anti personnelles

 

 

 

 

 

 

 

           


133


 

             Jeudi 29 : Nous retournons tranquillement vers Porto Alexandre. Je commence à mieux maîtriser la voiture dans le sable... Nous ne mettons que quatre heures pour faire les 101 km et sans s’ensabler une seule fois....

            Le soir nous répondons à l’invitation des Portugais. A la fin du repas, ils nous offrent le contreplaquet pour aménager notre  « car ».





 

114

 

 

Vendredi 30 : Toute la journée, je travaille à l’aménagement de la voiture. Je n’ai que du contreplaquet de 4 mm, une égoïne, une perceuse et des rivets Pop... J’achète un peu de contreplaquet de 8 mm pour les endroits qui devront nous supporter quant nous rentrerons à l’intérieur. Comment n’avons nous pas pensé à fabriquer ça à Libreville ? Le résultat aurait quand même été plus joli et mieux fini. Tout ce qui était dans les différentes caisses et en vrac derrière disparaît dans les casiers et il reste de la place...!!

            Nous donnons la caisse à outils  à nos amis Portugais ainsi que la caisse photo.

 

 

 

Samedi 31 août : Je termine les finitions pour être sûr que nous ne passerons pas à travers les couvercles des casiers quand nous dormirons ou nous nous aimerons...

            L’après midi nous offrons un cadeau à nos amis et ils nous emmènent à « Capo Negro » où une plaque de 1485 commémore l’échouage d’un bateau portugais. Un des premiers à faire route vers les Indes...

 

 

Capo Negro : le désert et la mer

 

111

 

122

 

            Dimanche 1 septembre : Nos hôtes nous emmènent au parc zoologique voir les Oryx et les chameaux qui étaient les anciens moyens de transport de ce désert. Ils nous apprennent aussi à reconnaître, dans l’ethnie de ce désert, les femmes mariées ou non, le nombre d’années de mariage,  le  nombre  d’enfants,  la richesse et le nombre de bœufs que l’homme a mangés...Tous ces signes se font par les bijoux et colliers. Par exemple, le nombre d’enfants d’une épouse correspond au nombre de tresses qui lui écrasent les seins.

            Il pleut aujourd’hui et c’est l’événement, car la saison des pluies ne commence normalement qu’à la mi-octobre.

 

 

 

 

 

Lundi 2 : Après un chargement compliqué et volumineux sur la galerie nous prenons des photos de nos amis. Nous  promettons de les envoyer à notre arrivée en France. Ce que nous ferons  un an plus tard... et la lettre et les photos envoyées, nous reviendrons en France encore un an après... C’est à dire que ces photos prises en septembre 1974 nous reviendrons en septembre 1976. Nous n’avons plus jamais entendu parler de ces sympathiques Portugais. Ils ont sans doute émigré vers l’Amérique du Sud.

            Après des adieux chaleureux, nous prenons la route de Sa Da Bandeira  mais en passant par Villa Ariaga. Notre ami photographe, Jean Trolez, de Libreville nous a donné une adresse à Assunçao, où nous devons remettre des photos à une  famille  chez qui il séjourna. Ces Portugais n’habitent plus l’adresse que nous avons mais une ferme d’essai à quelques km Nous nous y rendons. Après un accueil toujours aussi sympathique, ces éleveurs nous font visiter cette superbe ferme de reproduction bovine. Puis ils nous invitent à déjeuner. Ils sont enchantés des belles photos noir et blanc de « monsieur Jean ».

            L’après-midi je fais des photos d’Angolaises sur la place d’un village et ça se passe assez mal... les maris veulent de l’argent pour aller boire... je refuse et il faut « palabrer »...

Pendant ce voyage nous ferons près de 10500 photos : jamais nous ne payerons, parfois quelques friandises ou de la nourriture pour les enfants. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons assez peu de photos d’indigènes...



111 Sadabandera.TIF

124


123

Mardi 3 : Le camping est bien rempli et j’en profite pour vendre la cantine. La grosse caisse isotherme est aussi bradée. Elle ne sert pas beaucoup car ce n’est pas facile de trouver de la glace. Nous nous débarrassons des sacs en toile pris pour se désensabler et qui n’ont pas du tout fait leur preuve dans le désert. Nous avions tout pesé avant de partir de Libreville et nous avons pesé à Porto Alexandre le contreplaquet mis dans l’aménagement : une fois les opérations faites c’est près de 10 kg que nous gagnons!



Mercredi 4 sept 1974
A quelques kilomètres de  Sa Da Bandeira il y a une faille de 900m dans le plateau qui permet d'admirer le desert qui va jusqu'à la mer.
 
131

De retour à Sa Da Bandeira, une SM nous double sur la piste, alors que nous admirons ce  magnifique coucher de soleil




116
 

 

Jeudi 5 sept 1974

En plein désert ces nomades Huila vivent de leurs troupeaux.

130

125





126







118 fille.png

118

Le plus beau portrait de notre tour d'Afrique
119


Ces femmes ont les cheuveux couverts de bouse de vache

117



A quelques km de la frontière du South West Africa aujourd'hui Namibie, nous doublons cette grande termithière cathédrale

termit

 


La suite c'est :   

Publié dans voyages

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>